Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    Un limogeage et des interrogations    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    L'Algérie sur la bonne voie en Afrique    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    Lancement de la vaccination à domicile    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    Le sélectionneur de l'Egypte Queiroz évoque l'Algérie    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Haaland peste contre l'arbitrage    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    L'UGTT réclame un «dialogue national»    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Le FLN increvable    Le FFS fait son bilan    Augmentation pénalisante des prix    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La JSS se débarrasse des grigris des Ghanéens    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    «Nous avons atteint nos objectifs»    L'ascension fulgurante du Front el Moustakbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le chemin est encore long
Paiement électronique
Publié dans L'Expression le 20 - 10 - 2021


La douche froide! Il semblerait que le e-paiement en Algérie soit encore un long chemin semé d'embûches. Cette semaine, se tenait le 2ème Salon du digital, technologie et IOT (Digitech). Des conférences étaient au programme de cet évènement. L'une a retenu toutes les attentions. Intitulée «la stratégie monétique en Algérie», elle était animée par l'administrateur du Groupement d'intérêt économique monétique (GIE Monétique), Madjid Messaoudène. Ce dernier a donné des chiffres qui laissent pantois les plus optimistes. Il parle de la mise en circulation de 6 millions de cartes de paiement électronique supplémentaires, «ce qui permettra d'atteindre l'objectif de doter 50% de la population adulte de cartes bancaires», précise-t-il fièrement. Sauf que ce but, qui n'a rien d'ambitieux, ne sera atteint qu'à l'horizon...2024, c'est-à-dire dans plus de 2 ans. Une éternité dans le monde de la finance et des nouvelles technologies où, chaque jour, on a le droit à une nouvelle innovation. Au moment où la FinTech et autre type de moyens de paiement sont en train de se développer dans le monde, il semble ridicule de tenir un tel discours. Il nous faudra plus de 2 ans pour que 50% de nos adultes aient leurs cartes de paiement électronique. Cela alors que des adultes et même des adolescents, on parle d'Algériens, ouvrent en ligne des comptes en devises et obtiennent leurs cartes en quelques minutes, à travers des banques en ligne internationales, telle que Paysera. Or là on vient nous dire qu'il faudra attendre deux longues années, afin d'espérer avoir 16 millions de cartes de paiement électronique, assurant que seuls 10 millions sont actuellement en circulation. De plus, les cartes devraient être l'élément le plus simple dans la chaîne de la digitalisation du paiement. Le grand souci serait plutôt la généralisation des TPE. Malgré l'obligation faite aux commerçants de se doter en conséquence, avant la fin de l'année en cours, seuls «39 000 TPE sont aujourd'hui opérationnels à travers le territoire national», précise le même intervenant. Et même si on arrive à mettre en place toute cette chaîne, il faudra trouver les moyens d'ancrer la culture du paiement électronique chez les citoyens. C'est là le grand exploit. Le nombre de transactions effectuées actuellement est presque ridicule, pour un pays comme l'Algérie. Même les détenteurs de cartes rechignent à les utiliser. EIles leur servent plus comme cartes de retrait que de cartes de paiement. La faute au manque de mesures incitatives. Même les achats en ligne, qui sont un moyen permettant de booster la chose, se font au «paiement à la livraison». «Le nombre des Web marchands disposant de modules de paiement est passé de 30 en 2018 à 120 actuellement, tandis que 200 Web marchands sont en cours de certification. Mais combien de transactions ont-ils effectué? Elles sont au-delà des attentes et des investissements consentis. Pourtant, durant ces deux dernières années, l'espoir était de retour au vu de la volonté politique affichée par les autorités et l'«effet de la Covid-19» qui a montré l'importance de la transformation digitale de la monétique. Mais le e-paiement, en Algérie, semble donc être un voeu pieux...

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.