Micro-entreprises: Tebboune ordonne l'organisation d'un salon international début 2022    Tebboune valorise l'amélioration du débit internet réalisée depuis 2020    Le Cameroun dans l'incertitude    Ligue 1 (6e journée) : L'O Médéa nouveau leader    Real : Benzema donne de ses nouvelles    Championnat d'Afrique de karaté : 10 Algériens en finales et 13 médailles décrochées    Des vents forts sur des wilayas côtières de l'Est du pays lundi    Crisis Group: Washington doit intégrer dans son discours le droit des Sahraouis à l'autodétermination    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Coupe arabe 2021 de la Fifa: L'Egypte et l'Algérie ont réalisé de belle prestations    Affaire Fethi Ghares : Procès reporté au 12 décembre    Est-ce la fin des mesures de rétention contre le Liban ?    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Pourquoi ça bloque    Le difficile démarrage    Sit-in des bénéficiaires des logements AADL    Le président Tebboune préside aujourd'hui une réunion    Le Ballon d'Or 2020 finalement attribué à Lewandowski ?    "Notre participation a été un succès"    La construction de logements en plein boom    Ce qui va changer pour voyager en France    Plus de 240 enfants handicapés accueillis par les établissements spécialisés    Le moudjahid Hadj Ziane Mohamedi n'est plus    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    Unifier les efforts pour lutter contre le terrorisme    Les Canaris s'entraînent enfin à... l'ESHRA    Résultats    Démantèlement d'une bande de trafiquants de psychotropes    Plus de 390 tonnes de produits alimentaires saisis dans un dépôt non déclaré    Repêchage du corps emporté par les eaux pluviales à Mediouna    La légende Saïd Mekbel    Le coup d'envoi demain à Boumerdès    Avant-première de Sœurs de Yamina Benguigui à Tunis    L'attaque dans le centre du Mali, une atteinte grave aux droits de l'Homme    Fiesta «flamenca»    Visite d'une délégation de diplomates et ministres africains et arabes    La colère de Tebboune    La justice autorise une manifestation contre les bases militaires    Les Gambiens élisent leur président    Le cadeau empoisonné des nouveaux élus    Des bombes livrées en 2016 à l'Arabie et aux Emirats par la France    Le FFS reprend sa majorité à l'APW    Une nouvelle génération des démocrates    La rupture?    Des blocages partout    Hommage à Pilar Bardem    Des films et une installation pour sensibiliser à la cause    Plus de 1.200 objets issus du film mis en vente    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Manoeuvres sournoises autour de la Minurso
L'Algérie rejette le format des «tables rondes» sur le Sahara occidental
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2021


Dans une tentative persistante de torpiller la relance du processus de règlement politique de la question sahraouie, voilà que les parties connues pour leur soutien à l'occupation illégale marocaine du Sahara occidental manoeuvrent au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, à travers le projet de résolution relatif à la prorogation de la Minurso. Un document dont le contenu a été qualifié d' «inefficace et contre-productif» par la délégation algérienne aux Nations unies. Celle-ci a d'ailleurs adressé une lettre au président du Conseil de sécurité Martin Kimani, avec copie au secrétaire général Antonio Guterres, dans laquelle elle rejette catégoriquement la reconduction du format de négociations dits des ''tables rondes'' que comporte le nouveau projet. «Sur instruction de notre gouvernement, je vous écris pour réitérer la position de mon pays concernant la référence dans le projet de résolution sur le renouvellement de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (Minusro) aux soi-disant ''tables rondes'', avertit le chef de la mission, Sofiane Mimouni, qui explique que «l'Algérie n'a jamais considéré ces ''tables rondes'' comme le format ultime pour la conduite du processus politique au Sahara occidental mais plutôt comme une étape de transition vers des négociations entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario». Au fur et à mesure de leur déroulement, durant le mandat de l'envoyé spécial Horst Kohler, cesdites tables rondes «se sont avérées inefficaces et sont devenues contre-productives et problématiques, du fait de leur instrumentalisation par les autorités marocaines pour se détourner de leurs responsabilités et déformer la réalité du conflit au Sahara occidental comme question de décolonisation». En effet, le Royaume marocain a saisi cette démarche pour en tirer un argument fallacieux selon lequel l'Algérie serait partie prenante du conflit alors qu'il s'agit, clairement et inexorablement, d'un conflit entre un occupant illégal du territoire sahraoui non autonome, appelé à exercer son droit au référendum d'autodétermination et le représentant unique et légitime du peuple de ce territoire, en l'occurrence le peuple sahraoui. Prenant acte de cette enième manoeuvre du Royaume marocain, l'Algérie a exclu, en toute logique et transparence, une quelconque participation à de prétendues tables rondes, qui ne sont rien d'autre que des épisodes dilatoires, et elle «réaffirme son engagement à soutenir les efforts du SG de l'ONU en vue de relancer les négociations directes entre les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc» qui sont appelés à «s'engager de bonne foi et sans condition dans le processus politique». Cette position de notre pays avait déjà été signifiée, le 12 octobre, par l'envoyé spécial, chargé de la question du Sahara occidental et des pays du Maghreb, Amar Belani, quand il a déclaré que «le format dit ''de tables rondes'' n'est plus à l'ordre du jour». «Cette option est désormais obsolète compte tenu de l'instrumentalisation éhontée par la partie marocaine de la participation de l'Algérie aux précédentes tables rondes pour présenter fallacieusement notre pays comme étant partie à un conflit ''régional''», avait-il en outre expliqué. Chacun sait que les Nations unies reconnaissent comme seules parties au conflit, de manière claire et nette, le Royaume du Maroc et le Front Polisario alors que l'Algérie et la Mauritanie sont reconnues comme pays voisins observateurs du processus de règlement tel qu'il est explicité dans les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité de l'ONU.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.