Sellal acquitté    Coupe Arabe : Le groupe de l'Algérie au complet pour la séance d'entrainement du dimanche à Doha    Un scrutin et des leçons    Le salaire moyen en Algérie stagne sous les 42 000 DA    Eni cède 49,9% de ses parts à Snam    De l'apport de la maison d'accompagnement et d'intégration    Comment mettre fin au projet d'expansion israélienne    Trois manifestants tués    La réouverture de la frontière au menu    La Cour constitutionnelle tranche en faveur des avocats    Des duels directs intéressants    Plus de 1 700 logements réceptionnés par l'OPGI    Plantation de 4 000 arbustes en 2021    Démantèlement d'un réseau de migrants vers l'Espagne    Il y a cinq ans s'éteignait Amar Ezzahi    ...CULTURE EN BREF ...    Le Championnat national hivernal les 18 et 19 mars à Oran    Mahrez n'en veut pas à Guardiola    Les résultats provisoires attendus cette semaine    Retour du FLN, forte percée des indépendants et net recul du FFS à Béjaïa    Des Miss et des Z'hommes    Une mère et son enfant tués par le monoxyde de carbone    Les services de la santé sur le qui-vive    «Nous devons apprendre à vivre avec le Covid-19»    Les risques commerciaux découlant de l'affrètement d'un navire    Les indépendants conduiront la commune de Constantine    Pour le Ballon d'Or, Zidane affiche une nouvelle fois son soutien à Benzema    Chlef: Des facilitations pour les employeurs    Chutes de neige et glissement de terrain: Des routes fermées dans plusieurs wilayas    Ils seront transférés aux vendeurs activant dans l'informel: Une commission pour recenser les locaux et marchés inexploités    Rapprochement entre le Maroc et l'entité sioniste: «Un véritable danger pour toute la région»    Climat ombrageux ?    La xénophobie change de sens    Le doigt d'honneur du prétendant Zemmour adressé en vrai aux Français    Hommage - Paul Bouaziz (Oran, 1926- Paris, 2021): L'avocat des démunis et des résistants    Chanegriha au Caire pour participer au Salon de Défense    Cinq combattants kurdes tués dans une attaque de l'EI    Le Front Polisario appelle la jeunesse mondiale à renforcer son soutien    Ferhat, une affaire à saisir    Le feuilleton Haaland est relancé    Palmeiras réussit le doublé    Le Comité militaire mixte libyen s'est réuni à Tunis    Tripoli soigne son partenariat avec Alger    La nouvelle vague    Le SG de l'ONU «très satisfait» du rôle de l'Algérie    «L'homme-carrefour» de Hakim Laâlam primé    «Une ère nouvelle d'estime et d'amitié»    L'art rassemble le tout-Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enfin des logements pour les sinistrés
Béjaïa
Publié dans L'Expression le 28 - 10 - 2021

Plus de 153 familles, touchées par les deux derniers tremblements de terre qui ont secoué la ville de Béjaïa, ont été conviées, hier, au tirage au sort concernant l'affectation des logements sociaux qui leur étaient destinés. Dans une ambiance bon enfant, les bénéficiaires ont connu, depuis, l'étage et le numéro de leurs appartements, dont la remise des clés interviendra sous peu.
Le tirage au sort, au profit des 153 familles détentrices de décisions de pré-affectation, a été organisé, hier, en présence du DG de l'Office de promotion et de gestion immobilière (Opgi), de Béjaïa, d'un huissier de justice, du chef de daïra de Béjaïa, les cadres de l'Office et les bénéficiaires de ce programme de logements sociaux. Une occasion pour finaliser le choix des étages et des appartements de cette tranche, destinés aux familles déjà recensées par la commission de daïra et répondant aux critères exigés pour l'obtention d'un logement social, à savoir la catégorie inscrite au rouge lors des derniers tremblements de terre qu'avait connus la région de Béjaïa.
L'opération, supervisée par l'office, s'est déroulée en toute transparence, a-t-on appris de sources responsables. Cette première initiative sera suivie d'une autre qui touchera les familles recasées au niveau des sites de Saket, cité Soummari, plateau Amimoun, Base Impos, Edimco..., qui souffrent depuis des années dans des conditions inhumaines. Le nouveau chef de l'exécutif semble prendre au sérieux le calvaire des gens démunis, qui n'ont d'autre choix, pour une vie saine, que celui de bénéficier de logements sociaux. Hier, les appartements des étages du bas, destinés aux bénéficiaires touchés par le séisme du 18 mars 2021 et classés en zone rouge, ont été affectés, en priorité, aux personnes ayant des besoins spécifiques, dans l'attente de la poursuite de l'opération pour indemniser toutes les personnes touchées.
Les 57 familles recasées, depuis plus de quatre ans, au camp de toile de Saket, par l'APC de Béjaïa, attendaient elles aussi un geste des pouvoirs publics. Ces oubliées par les responsables locaux et le ministre de tutelle, ne doivent plus attendre. Les recoupements d'information en notre possession concourent vers le règlement de la situation de ces familles qui n'ont que trop enduré cette situation, dans un environnement hostile fait d'un froid terrible et de conditions sécuritaires qui laissent à désirer. Il en est de même pour les familles recasées provisoirement par l'Assemblée populaire communale de Béjaïa, dirigée alors par le Front de Libération nationale. Plus de 250 familles démunies ont été abandonnées à leur sort, en dépit des alertes souvent exprimées. Des rassemblements de protestation, devant le siège de la wilaya, ont été organisés maintes fois, mais sans résultats. Aujourd'hui, ces familles son toujours là, accrochées à un hypothétique espoir d'un geste des autorités qui, pourtant, sont très au fait de la réalité locale, une réalité faite de conditions de vie des plus précaires et d'une sécurité faite souvent d'agressions nocturnes, loin d'émouvoir les autorités locales en charge de la situation. Rappelons qu'il y a un peu plus d'une année, un grave incident a secoué le camp de recasement de Saket, soit le site le plus éloigné de la ville et de la sécurité, interpellant, encore une fois, les autorités locales pour agir au plus vite avant que l'irréparable ne survienne. Dans le site de recasement, les conditions de vie des familles, rapportées ici et là, n'ont de valeur que celle d'éliminer tous ces sites qui dénaturent la ville de Béjaïa et mettent en péril la vie des gens. Ces bidonvilles doivent nécessairement être éradiqués. Il y va de l'image de Béjaïa, ville touristique, mais également de la sécurité de ses habitants, car c'est dans ces lieux que naissent les fléaux sociaux de tous genres, avant de se propager aux quatre coins de la ville. Drogue, prostitution, agressions, vols, autant de fléaux que l'on ne peut commencer à combattre qu'en éradiquant leurs terrains de prolifération. La cité Soumari, les bases Enpros, l'Edimco et Saket, pour ne citer que celles-là, sont occupées provisoirement par plus de 250 familles vivant dans des conditions peu enviables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.