Un premier bilan fait 26 morts    Fin de mission pour les administrateurs    Afrique nous voilà!    La recherche scientifique est la seule voie    «Le bien-être individuel est lié à l'action collective»    Incorrigible Makhzen!    «Il reproduit les pratiques des groupes terroristes»    La presse marocaine prend le relais    Algérie-Brésil en France?    Lagraâ veut partir    Deux nouvelles médailles en judo    La justice rouvre de nombreux dossiers    Le Maroc c'est toujours... kif-kif    «Il faut revoir la gestion des ports de pêche»    «Raïssouni se trompe de cible»    Demain, l'ascension d'Azrou N'Thor    «Décoloniser la préhistoire algérienne»    Vingt-six foyers d'incendies enregistrés à travers neuf wilayas du pays    Tiaret: réalisation prochaine de deux stations pour améliorer les prestations en matière d'électricité    Tebboune présente ses condoléances    L'Algérie a joué un rôle pionnier dans l'appui aux mouvements de libération dans plusieurs pays africains (Djoudi)    Soixantenaire de l'Indépendance: une cérémonie littéraire au Palais de la Culture à l'occasion de la Journée nationale de la poésie    Congrès de la Soummam (Bejaia), un moment décisif sur le chemin de la victoire    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Kick-boxing : l'Algérie décroche trois médailles de bronze    La commission de la fatwa du ministère des Affaires religieuses condamne les propos provocateurs de Raïssouni contre l'Algérie    Décès du caricaturiste Benaouda Taouche    Envoi d'aides humanitaires au Sénégal suite aux inondations dans ce pays    Voile / Championnat de Tunisie : l'Algérie présente avec treize athlètes    Karaté / Jeux de la solidarité islamique : l'Algérie en bronze par équipes dames    Quatre éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Céréaliculture: rappel aux producteurs l'obligation de livrer leurs récoltes aux CCLS    Ronaldo fait une promesse pour dans quelques semaines    Clôture du 11e Festival culturel chaâbi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Comme une pilule de suicide !    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    15 pays y prennent part    Le ministère la culture la célèbre en août    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un Etat social otage de la bureaucratie
Publié dans L'Expression le 14 - 11 - 2021


La séance des réponses aux interpellations des députés permet d'estimer la grande disponibilité de l'Exécutif à renforcer autant que faire se peut la solidarité nationale. Benadberrahmane était donc forcément à l'aise sur le terrain des subventions, de l'allocation chômage et du logement social, notamment. Il a défendu un projet de loi de finances, disons-le, très à «gauche», pour utiliser l'expression consacrée sous d'autres cieux pour qualifier un positionnement politique proche des couches populaires et de la classe moyenne. La reconduction des transferts sociaux, les pincettes que prend l'Exécutif sur la redistribution des subventions et la volonté de rendre opérationnelle le plus tôt possible l'allocation chômage, constituent autant de balises qui éclairent d'une lumière socialisante la démarche de l'Exécutif. Très largement inspiré de la déclaration du 1er novembre 1954, la fonction sociale de l'Etat aura toujours été un principe immuable du fonctionnement du pays. Cette orientation à «gauche» est d'autant plus évidente qu'au moment où il fallait faire très attention aux dépenses publiques, en 2014, lors de l'effondrement du marché pétrolier, l'Exécutif n'a pas touché à l'ambitieux programme de réalisation de millions de logements et encore moins au soutien des prix des produits de première nécessité. En 2017, lorsque le Fonds de régulation des recettes s'est tari, l'Etat a pris le risque d'une planche à billets de plus de 6 000 milliards de dinars plutôt que d'opter pour une politique de grande rigueur budgétaire, comme le recommandaient d'ailleurs les experts du FMI et quelques économistes nationaux. La raison de ce qui pouvait être associé à une attitude aventuriste de l'Exécutif était on ne peut plus claire et répondait à la déclaration du 1er novembre qui insiste sur le bien-être du citoyen comme principal objectif de l'Etat algérien indépendant. Dans ce cadre, la mission des gouvernants est en même temps simple et très compliquée. Et pour cause, si l'essence de l'action politique est identifiée sans aucune nuance, l'atteindre et s'y maintenir relève de l'exploit quotidien, notamment lorsque les voyants économique et financiers virent au rouge. Cela pour dire qu'autant Benabderrahmane était à l'aide pour répondre aux députés sur la détermination de l'Etat de ne laisser aucun Algérien sur le bord de la route, autant son gouvernement devra trouver des solutions autres que la rigueur pour passer le cap difficile du moment et relancer efficacement la machine économique. Il reste que l'Exécutif est, pour l'exercice 2022, sauvé par le gong, en ce sens que la hausse des prix de l'or noir l'éloigne d'entrevoir des réponses non conventionnelles à la crise. Mais cette aubaine est loin d'être pérenne. D'où le casse-tête de l'Etat qui devra trouver des solutions hors des sentiers battus tracés par le FMI. Cela dit, au regard du formidable potentiel de l'Algérie, tant en matière industrielle qu'en ressources naturelles, le succès d'une relance, sans plan de rigueur, est très largement à la portée du gouvernement. Cela, ses experts le savent parfaitement et connaissent le moyen d'y parvenir. Il suffit de tordre le cou à la bureaucratie qui paralyse tout dans le pays. Cela passe par une série d'actions nécessaires identifiées, mais très mal mises en oeuvre. On peut en énumérer des dizaines. L'ensemble des départements ministériels en a conscience, mais peu passent à l'action.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.