Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Offensive diplomatique contre la Cédéao    Plus de 30 personnes renvoyées devant la justice panaméenne    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le match CSC-JSK décalé de 24 heures    Les secrets du président de la FIFA...    Formation accélérée pour l'obtention de la licence CAF C et B    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Dans l'attente de déterminer le mode d'enseignement    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    Zahia Ziouani au micro de Maya ? J'adore ! Vraiment !    La Chine émet une alerte jaune aux tempêtes de neige    Le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Le taux de chômage inférieur à celui de l'avant-pandémie    L'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors va investir 23 mds EUR dans l'électrification sur 5 ans    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Jungle/Pub sur Internet ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Une catastrophe environnementale et sanitaire évitée à Oran Est: L'APC d'Oran a décidé de porter plainte contre X    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Brèves Omnisports    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    La Sadeg améliore sa desserte    «Le pays est toujours ciblé»    Pénurie de... soldats!    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Les preuves du complot    Les APC sans majorité absolue débloquées    Lotfi Benbahmed rassure    Le temps de l'efficacité    Messi penserait à un retour au Barça    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    Les avocats mettent fin à leur grève    14 candidats en lice pour un siège de sénateur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Nos jeunes relèveront le défi»
Anis Saoudi, membre de la direction de campagne du FLN de Béjaïa, à L' Expression
Publié dans L'Expression le 21 - 11 - 2021

Il fait partie de la nouvelle génération de militants du parti du Front de Libération nationale. À 33 ans il cumule déjà deux mandats sous les couleurs du FLN. Aujourd'hui, ce jeune avocat de profession est député et membre de la direction de la campagne électorale du FLN à Béjaïa. Il nous parle des listes de son parti, des candidats retenus et du déroulement de la campagne.
L'Expression: Le FLN a réussi à constituer une liste APW et 13 pour les APC, en dépit de toutes les entraves?
Anis Saoudi: En effet, nous aurions pu marquer notre présence de manière plus conséquente si l'autorité locale s'était montrée moins sévère avec nous. Cette autorité a rejeté deux de nos listes à Ighil Ali et El Kseur au motif d'insuffisances de parrainages (29 et 25). Il y a eu, également, le rejet de candidatures, dont celle de notre mouhafad Hamid Merouani, qui avait, portant, eu gain de cause au niveau du tribunal administratif et le Conseil d'Etat. À ce titre je profite pour interpeller le président de l'Autorité nationale pour prendre des mesures qui s'imposent
La campagne électorale s'achève dans quelques jours, quelle évaluation en faites-vous?
Nous estimons avoir été à la hauteur. Notre campagne électorale a été très positive. Nous avons rencontré les électeurs lors des meetings et des rencontres de proximité à travers toutes les communes de la wilaya où nous avons eu des échos très favorables malgré la conjoncture économique, politique et sociale, qui ne s'y prête pas. Nos listes composées de jeunes diplômés et cadres d'Etat ont suscité la curiosité et nous avons beaucoup d'espoir pour un vote positif en faveur de notre liste à l'APW et les 13 autres aux APC. Les citoyens ont découvert un FLN rajeuni. Nous restons optimistes pour honorer notre parti à Béjaïa, le berceau de la révolution.
Vous avez été élu député lors des dernières législatives, les conditions ont-elles évolué pour vous investir de nouveau pour défendre les couleurs du parti?
J'avoue que mes deux expériences m'ont fait prendre confiance et à travers moi, les jeunes se sont montrés enthousiastes pour la chose politique. Le FLN se rajeunit et reste porteur d'espoir pour la nouvelle génération avide d'une vie meilleure faite de plein-emploi et de richesse. Les conditions ont nettement évolué par rapport à la campagne pour les législatives. Les citoyens sont beaucoup plus présents et à l'écoute durant toutes nos sorties sur le terrain.
Justement, comment était organisée votre campagne?
Notre directeur de campagne, Hamid Merouani, le mouhafadh de Béjaïa, suivait de près nos activités. En tant que son adjoint, nous avons procédé à l'installation de quatre commissions avant de nous lancer sur le terrain pour totaliser plus d'une centaine de meetings dont le plus important était la venue du secrétaire général Abou El Fadl Baâdji à Kherrata et Béjaïa.
Une participation plus conséquente est attendue alors, selon vous?
L'idée du boycott des élections ne travaille pas l'intérêt de la région. Les citoyens le savent bien. À chaque fois nous les appelons à venir en masse pour soutenir nos listes et exprimer démocratiquement leur choix pour la liste Numéro quatre. Je profite pour remercier les citoyens de la wilaya pour leur accueil et surtout l'intérêt accordé à nos listes en saluant leur composante jeune, qui signifie le rajeunissement du parti. Par son comportement l'Anie nous a imposé un sérieux handicap. L'élite politique de notre wilaya en a pris conscience. Nous allons désormais travailler pour changer l'ordre des choses car ces pratiques entravent non seulement la région et son économie, mais également l'émergence d'une nouvelle génération de cadres politiques, qui peuvent reconstruire la dynamique locale sur de nouvelles bases en rapport avec l'évolution du pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.