Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des vertes et des pas mûres
Dans un mois, la présidentielle libyenne
Publié dans L'Expression le 23 - 11 - 2021

Dans son intervention demain devant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies en Libye, Jan Kubis va présenter un rapport exhaustif sur la situation qui prévaut dans le pays maghrébin, à l'heure de l'échéance cruciale des élections du 24 décembre prochain que la communauté internationale appelle de ses voeux. Un mois avant l'échéance, jour pour jour, l'envoyé spécial onusien exposera les derniers développements sur la scène politique et sécuritaire libyenne où les efforts et les démarches sont tantôt récompensés et tantôt annihilés, si l'on considère l'épineuse question du retrait des forces étrangères et des mercenaires toujours ancrés dans le pays. A ce sujet, le porte-parole du SG de l'onu, Stéphane Dujarric, a assuré que la mission des Nations unies en Libye a pour tâche majeure d'accompagner l'ensemble des parties prenantes à la crise pour la tenue effective des élections du 24 décembre, en s'assurant que le scrutin soit global et crédible, conformément à la feuille de route adoptée par le Forum du dialogue politique inter libyen et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU. Dans une déclaration, vendredi dernier, Dujarric avait assuré, en outre, que l'ONU compte fournir tout le soutien technique nécessaire à la Haute Commission Electorale Nationale (HCEN), avec une démarche active auprès des femmes et des catégories marginalisées du pays. L'ambition onusienne, a-t-il insisté, reste de soutenir et encourager le processus électoral, avec un soutien logistique axé sur la coordination des aides internationales pour un renforcement des capacités institutionnelles du gouvernement de transition.
La HCEN a ainsi énoncé, hier, que le nombre de candidats à la présidentielle dont le dossier a été officiellement déposé auprès des trois administrations électorales est de 30, le dernier en date étant le Premier ministre Abdelhamid Dbeibah qui a postulé ce dimanche. A ce stade, il y a donc parmi les trente candidats des noms comme Abdelhamid Dbeibah, Seif el Islam Maamar El Gueddhafi, Khalifa Belqasim Haftar, Ali Zaïdan, al Senoussi Abdul Salam al Senoussi, Fathi Bachagha, Aguila Saleh, Muhammad Ahmed et Muhammad Ali al Sharif et Ahmad Omar Maiteeq. Ce sont là les candidatures qui retiennent le plus l'attention de l'électorat libyen, même si, à cette heure, rien n'est encore véritablement joué puisque l'examen des dossiers n'est pas encore achevé par les commissions compétentes de la HCEN et qu'ensuite interviendra le verdict des instances politiques majeures du pays (Est et Ouest), une clé indispensable pour avaliser l'engagement réel dans la campagne électorale qui devrait intervenir prochainement. Et c'est là que le bât blesse. Car non seulement l'encadrement constitutionnel de ces élections n'est toujours pas établi, le Conseil d'Etat basé à Tripoli et le Parlement basé à Tobrouk poursuivant leurs querelles intestines, mais le dispositif réglementaire dont l'organisation en termes de durée et d'encadrement de la campagne reste encore méconnu. Certes, la HCEN a déjà remis 1 202 254 cartes d'électeurs mais elle demeure dans l'expectative du coup d'envoi officiel de cette campagne, alors qu'il reste un mois pour le déroulement du scrutin.
Autre obstacle majeur, le retrait des mercenaires et forces étrangères reste encore du domaine des spéculations vaseuses. Hier, le chef du Mouvement de libération du Soudan, Moni Arko Minawi, a appelé le gouvernement soudanais et la communauté internationale à «coopérer sérieusement» pour expulser tous les mercenaires dont les forces soudanaises présentes en Libye. Publiée par le site Darfour 24, sa déclaration nie toute présence de forces affiliées à son groupe présent «uniquement au Darfour», précise-t-il. Selon l'ONU, ils sont encore quelque 20000 éléments en Libye dont les factions soudanaises «impliquées depuis des années», indique Minawi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.