Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France a mal à l'outre-mer
Après la Guadeloupe, la grogne gagne la Martinique
Publié dans L'Expression le 28 - 11 - 2021

Il y a tout juste une semaine, les indépendantistes de la Nouvelle-Calédonie ont haussé le ton contre le gouvernement français qui a décidé la tenue immédiate du troisième et dernier référendum, prévu dans le cadre des accords de Matignon scellés par le Premier ministre Michel Rocard et le chef historique du FLN-KS (kanak socialiste) Jean-Marie Tjibaou (mort assassiné, avec son frère d'armes, Yeiwéné Yeiwéné, le 4 mai 1989), référendum initialement programmé en 2023.
Les dirigeants de la coalition indépendantiste ont, alors, prévenu qu'ils refusent toute participation à ce référendum dont les résultats ne vont, en outre, les engager d'aucune manière. Quelques jours plus tard, c'est au tour de la Guadeloupe de s'enflammer, d'abord pour protester contre l'obligation vaccinale des soignants et des pompiers contre la pandémie de Covid-19, puis, la colère grondant, pour embrasser des revendications «sociales» qui alarment le gouvernement français.
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a déclaré, hier, qu'il est «prêt» à parler...d'autonomie. Un tabou se découvre, ainsi, brisé. Dans une allocution télévisée mise en ligne vendredi, il a assuré n'avoir, justement, «aucun tabou» et évoqué des discussions autour d'une autonomie devenue, ces jours derniers, un point focal des revendications. «Certains élus ont posé la question en creux de l'autonomie (de la Guadeloupe, ndlr), par rapport à son statut actuel de département-région d'outre-mer. D'après eux, la Guadeloupe pourrait mieux se gérer d'elle-même. Ils souhaitent moins d'égalité avec l'Hexagone, plus de liberté de décision par les décideurs locaux.
Le gouvernement est prêt à en parler, il n'y a pas de mauvais débats, du moment que ces débats servent à résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéens », a argumenté le ministre tandis que Paris a décidé de surseoir, jusqu'au 31 décembre, à l'obligation vaccinale, dans le vain espoir de calmer les «mauvais» esprits guadeloupéens. Certains ministres y vont de leur sérénade, montant en épingle le besoin des outre-mer qui veulent plus de liberté (?) et ont droit au respect de leurs «spécificités» (sic). Cela n'est pas sans rappeler une démarche analogue de la colonisation en Algérie. Dans une première phase, il est dit que «l'Etat n'abandonnera pas ces territoires», une évidence parmi tant d'autres, et que, pour étayer sa bonne volonté face aux émeutiers, il va offrir 1000 emplois aidés pour les jeunes, appelés à seconder les collectivités ou les associations. Une réponse disproportionnée par rapport au drame que vit la population locale dont 34,9 est en-dessous du seuil de pauvreté, avec un taux de chômage de 19% par rapport à la population active. Chez les jeunes, le taux est de 35% contre 20% en moyenne «nationale». Autant dire que l'ambiance, dans les Dom-Tom, n'est plus à la rigolade et que le gouvernement français s'y retrouve dos au mur, cherchant comment apaiser les tensions et mettre fin aux violences qui durent depuis une semaine et qui ont même gagné la Martinique où les autorités locales viennent d'imposer le couvre-feu, dans l'espoir d'éviter le pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.