Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La France a mal à l'outre-mer
Après la Guadeloupe, la grogne gagne la Martinique
Publié dans L'Expression le 28 - 11 - 2021

Il y a tout juste une semaine, les indépendantistes de la Nouvelle-Calédonie ont haussé le ton contre le gouvernement français qui a décidé la tenue immédiate du troisième et dernier référendum, prévu dans le cadre des accords de Matignon scellés par le Premier ministre Michel Rocard et le chef historique du FLN-KS (kanak socialiste) Jean-Marie Tjibaou (mort assassiné, avec son frère d'armes, Yeiwéné Yeiwéné, le 4 mai 1989), référendum initialement programmé en 2023.
Les dirigeants de la coalition indépendantiste ont, alors, prévenu qu'ils refusent toute participation à ce référendum dont les résultats ne vont, en outre, les engager d'aucune manière. Quelques jours plus tard, c'est au tour de la Guadeloupe de s'enflammer, d'abord pour protester contre l'obligation vaccinale des soignants et des pompiers contre la pandémie de Covid-19, puis, la colère grondant, pour embrasser des revendications «sociales» qui alarment le gouvernement français.
Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, a déclaré, hier, qu'il est «prêt» à parler...d'autonomie. Un tabou se découvre, ainsi, brisé. Dans une allocution télévisée mise en ligne vendredi, il a assuré n'avoir, justement, «aucun tabou» et évoqué des discussions autour d'une autonomie devenue, ces jours derniers, un point focal des revendications. «Certains élus ont posé la question en creux de l'autonomie (de la Guadeloupe, ndlr), par rapport à son statut actuel de département-région d'outre-mer. D'après eux, la Guadeloupe pourrait mieux se gérer d'elle-même. Ils souhaitent moins d'égalité avec l'Hexagone, plus de liberté de décision par les décideurs locaux.
Le gouvernement est prêt à en parler, il n'y a pas de mauvais débats, du moment que ces débats servent à résoudre les vrais problèmes du quotidien des Guadeloupéens », a argumenté le ministre tandis que Paris a décidé de surseoir, jusqu'au 31 décembre, à l'obligation vaccinale, dans le vain espoir de calmer les «mauvais» esprits guadeloupéens. Certains ministres y vont de leur sérénade, montant en épingle le besoin des outre-mer qui veulent plus de liberté (?) et ont droit au respect de leurs «spécificités» (sic). Cela n'est pas sans rappeler une démarche analogue de la colonisation en Algérie. Dans une première phase, il est dit que «l'Etat n'abandonnera pas ces territoires», une évidence parmi tant d'autres, et que, pour étayer sa bonne volonté face aux émeutiers, il va offrir 1000 emplois aidés pour les jeunes, appelés à seconder les collectivités ou les associations. Une réponse disproportionnée par rapport au drame que vit la population locale dont 34,9 est en-dessous du seuil de pauvreté, avec un taux de chômage de 19% par rapport à la population active. Chez les jeunes, le taux est de 35% contre 20% en moyenne «nationale». Autant dire que l'ambiance, dans les Dom-Tom, n'est plus à la rigolade et que le gouvernement français s'y retrouve dos au mur, cherchant comment apaiser les tensions et mettre fin aux violences qui durent depuis une semaine et qui ont même gagné la Martinique où les autorités locales viennent d'imposer le couvre-feu, dans l'espoir d'éviter le pire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.