Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Kamel Aziz «l'héritier de Amar Ezzahi»
Cinq ans après son décès, Amar Ezzahi éveille encore les nouveaux talents
Publié dans L'Expression le 30 - 11 - 2021


Malgré une discographie officielle très réduite et un retrait volontaire de la scène en 1987, Amar Ezzahi a révélé de nombreux jeunes talents aiguillés sur la voie de la musique par leur admiration pour ce monument de la chanson chaâbie disparu en 2016. L'interprète de la chanson chaâbie, Kamel Aziz, confie avoir «imité aveuglement» son mentor pendant de longues années grâce aux différents enregistrements disponibles. Son admiration pour Amar Ezzahi l'a d'abord conduit sur la voie du chaâbi et du qcid, qu'il collectait également chez lui, jusqu'à avoir le «déclic» qui l'a mené à voir ce qui se fait ailleurs et dans d'autres styles pour l'introduire harmonieusement dans l'univers du chaâbi tout en gardant l'empreinte du maître. Présenté comme l`héritier de Amar Ezzahi, même s'il considère ce titre comme une «trop lourde responsabilité», Kamel Aziz, a confié qu'il a appris auprès de ce monument à être un maître de la chanson sur scène et dans les fêtes tout en restant l'éternel élève quand il travaille sa musique. Celui qui avait rendu le premier hommage au «Cheikh», à l'Institut du monde arabe à Paris, juste après son décès, dit «continuer à lui rendre hommage à chaque scène ou fête familiale qu'il anime». Jeune interprète de la chanson chaâbie, Lamine Sadi, qui a également côtoyé Amar Ezzahi, évoque un monument de la chanson algérienne et une «école de musique, de sagesse et de modestie». Il dit avoir beaucoup appris auprès de lui et grâce à ses enregistrements en matière de techniques vocales, de composition et de rythmes. Il considère son mentor comme celui qui incarne le «renouveau du chaâbi» qui a développé ce genre par sa recherche et son apport en composition, mais aussi comme l' «artiste populaire par excellence», «accompagné à sa dernière demeure par des milliers d'admirateurs». Zakaria Mihoubi, musicien et chanteur qui a mené plusieurs projets dans la musique raï, gnawa et chaâbie voit en Amar Ezzahi «tout le contraire de l'image du petit chanteur populaire qu'il défendait de lui-même», mais plutôt un grand interprète très vite repéré par Mahboub Bati avec qui il s'est imposé dans le paysage musical de l'époque. Cet «artisan du bonheur de millions de mélomanes» a donné à ce jeune musicien et chanteur l'envie de faire ce métier pour le public et lui a inculqué la rigueur et l'ouverture d'esprit. Il lui a rendu hommage avec «Katbetli Kya» et «Mahajti Bday Echmaâ», deux travaux qui ont donné à Zakaria l'envie d'explorer encore la voie du chaâbi mais à sa manière. La liberté pour laquelle était connu «Soltan Lahwa» l'a poussé à élaborer des orchestrations différentes et épurées en plus d'intégrer des instruments de musique moins conventionnels. S'il n'a jamais vraiment versé dans la formation de jeunes talents, ni créé d'école conventionnelle de musique, comme l'avait fait «le Cardinal» Hadj Mhamed El Anka, sans avoir pour autant fermé sa porte aux jeunes, Amar Ezzahi reste, cependant, un courant très repandu chez les artistes du chaâbi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.