Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La riposte de l'Opep+
Les USA à la tête d'une coalition pour faire baisser les prix du pétrole
Publié dans L'Expression le 30 - 11 - 2021

C'est une semaine de tous les dangers, qui a débuté, hier, qu'affrontera le marché pétrolier.
Les cours de l'or noir ont connu un vendredi noir le 26 novembre. Leur pire journée depuis avril 2020.
La menace que fait peser l'apparition d'un nouveau variant de la Covid-19 sur la demande mondiale les a fait plonger de plus de 10%.
Le baril de Brent, référence du pétrole algérien a perdu près de 13 dollars, en un peu plus d'un mois. Il est passé de 85 dollars le 22 octobre, à 72,72 dollars le 26 novembre. Pour ne rien arranger il doit, de surcroît, faire face à l'offensive orchestrée par les Américains qui ont décidé de recourir à leurs réserves stratégiques pour faire baisser les prix. Une coalition à laquelle ont adhéré plusieurs autres pays. Cette opération se fait en parallèle avec d'autres Etats, gros consommateurs d'or noir, en particulier la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud ou encore le Royaume-Uni, a indiqué la Maison-Blanche.
La première économie de la planète va mettre 50 millions de barils. Pékin n'a cependant pas précisé quand ces prélèvements auraient lieu ni quelle quantité de pétrole le gouvernement envisagerait de mettre sur le marché. D'autres pays se sont joints à cette offensive. Avec l'Inde, la Corée du Sud et le Royaume-Uni, le total injecté sur le marché serait de l'ordre de 65 à 70 millions de barils, estime Helima Croft, de RBC. Quel impact peut avoir cette initiative inédite?
Les experts sont pratiquement unanimes et ne croient pas qu'elle puisse avoir la même «force de frappe» que le Sars-Cov-2 ou ses variants. «La consommation de brut des Américains s'élevant à 19,5 millions de barils par jour, la mise sur le marché de 50 millions de barils correspond à 3 jours de demande des raffineries du pays», a expliqué Andy Lipow de Lipow Oil Associates, qui a mis en exergue l'aspect symbolique de cette mesure. «L'impact sur les prix ne devrait pas persister», estimaient pour leur part, les analystes de TD Commodities.
La décision des Etats-Unis et d'autres pays consommateurs de pétrole portant utilisation des réserves stratégiques pour casser les prix, n'aura qu'un «impact limité» sur les cours de pétrole, a fait savoir l'expert énergétique Mahmah Bouziane.
«L'utilisation de ces réserves se veut le déclenchement d'une guerre contre une autre partie ou en vue de faire face à une guerre annoncée par d'autres parties, au moment où la seule guerre que tout le monde doit mener, c'est de rallier le front contre la pandémie», a-t-il ajouté. L'Opep+ qui tiendra sa réunion le 2 décembre prochain réagira-t-elle au plongeon surpris des prix de vendredi dernier, sachant que le recours aux réserves stratégiques pourrait l'exacerber? La décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de ses alliés, dont la Russie de suspendre leur augmentation mensuelle de 400 000 barils/jour est déjà dans l'air.
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés envisagent déjà, en outre, de modifier leur calendrier de production en réaction à la découverte de ce variant. Ils pourraient y renoncer le temps d'un mois, selon des sources citées par les agences Reuters et Bloomberg. Il faut rappeler que les «23» avaient décidé, au mois d'avril 2020, de réduire leur production de près de 10 millions de barils par jour, pour stopper le plongeon des prix avant de procéder à une coupe de 7,7 millions de b/j à partir du 1er août de la même année, jusqu'à fin décembre 2020. Ils ont mis ensuite 350 000 barils par jour supplémentaires sur le marché, en mai et juin, 441 000 barils à partir du 1er juillet puis 400 000 barils par jour en août, septembre, octobre, novembre et décembre 2021. Un rythme qui devait se poursuivre jusqu'en septembre 2022.
La donne semble avoir changé...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.