Contrôle commercial: Plus de 145.000 affaires devant la justice en 2021    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP): Plus de 2.500 bénéficiaires titularisés dans leurs postes d'emploi    Diplomatie olympique    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    Suite à un «raz-de-marée» de contaminations dans les universités: Suspension des cours en présentiel jusqu'au 29 janvier    Affaire de l'escroquerie d'étudiants algériens: 11 mis en cause placés en détention    Covid-19 : une urgence nationale    «Dhakhira» Implosée    L'UA adopte le «plan Tebboune»    Pas avant le ramadhan    L'ANP trône sur le Maghreb    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Les Verts se projettent sur le Qatar    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Le nouveau challenge de Nasri    N'est pas influenceur qui veut!    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Bouslimani affiche ses intentions    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Mohamed Chafaa n'est plus    Algérie : Le Roy explique le fiasco    Oran: décès du moudjahid et chef d'entreprise Cherif Athmane    Diplomate sahraoui: l'occupant marocain essuie un nouveau revers    Crise malienne: l'Union africaine salue et soutient l'initiative du Président Tebboune    19 joueurs de l'EN ont quitté Douala pour rejoindre leurs clubs    Abderrezak Sebgag: "L'élimination de la sélection algérienne ne diminue en rien de sa valeur"    Maroc : craintes d'une aggravation de l'endettement des ménages    Libye: début de réunification de la banque centrale    Le décret exécutif fixant les missions de la CRTF publié dans le Journal officiel    Le wali d'Alger prend des mesures préventives contre la propagation du Coronavirus    Covid-19 : l'affluence sur le dépistage pourrait briser la chaîne de transmission du virus    L'Hôpital militaire universitaire d'Oran unique à l'échelle nationale et arabe à pratiquer la chirurgie mini invasive    Le Mali veut réviser ses accords de défense avec la France    Khalida Toumi, une femme à bout...    503 dossiers de candidature déposés    Le procès en appel de Hamel reporté au 9 février    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Plus de 80 auteurs maintenus au concours littéraire Mohammed-Dib dans sa 8e édition    La pièce Habibi : une synergie à trois voix pour dénoncer les violences de genre    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    Il y a soixante huit ans naissait la Révolution algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



17 personnes coincées dans un immeuble
Sauvées par les pompiers à Oran
Publié dans L'Expression le 01 - 12 - 2021

L'alerte est maximale, les fortes trombes qui se sont abattues, ces derniers jours oblige. Les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran ont= sauvé 17 personnes, dont= quatre enfants, coincés au 4e étage d'un vieil immeuble de quatre niveaux ayant subi un effondrement total de ses escaliers, reliant les deux derniers étages. Occupé par 21 familles, l'immeuble est situé dans le quartier de Gambetta, à l'ouest de la ville d'Oran.
Pour ce faire, les sauveteurs ont, aux fins d'éviter la poursuite de l'effondrement, consolidé ladite bâtisse, en la dotant de plusieurs pylônes mis en place dans plusieurs angles, ainsi qu'au niveau de ses murs porteurs. La vieille bâtisse a été sérieusement endommagée par les dernières pluies. Le vieux bâti constitue la face cachée de la deuxième ville du pays,
El Bahia-Wahrane. Ce fait est, de visu, perceptible un peu partout dans les quartiers d'Oran. Derrière le somptueux Front de mer, se dresse un autre front, charriant dans son passage le malheur et l'indigence. La ville se désagrège de jour en jour. S'effritant, la ville s'effondre comme un château de cartes, s'écroulant au moindre changement climatique.
L'effondrement du vieux bâti est devenu un phénomène coutumier. En temps de fortes pluies, les vents secouent les murs et les plafonds lézardés des habitations caractérisées par un état de délabrement très avancé. Aujourd'hui, l'on tente tant bien que mal d'apporter des solutions à une problématique enracinée dans cette ville, à telle enseigne qu'elle devient difficile à résoudre.
La menace est d'autant plus réelle qu'elle a, à plusieurs reprises, eu gain de cause de ces habitants désabusés par les promesses trompeuses engagées par les précédents gestionnaires. Ces derniers ont, à plus d'un titre, pris la chose en main en entreprenant diversement, sans juger utile de prendre en compte l'esthétique de la ville et la solidité de ses bâtisses, malgré les sommations des instances en charge du suivi du volet urbanistique de la cité. Elles ne le répètent pas assez, alors qu'elles ont pourtant fait dans l'alarmisme, comme fer de lance devant secouer ces responsables inconscients, alors que la situation s'aggrave de plus en plus.
Les chiffres font état de plusieurs centaines de bâtisses classées zone rouge. Autrement dit, leurs occupants sont évacués, vaille que vaille, étant donné qu'ils encourent les risques d'être surpris à tout moment par les effondrements, partiels ou entiers. L'instance de contrôle technique de la construction a fait état d'un recensement récent de plus de 600 habitations précaires menacées d'effondrement à tout moment. Celles-ci sont réparties à travers neuf délégations communales du chef-lieu de wilaya, dont Sidi El Houari, Emir Abdelkader, Sidi El Bachir (ex- Plateau), El Hamri, El Mokrani, El Makarri (ex-Saint-Eugène), Seddikia et Ibn Sina (ex- Victor Hugo) ou encore Tirigou». Le CTC d'Oran a lancé une opération de recensement des constructions précaires. Elle a été sanctionnée par l'élaboration d'un rapport ayant motivé les instances locales à mettre en place une commission chargée de recenser les familles résidant dans les immeubles menaçant ruine, avant d'entamer les opérations de relogement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.