Cour d'Alger : Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Le renforcement des capacités de combat de l'armée sahraouie, une des priorités pour 2022    Football / Algérie : Djahid Zefizef nouveau manager général des Verts    Education: la suspension des cours prolongée jusqu'au 5 février prochain    Chaalal met en avant la volonté politique de renforcer les relations culturelles entre les peuples algérien et égyptien    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le Chabab réussit la passe de trois    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Quand les plans de l'AEP font défaut    Un casse-tête chinois    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Joséphine Baker, une icône d'engagement et de liberté
Elle est entrée au Panthéon mardi
Publié dans L'Expression le 02 - 12 - 2021

Comme il était prévu il y a quelques mois, Joséphine Baker est entrée bel et bien mardi dernier au Panthéon.
Ainsi, elle y rejoindra, quarante-six ans après sa mort en 1975, les grandes figures françaises grâce à sa vie «incroyable» d'artiste de music-hall, de résistante et de militante antiraciste. C'est avec «Me revoilà Paris», l'une de ses plus célèbres chansons que la cérémonie solennelle fut lancée.
Le cortège a ensuite remonté le long d'un tapis rouge jusqu'au grandiose édifice néo-classique, considéré comme «le temple laïc de la République».
Au cours de la remontée, ont été rappelés les grands moments de la vie de la diva, née aux Etats-Unis en 1906, devenue française en 1937 et morte en 1975.
Dix de ses douze enfants étaient présents.
À noter que la dépouille de Joséphine Baker n'est pas dans le cercueil, couvert du drapeau français, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et de l'un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.
C'est donc un cénotaphe (tombeau ne contenant pas le corps) qui sera installé dans le caveau 13 de la crypte, où se trouve déjà l'écrivain Maurice Genevoix, entré au Panthéon l'an dernier.
Le cénotaphe restera toute la nuit dans la nef. Il ne sera placé dans le caveau que mercredi au cours d'une cérémonie familiale. Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui «étaient chères à Joséphine Baker», à savoir sa ville natale de Saint-Louis, Paris où elle connut la gloire, le château des Milandes (Dordogne) où elle installa sa tribu «arc-en-ciel», et Monaco où elle termina sa vie.
«Ma France, c'est Joséphine», a souligné le président français Emmanuel Macron en saluant l'engagement d'une femme qui a voulu «prouver aux yeux du monde que les couleurs de peau, les origines, les religions pouvaient non seulement cohabiter, mais vivre en harmonie». Et de faire remarquer: «Sa cause était l'universalisme, l'unité du genre humain.
L'égalité de tous avant l'identité de chacun. L'hospitalité pour toutes les différences réunies par une même volonté, une même dignité. L'émancipation contre l'assignation»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.