La présentation du programme prévue prochainement    Conférence sur les technologies de traitement de l'eau à Tipasa: l'exploitation des eaux traitées dans l'irrigation une "nécessité vitale"    Syrie: le gouvernement envoie ses forces dans le nord pour stopper l'offensive turque    Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Le RAJ dénonce l'interpellation de Fersaoui Abdelouhab    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Que décidera la CD/LFP ?    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Joséphine Baker, Anna Karina et Anna Politkovskaïa à l'honneur
31e Festival de Films de Femmes de Créteil
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 03 - 2009

En rendant hommage à trois femmes qui ont donné la preuve de l'amour de leur métier et de leur patrie, jusqu'au sacrifice suprême, la 31ème version de ce festival perpétue sa vocation vouée à l'art et aux luttes des femmes à travers le monde.
Ayant ouvert ses portes le vendredi 13 et se poursuivant jusqu'au dimanche 22 mars, la rencontre où sont attendues plus de 40 réalisatrices du monde entier et qui prévoit la projection de 150 films, rend hommage au talent de Anna Karina en proposant huit de ses films au public. Une soirée autoportrait de la célèbre actrice a eu lieu hier, en sa présence, avec la projection du film Pierrot le fou de Jean Luc Godard. D'origine danoise, l'actrice née en 1940, a à son actif des dizaines de films dont de nombreux succès. Elle est également chanteuse et réalisatrice. Mannequin à ses débuts, elle est découverte à l'âge de 17 ans par Coco Chanel qui lui donne son pseudonyme. Elle est ensuite repérée par Jean-Luc Godard, alors journaliste aux Cahiers du cinéma. Elle l'épouse en 1961. Elle a notamment travaillé avec Jacques Rivette, Serge Gainsbourg, et Luchino Visconti.
D'autre part, fidèle à sa tradition de lutte anti-discriminatoires et anti-raciste, le festival compte une section « Frontières invisibles », composé de trente films réalisés par des femmes d'Amérique et d'Europe. Dans ce cadre, un hommage sera rendu à l'artiste afro-améridienne, Joséphine Baker, dont le talent a bouleversé le siècle. De son vrai nom Freda Josephine McDonald, cette danseuse et chanteuse au talent retentissant est née le 3 juin 1906 à Saint-Louis, Missouri, et décédée le 12 avril 1975 à Paris. Souvent considérée comme la première star noire, elle prend la nationalité française en 1937 et joue un rôle important dans la résistance contre l'occupant nazi durant la 2ème guerre mondiale. Elle lutte ensuite de toutes ses forces contre le racisme, et pour l'émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Civil Rights Movement de Martin Luther King. Pour le grand public, elle reste cette danseuse d'une grande beauté qui scandalise le monde en dansant vêtue d'un simple pagne de bananes en première partie de la Revue Nègre, le 2 octobre 1925, au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. Elle devient l'égérie des cubistes et on lui fait porter la responsabilité de l'engouement des Parisiens pour le jazz et les musiques noires.
Se voulant « lieu témoin de débats historiques », le festival qui reste attentif aux engagements artistiques, politiques et sociaux des femmes dans le monde a créé un nouveau jury qui porte le nom d' Anna Politkovskaïa, journaliste russe assassinée à son domicile, à Moscou, le 7 octobre 2006. Ce jury qui primera le meilleur film documentaire est constitué de journalistes presse et télévision ainsi que des jeunes journalistes étrangères lauréates de la fondation ELLE. Anna Politkovskaïa, qui couvrait les événements en Tchétchénie, devait publier un article sur les tortures dans cette région, photos à l'appui, dans l'édition du 9 octobre de Novaïa Gazeta, bi-hebdomadaire pour lequel elle travaillait. Anna Politkovskaïa, mère de deux enfants, est née en 1958 à New York dans une famille russo-ukrainienne. En 1982, elle a commencé sa carrière dans le journal Izvestia. Anna Politkovskaïa était particulièrement connue pour son travail en Tchétchénie, région où elle s'est rendue plus de quarante fois. L'engagement d'Anna Politkovskaïa dépassait de loin sa seule profession journalistique. Elle accompagnait parfois au tribunal, les femmes russes qui avaient perdu leurs fils en Tchétchénie. En dehors de ses reportages, Anna Politkovskaïa publiait ses réflexions critiques sur la politique russe en Tchétchénie. Anna Politkovskaïa abordait dans ses reportages beaucoup de sujets tabou. Elle recevait des menaces de mort qui l'ont poussée en 2001 à se réfugier en Autriche. Ses amis disent que dans les derniers mois, elle se savait menacée mais repoussait l'idée de l'exil.
En rendant hommage à trois femmes qui ont donné la preuve de l'amour de leur métier et de leur patrie, jusqu'au sacrifice suprême, la 31ème version de ce festival perpétue sa vocation vouée à l'art et aux luttes des femmes à travers le monde.
Ayant ouvert ses portes le vendredi 13 et se poursuivant jusqu'au dimanche 22 mars, la rencontre où sont attendues plus de 40 réalisatrices du monde entier et qui prévoit la projection de 150 films, rend hommage au talent de Anna Karina en proposant huit de ses films au public. Une soirée autoportrait de la célèbre actrice a eu lieu hier, en sa présence, avec la projection du film Pierrot le fou de Jean Luc Godard. D'origine danoise, l'actrice née en 1940, a à son actif des dizaines de films dont de nombreux succès. Elle est également chanteuse et réalisatrice. Mannequin à ses débuts, elle est découverte à l'âge de 17 ans par Coco Chanel qui lui donne son pseudonyme. Elle est ensuite repérée par Jean-Luc Godard, alors journaliste aux Cahiers du cinéma. Elle l'épouse en 1961. Elle a notamment travaillé avec Jacques Rivette, Serge Gainsbourg, et Luchino Visconti.
D'autre part, fidèle à sa tradition de lutte anti-discriminatoires et anti-raciste, le festival compte une section « Frontières invisibles », composé de trente films réalisés par des femmes d'Amérique et d'Europe. Dans ce cadre, un hommage sera rendu à l'artiste afro-améridienne, Joséphine Baker, dont le talent a bouleversé le siècle. De son vrai nom Freda Josephine McDonald, cette danseuse et chanteuse au talent retentissant est née le 3 juin 1906 à Saint-Louis, Missouri, et décédée le 12 avril 1975 à Paris. Souvent considérée comme la première star noire, elle prend la nationalité française en 1937 et joue un rôle important dans la résistance contre l'occupant nazi durant la 2ème guerre mondiale. Elle lutte ensuite de toutes ses forces contre le racisme, et pour l'émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Civil Rights Movement de Martin Luther King. Pour le grand public, elle reste cette danseuse d'une grande beauté qui scandalise le monde en dansant vêtue d'un simple pagne de bananes en première partie de la Revue Nègre, le 2 octobre 1925, au Théâtre des Champs-Elysées à Paris. Elle devient l'égérie des cubistes et on lui fait porter la responsabilité de l'engouement des Parisiens pour le jazz et les musiques noires.
Se voulant « lieu témoin de débats historiques », le festival qui reste attentif aux engagements artistiques, politiques et sociaux des femmes dans le monde a créé un nouveau jury qui porte le nom d' Anna Politkovskaïa, journaliste russe assassinée à son domicile, à Moscou, le 7 octobre 2006. Ce jury qui primera le meilleur film documentaire est constitué de journalistes presse et télévision ainsi que des jeunes journalistes étrangères lauréates de la fondation ELLE. Anna Politkovskaïa, qui couvrait les événements en Tchétchénie, devait publier un article sur les tortures dans cette région, photos à l'appui, dans l'édition du 9 octobre de Novaïa Gazeta, bi-hebdomadaire pour lequel elle travaillait. Anna Politkovskaïa, mère de deux enfants, est née en 1958 à New York dans une famille russo-ukrainienne. En 1982, elle a commencé sa carrière dans le journal Izvestia. Anna Politkovskaïa était particulièrement connue pour son travail en Tchétchénie, région où elle s'est rendue plus de quarante fois. L'engagement d'Anna Politkovskaïa dépassait de loin sa seule profession journalistique. Elle accompagnait parfois au tribunal, les femmes russes qui avaient perdu leurs fils en Tchétchénie. En dehors de ses reportages, Anna Politkovskaïa publiait ses réflexions critiques sur la politique russe en Tchétchénie. Anna Politkovskaïa abordait dans ses reportages beaucoup de sujets tabou. Elle recevait des menaces de mort qui l'ont poussée en 2001 à se réfugier en Autriche. Ses amis disent que dans les derniers mois, elle se savait menacée mais repoussait l'idée de l'exil.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.