Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dans le flot de la contestation
Programmes Aadl
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021


Sur le rythme accéléré de distribution de logements Aadl, supposé apporter soulagement et satisfaction aux souscripteurs, la part du mécontentement a été grande et suscite plusieurs interrogations. Des retards de réalisation et de livraison, aux contrefaçons relevées sur les unités livrées, en passant par les multiples travers de l'administrations, les souscripteurs, qui trimballent leurs malheurs de sit-in en sit-in, ne peuvent plus supporter cette situation et ne trouvent que la voie de la contestation pour atteindre une oreille attentive. Au coeur de la problématique, les effets d'une gestion qui a plongé, durant les dernières décennies, le secteur dans une espèce de flou interminable où le souscripteur se retrouve piégé entre les instructions des pouvoirs publics visant à répondre à leurs doléances et l'incompétence de certaines entreprises de réalisation, et leur incapacité à honorer leurs engagements. Résultat des courses: les programmes de réalisation et de distribution ont fini par se chevaucher sur des périodes hallucinantes, où les souscripteurs étaient obligés de garder l'espoir de recevoir leurs logements sur des périodes qui dépassaient les 10 ans. Cela étant, les instructions et les rappels à l'ordre interviennent sans cesse pour réduire l'importance de ce fossé créé entre l'Etat et le citoyen, comme cela a été relevé par le DG de l'Aadl, Fayçal Zitouni, qui a adressé des instructions fermes pour remédier a cette situation, exhortant les directeurs régionaux à l'effet de «ne pas être indulgents avec les maîtres d'oeuvre défaillants, en cas de leur manquement aux termes du contrat ou aux délais de livraison des logements». Il faut dire, cependant, que ces interventions qui visent à remettre un peu d'ordre dans la gestion de ces dossiers, n'ont pas eu les effets escomptés sur le terrain, dans la mesure où les dysfonctionnents et les failles à l'origine de la contestation des souscripteurs continuent de miner particulièrement les récentes livraisons des programmes Aadl, du fait du constat d'un nombre important de contrefaçons et de manquements aux cahiers des charges. Contrairement aux autres formules où la problématique semble avoir été cernée et connaît un début d'amélioration, faisant ressortir inévitablement, une problématique propre aux programmes Aadl. Il y a donc lieu de se pencher sérieusement sur la gestion et le suivi de ces réalisations, pour en définir les causes précises et apporter les solutions idoines. Il s'agit sans nul doute, d'intensifier les opérations de contrôle, d'éradiquer les pratiques de complaisance qui existaient par le passé et d'instaurer une dynamique de suivi, basée sur la collaboration étroite entre les différents services, et ce dans l'optique de conférer aux politiques publiques plus de concrétisations et de réduire la disproportion qui existe entre la volonté de l'Etat à satisfaire les demandes des souscripteurs, et les résultats sur le terrain Dans ce contexte, le DG de l'Aadl a insisté sur « la nécessité d' accélérer les travaux et de rattraper le retard, avec intensification du suivi périodique de leur déroulement et l'inspection de la qualité de la construction, en coordination avec les services de l'Organisme national de contrôle technique de la construction CTC et les bureaux d'études, et de coordonner davantage entre les directions relevant de l'Aadl, dont la filiale de la gestion immobilière et d'obliger les entreprises de réalisation à lever les réserves qui pourront être relevées à l'intérieur des cités réceptionnées récemment».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.