Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    Un challenge au sommet de l'UA    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



On ne renoncera pas!
Publié dans L'Expression le 06 - 12 - 2021


L'Algérie a toujours été et demeure un des premiers et meilleurs soutiens à la cause palestinienne et s'est toujours sacrifiée pour les Palestiniens sans fanfare, ce qui lui a valu de nombreuses animosités dans le monde. Depuis de longues années, loin des projecteurs, l'Algérie verse environ 55 millions de dollars annuellement à la cause palestinienne non sans lui fournir des aides en tous genres. Historiquement, c'est aussi depuis Alger que l'ancien président palestinien Yasser Arafat avait proclamé la création de l'Etat de Palestine le 15 novembre 1988. L'Algérie est devenue le premier pays au monde à le reconnaître en établissant officiellement des relations diplomatiques complètes le 18 décembre 1988. C'est aussi grâce à une demande algérienne introduite en 2011 à l'ONU que la Palestine a accédé à l'Unesco avant d'être admise, l'année suivante, comme Etat observateur, non membre de l'ONU. Mais au-delà de toutes ces actions menées par la diplomatie algérienne, il y a une réalité plus forte, en Algérie que ce soit pour le politique ou le simple citoyen, la cause palestinienne est aussi importante que ce qu'a été la guerre de Libération nationale. Pour les chefs de l'Etat, de Boumediene à Tebboune «l'Algérie est, sera et restera aux côtés des Palestiniens». Dernièrement, le président l'a encore rappelé en affirmant que «la Palestine est pour l'Algérie et son peuple une cause sacrée». Dans son allocution à l'occasion du débat général marquant les travaux de la 75e Assemblée générale ordinaire des Nations unies, il ajoutera «c'est pour nous la mère des causes». Et de poursuivre: «Nous réaffirmons notre soutien indéfectible pour le peuple palestinien, sa cause juste et son droit inaliénable qui ne peut faire l'objet de marchandage à l'édification de son Etat indépendant et souverain, avec pour capitale El Qods el charif.» Dans la foulée de la normalisation des relations entre des Etats arabes et l'entité sioniste, le président avait, dans une interview à El Jazeera, rappelé à l'adresse de ceux qui ont trahi la cause palestinienne, l'accord conclu dans le cadre de la Ligue arabe sur la base du principe de «la terre contre la paix» et dit «il n'y a hélas aujourd'hui ni paix ni terre, d'où les interrogations sur l'utilité de la normalisation». Il avait déploré «l'empressement pour la normalisation (avec l'entité sioniste), à laquelle nous ne prendrons jamais part». La semaine dernière, à l'occasion de la célébration de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, c'est à l'adresse de ces pays arabes et toute la communauté internationale que le président a lancé un appel pour que chacun assume sa responsabilité historique envers les manoeuvres de l'occupation sioniste visant à compromettre le projet d'édification de l'Etat palestinien souverain. Outre les hautes autorités du pays, la Palestine est l'une des causes fédératrices du peuple. Elle fait l'unanimité. Que ce soit dans les stades, les manifestations sportives ou encore les marches du Hirak, le drapeau palestinien a toujours flotté dans le ciel bien haut, porté par une main algérienne. Les Palestiniens, eux-mêmes, témoignent de ce soutien indéfectible et en reconnaissance, ils n'ont pas manqué d'honorer, en 2020, le président Tebboune en le distinguant personnalité de l'année par la fondation palestinienne «Lady of the Earth Foundation». Hier et comme ultime reconnaissance à l'Algérie qui se retrouve aujourd'hui menacée à ses frontières par le péril sioniste, aidé par un royaume traître, c'est le président Mahmoud Abbas qui a effectué une visite d'Etat dans le pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.