Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    Mondial-2022 (barrages) Cameroun - Algérie :"Un choc entre deux équipes qui se connaissent"    Sommet arabe: le Président Tebboune compte proposer une date alliant la symbolique nationale historique et la dimension arabe    USTO-MB: 113 postes de formation en doctorat ouverts en 2021-2022    Fiscalité : prolongation du délai d'accomplissement des obligations au 27 janvier courant    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    Les précisions de la direction générale des impôts    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    "Je demande pardon au peuple algérien"    Le projet de loi en débat au gouvernement    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    "Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    CAN-2021: la sélection algérienne regagne Alger    Un colonel dans la ligne de mire    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans plusieurs régions    Actuculte    Le monde en «aâdjar» !    Numidia...    Covid-19 : une urgence nationale    Appels insistants à la vaccination: Pic de contaminations attendu dans les prochaines semaines    Diplomatie olympique    Formation continue et échange de connaissances: Accord de partenariat entre Djezzy et l'ESI    Equipe nationale: La douche Froide    Football - Ligue 1: Les prétendants sans pitié !    «Dhakhira» Implosée    Les Algériens ont donné de la voix    Le nouveau challenge de Nasri    L'ANP trône sur le Maghreb    Daesh attaque une grande prison en Syrie    Deux manifestations interdites à Ouagadougou    N'est pas influenceur qui veut!    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les parents d'élèves soulagés    L'après Haddadou se prépare    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    En deux temps, trois mouvements    Tosyali lance sa deuxième usine à Oran    Bougherara veut résilier son contrat    Slimani doit encore patienter    Une saga familiale à Sétif    Hommage à Abderrezak Fakhardji    Le ministère approuve le financement de 18 opérations    Le procès de l'ancien wali Abdelwahid Temmar reporté au 27 janvier    Hassan Kacimi: «Etre attentif à ce qui est en train de se produire autour de nous»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aziza Oussedik en paisible retraite
Publié dans L'Expression le 07 - 12 - 2021


Quelle heureuse surprise, lorsque jeudi dernier, nous tombâmes nez à nez, avec Aziza Oussedik, la délicieuse magistrate de la Cour suprême, qu'elle a quittée récemment, pour une retraite amplement méritée. Belle, coquette et charmante femme ramassée et trapue, d'intérieur, adepte de la lecture, vorace des livres de droit, Aziza Oussedik a mis en avant ses talents de magistrate de fer au tribunal de Chéraga, lorsque cette juridiction, au noir passé, relevait de l'autorité de la cour de Blida! C'était le moment où les magistrats, peu nombreux, se côtoyaient, avant, pendant et après les audiences. C'était le temps où on appelait ce tribunal, l'appendice de la cour «du Club des pins»! C'était éloquent! C'était aussi la période où le sexe féminin et Aziza Oussedik, en faisaient largement partie, se frayaient le chemin de la magistrature, avec témérité, malgré le conservatisme qui prévalait alors. Il y avait là les Farid Derrouiche, Ahmed Mahdjoub, Abdallah Khallef, Benouatas, Mehdi Kouchih, et plus tard les Bouhadja B, Med Abdelli, Moussa, Benmadani, Youssef Seddik, Abdallah, Nasser Sédira, le dernier venu, qui formaient d'agréables brochettes de juges et procureurs, affectés à Chéraga, veillaient à ce que toute la justice se fasse! Et Aziza Oussedik est passée et est restée assez longtemps pour prouver avec ses collègues Nadjia Nafaï-Mellal, Yasmina Ait Hamlet, Ourida Skik, Mounira Nasser que la justice est un mot que l'on peut aisément mettre au féminin; exemple: la justice et la magistrature! La détention et la libération! Aziza, a toujours été une femme magistrate, près de ses collègues, près de la femme policière, même des femmes détenues, qu'elle savait condamnables, au vu de l'ordonnance de renvoi. Elle savait par-dessus tout, trier les honnêtes femmes des autres femmes auxquelles la vie a mis des bâtons dans les roues... pour les empêcher d'avancer vers le but à atteindre. Et cela, c'est terrible!

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.