Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Complexe sidérurgique de Bellara: exportation de 100.000 tonnes de produits ferreux en 4 mois    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Algérie ferries: ouverture des ventes des titres de transport pour la saison estivale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Tebboune en Turquie: Un nouvel élan à la coopération bilatérale    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Fluctuations des données    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    De nouvelles lignes de transport    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un moteur marin algérien mis à flot
Partenariat universités-industrie
Publié dans L'Expression le 17 - 01 - 2022


Qui a dit que le génie algérien ne brille pas... Il brûle? L'exemple nous vient du groupement algérien Algeria Corporate Universities (Gacu), qui vient de franchir le pas vers l'excellence. En effet, selon le P-DG de Gacu, Sifi Ghrieb, le groupement vient d'achever la fabrication d'un moteur marin algérien, avec un taux d'intégration de 70%. Ce projet a été réalisé sur la base d'un partenariat avec plusieurs parties, dont le groupe de services portuaires «Serport», l'entreprise des moteurs «EMO» de Constantine et la direction générale de la recherche scientifique et du développement technologique (Dgrsdt). Le moteur en question est déjà opérationnel au niveau du port d'Annaba, selon les propos du P-DG du groupement. Ce projet qui n'est que le prélude à une longue série de réalisations, fait partie d'un programme ambitieux de développement de la construction navale dans le pays. Il est projeté, selon le premier responsable de la Gacu, la réalisation d'autres types de moteurs dans l'avenir. Il y a lieu de rappeler que ce projet a vu la collaboration de plusieurs équipes de recherches, qui se sont investies dans ce projet phare, pour reprendre les termes du P-DG du groupement. A priori, les chercheurs algériens, usant du procédé «Reverse engineering» se sont focalisés sur «les systèmes de refroidissement et ceux de l'anticorrosion au sein du moteur, afin de l'adapter aux normes maritimes et navales», expliquera Sifi Ghrieb qui s'exprimait sur les ondes de la Radio nationale. Une telle prouesse devra préserver les caisses du Trésor, à travers la réduction de la facture des importations, selon ce responsable, qui a rapporté que «le prix du moteur importé est estimé à 10 millions de dinars, alors que celui fabriqué localement ne dépassera pas les 2,5 millions de dinars». Les projets du Gacu ne s'arrêtent pas à ce stade de réalisations, d'autres projets incubent et d'autres fleurissent dans ses ateliers et laboratoires. En fait, le partenariat passé avec l'université algérienne, qui semble avoir apporté ses fruits, est en passe de donner lieu à des résultats encourageants. Cela, à commencer par l'organisme de contrôle de conformité pour les produits importés ou encore ceux destinés à l'export, qui devra être entièrement réalisé par des compétences nationales, selon les dires du responsable. On croit savoir, à ce sujet, que des négociations qui ont été, d'ores et déjà, lancées conjointement avec une compétence nationale, sont très avancées, apparemment. Egalement, la mise en service de ce nouvel instrument de contrôle «permettra d'épargner beaucoup d'argent en matière d'expertise étrangère des produits et pour qualifier le produit algérien à l'exportation». Ce centre d'homologation et de certification constituera, à coup sûr, un plus qui devra faciliter et encourager la certification et la labelisation du produit algérien à l'export. Parallèlement, le partenariat entre les secteurs de l'industrie et de l'enseignement supérieur, conclu en 2020, a également donné lieu à «l'élaboration d'un référentiel des compétences des métiers de l'Industrie nationale réalisé en collaboration avec les groupes industriels algériens». Ce qui permettra, à l'université, de «concevoir des programmes de formation dans les métiers de l'industrie, afin d'éviter la déperdition du savoir». L'année 2022 verra également la création de plusieurs pôles technologiques de développement industriel, probablement deux à trois, selon les propos du P-DG de Gacu. Le domaine de prédilection de ces pôles sera axé sur la mécanique, l'agroalimentaire, la céramique, la mécatronique, ainsi que le génie pharmaceutique. Etant donné cette performance, le Gacu gagnerait à se reconvertir de groupe d'intérêt économique (GIE), à société par actions (SPA).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.