Coronavirus: 6 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Le Président Tebboune présente ses condoléances suite au décès du moudjahid et Général-major à la retraite Ali Bouhedja    Industrie pharmaceutique: clôture du Salon algérien de l'Industrie pharmaceutique à Dakar    Industrie pétrochimique: atteindre 5 milliards de dollars d'exportations à moyen terme    Le projet de la loi relative à l'investissement contribuera "à drainer des investissements"    Décès du moudjahid et Général-major à la retraite, Ali Bouhedja    Le Président Tebboune félicite la boxeuse Imane Khelif    Judo/ 43e Championnats d'Afrique : 31 pays confirment leur présence au rendez-vous d'Oran    La Fédération du Sénégal répond sèchement à la fédération française dans l'affaire Idrissa Gueye    Mahrez inaugure un stade à son nom à Sarcelles    Ghlamallah appelle depuis Kazan à relancer le rôle du Groupe de vision stratégique "Russie et Monde islamique"    Conseil de Sécurité : le Représentant Permanent de l'Algérie participe au débat ouvert sur la sécurité alimentaire et les conflits    La 17e édition de "Andaloussiates El Djazaïr" s'ouvre à Alger    Tenue de la 3e session du Comité de concertation politique algéro-saoudien    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Saint-Etienne : Boudebouz écarté par son entraineur ?    Maroc: appel à une participation massive à la marche du 29 mai contre la cherté et la répression    Comment défaire une démocratie ? Le cas de la Tunisie sous Kaïs Saïed    Nécessité de renforcer les services de réanimation en moyens matériels et humains pour une meilleure prise en charge des malades    Le Conseil de la nation prend part à une conférence sur les droits et conditions des personnes âgées dans la région arabe    Chanegriha supervise un exercice tactique au niveau de la 5ème Région militaire    La nouvelle guerre de l'information ou «La vérité si je mens»    Plaques de signalisation routière, chaises métalliques...: Une bande spécialisée dans le vol démantelée à Bir El Djir    Université: La formation d'ingénieurs privilégiée    Céréales : les stocks stratégiques suffisants    Les bases de la transition énergétique    Saison estivale: 550.000 m3/jour pour l'alimentation en eau potable    L'imposture totalitaire à l'aune de la duplicité dialectique: Lorsque les médias occidentaux jettent une lumière crue sur des vérités trop longtemps dissimulées    La femme et le réajustement des ordres établis    L'ivrogne, ce que dit le cœur et ce que dit la bouche    Brèves Omnisports    La dernière trouvaille du Makhzen    Manifestation à Londres contre l'extradition de Julian Assange    La Médiation internationale se mobilise    La Sonelgaz se met de la partie    Une amitié de 60 ans sans aucune ride    Des faussaires de billets de banque arrêtés    Pêche en eau trouble    Une femme à la tête d'un gang de voleurs    Le message fort du président Tebboune    «Il couronnera le triomphe électoral du parti»    Un nouvel ancrage à l'activité économique    Pourquoi les prix ont baissé    Mbappé quasiment d'accord    Amara Rachid: de l'école au maquis    Les nouveaux membres installés    Amar Metref ou la voix d'un humble    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des critiques aux reproches
Bamako demande la révision des accords de défense avec Paris
Publié dans L'Expression le 19 - 01 - 2022

Entre le Mali et la France, rien ne va plus. Signe d'une dégradation accélérée des relations entre les deux pays, le Premier ministre malien de transition Choguel Kokalla Maïga a déclaré, dans un entretien sur
Afrique 24, que Paris mène, au Sahel, un «terrorisme diplomatique, médiatique et psychologique». Et c'est à la suite d'une «relecture» des rapports et des évènements qui ont caractérisé ces relations, depuis janvier 2013, date de la première intervention militaire française au Mali, que le Premier ministre Maïga veut «relire les accords déséquilibrés qui font (de nous) un état qui ne peut même pas survoler son territoire sans autorisation de la France», a-t-il prévenu, dans une déclaration à la télévision nationale. Et d'assurer qu'au terme de cette relecture, une demande a été transmise au gouvernement français, sans précision quant à la nature des modifications réclamées par Bamako. Il faut préciser que les accords dont il est question relèvent, en fait, d'un traité en matière de défense qui lie les deux pays, signé en mars 2013, trois mois exactement après le déploiement de l'opération Serval. Au dit traité intergouvernemental, a été ensuite ajouté un protocole additionnel qui régit, depuis lors, le fonctionnement des troupes françaises au Mali, dont celles de la force Barkhane. Si le Premier ministre malien a affirmé qu'il n'est plus question de «demander des autorisations de vol», il n'en a pas pour autant évoqué une quelconque menace d'entraver les opérations aériennes de Barkhane, tandis que, du côté de la Mission des Nations unies (Minusma) on assure que les discussions vont bon train «avec les partenaires maliens» pour valider le nouveau mécanisme d'approbation des vols. Ces derniers sont, d'ailleurs, suspendus depuis la fermeture de l'espace aérien, décrétée par les autorités de la transition en riposte aux sanctions de la Cédéao. Bamako a également donné un délai qui expirait hier soi, aux compagnies aériennes de la Cédéao (Air Sénégal, Air Burkina, Air Côte d'Ivoire et la togolaise Asky), ainsi, qu'à Air France pour confirmer leur intention de desservir le Mali. Passé ce délai, leurs créneaux horaires seront attribués à d'autres compagnies, a même précisé la ministre malienne des Transports, Mme Dembele Madina Sissoko, dans une lettre-communiqué n° 3-2022-MTI, en date du 14 janvier dernier. Cette démarche des autorités maliennes a été relayée par le ministre des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop qui a assuré que son pays a effectivement «demandé la révision du Traité en matière de défense qui le lie à la France». Une initiative qui vient s'ajouter à toute une série de tensions entre Bamako et Paris, depuis que le gouvernement français a multiplié les critiques et les avertissements contre le recours au groupe Wagner en prévision de la réorganisation de la présence militaire française au Mali. Voici deux jours, seulement, le MAE français et ses homologues européens ont assuré que l'UE compte «poursuivre la lutte
anti terroriste au Sahel mais «pas à n'importe quel prix».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.