La mort du détenu Hakim Debbazi était "naturelle", l'affaire a été traitée "conformément aux lois de la République"    Goudjil reçoit le chef de la Commission de défense et de sécurité au Conseil fédéral russe    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes, Houza et Aousserd    Formation professionnelle: le secteur apporte son appui aux dix nouvelles wilayas    L'ex international algérien Faouzi Mansouri est décédé    La taille marchande non respectée par certains pêcheurs: Baisse sensible des prix de la sardine    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    Le G5 n'est plus!    Publication du «référentiel des prix de l'immobilier»: Fini, les sous-déclarations ?    Mondiaux féminins de boxe : Chaib rejoint Khelif en demi-finale    Football - Ligue 2: L'éthique sportive en question    Volley-ball (Nationale Une dames) : Le MC Alger sacré champion    Moula signe la 2e meilleure performance mondiale de l'année    Hydrocarbures: L'augmentation des prix des carburants pas à l'ordre du jour    Saison estivale: Lancement d'une opération de contrôle des infrastructures hôtelières    Anesthésistes et réanimateurs: Le syndicat revient à la charge    Urgences médico-chirurgicales de l'hôpital d'Oran: Une unité de Neurologie pour prévenir les séquelles des AVC    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Des gens trop polis    Précarité de la condition féminine    Un rempart pour la République    Le ministre de la Justice réagit    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    Sebgag donne le coup de starter    Le rôle prépondérant de l'ANP    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    El Hadjar tourne en mode recyclage    La sardine entre 250 et 400 dinars    Les «ambitions» d'un ministre    Les sapeurs-pompiers veillent au grain    Des équipements médicaux à exporter    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    D'autres chats à fouetter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une saga familiale à Sétif
Les frères Abid, roman de Saâd Taklit
Publié dans L'Expression le 22 - 01 - 2022


Dans son dernier roman Les frères Abid, Saâd Taklit propose une saga familiale sur plusieurs générations, dédiée au «clan de Tafat» depuis la résistance à l'occupation française, en passant par les années d'exil et de persécution explorant ainsi la composante sociale, les coutumes, et l'histoire de la région de Bougaâ dans la wilaya de Sétif. Publié récemment aux éditions Rafar, cet ouvrage de 187 pages se base sur des témoignages que l'auteur a lui-même recueilli auprès de ces proches et les membres les plus âgés de sa famille. Cette saga familiale commence avec l'histoire de «l'ancêtre», Braham, Djoudi Ben Mohamed de son vrai nom qu'il a caché jusqu'à sa mort, né en 1845 dans le village de «Taddarth» dans la vallée de la Soummam, et qui avait pris part à la résistance d'El Mokrani en 1871 à la tête d'une trentaine d'hommes de son village. Voyant sa tête mise à prix, Braham est contraint de fuir son village natal vers un avenir incertain qui le mènera, grâce à une rencontre providentielle, à Bougaâ où il va s'installer sous un nouveau nom et en se réinventant une vie des plus ordinaires pendant 10 ans. À ce moment du récit, le roman est également une occasion pour l'auteur de brosser un tableau de l'Algérie colonisée, il revient sur l'accroissement du nombre de la population européenne et sur l'adoption du Code de l'indigénat, «un code de la honte qui assujettit les populations autochtones», qui sera suivi par la grande vague de colonisation urbaine. À Bougaâ, Braham laissera ses enfants Abid, Achour, Mouloud, Smaïl et Djamila en plus d'un olivier ramené de son village natal et replanté dans ses nouvelles terres. Cet arbre, symbole de paix et source de revenus, va déclencher une querelle de voisinage soldée par un meurtre involontaire. Achour, fils de Braham, va tuer son voisin. Ce nouvel épisode, qui se déroule en 1913, va également nous renseigner sur les traditions algériennes pour résoudre les conflits. Pour la première fois, une famille algérienne a recours à la justice coloniale et tourne le dos à des siècles de traditions tribales et religieuses. Le récit propose alors un tout autre univers, Smaïl se sacrifie à la place de son frère, père de famille, et se voit condamner au bagne de Cayenne. Commence alors une tout autre histoire entre le bateau transportant les bagnards et les travaux forcés en Guyane française. En transmettant ces témoignages qui s'étendent sur plus d'un demi-siècle de litiges familiaux, de déboires avec l'autorité coloniale et de petits événements du quotidien, Saâd Taklit reconstitue la vie des Algériens colonisés dans cette région, tout en mettant en avant les principes et les codes sociaux de l'époque. Né en 1948 à Bougaâ, Saâd Taklit, diplômé en sciences économiques, a publié son premier ouvrage Djebel Tafat en 2012 en Algérie et en France, qui sera suivi de Le journal de Rachid en 2015, L'Allemand de mon village en 2016 et Récits de miel et de sang, sorti en 2019.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.