Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Projet de loi sur les investissements: «Un signal extrêmement positif», selon le Medef    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    L'exemple de Constantine    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un député jette un pavé dans la mare
Les raisons de la crise de l'huile
Publié dans L'Expression le 22 - 01 - 2022

C'est un véritable pavé dans la mare que vient de jeter l'ancien président de la Chambre de commerce Caci, Abdelkader Gori. Actuellement député indépendant de la wilaya d'El Oued, il est l'auteur de déclarations, lors d'une rencontre tenue à l'hôtel El Aurassi, pour le moins tonitruantes. Il convient de préciser que ces déclarations interviennent au moment où une commission d'enquête parlementaire est déjà sur le terrain pour démêler l'écheveau de cette grave crise. Gori, qui est connu, dans les milieux des affaires et de la presse, pour être un personnage virulent, qui n'a pas froid aux yeux, quand il faut dire les vérités en face, n'a pas été tendre avec les responsables du secteur du commerce, et à leur tête le ministre Rezig.
Seulement, pour cette nouvelle sortie de la bouche l'ancien président de la Caci, ses déclarations laissent des zones d'ombre et suscitent moult interrogations.
En effet, l'intervenant dont une vidéo, devenue virale, circulant telle une traînée de poudre sur la Toile, aborde l'épineuse crise de l'huile. Il fera des révélations fracassantes au sujet de certaines pratiques frauduleuses et non éthiques dans le domaine de l'approvisionnement du marché national. Sans citer de noms ni cibler des usines ou des grossistes, il confiera que «des fournisseurs d'huile proposent ce produit de large consommation au prix d'usine de 520 DA, mais dans la facturation, il sera mentionné le prix de 580 ou 600 DA. La différence sera versée en espèces au fournisseur. Certains acceptent, mais la plupart refusent ce fait accompli». Poursuivant ses «confessions», le député Gori expliquera que «les commerçants qui ont accepté de payer la différence en cash, seront obligés de revendre l'huile à 620 DA... mais pour les contrôleurs du commerce, il s'agit d'un fait de spéculation passible de lourdes peines», dira-t-il. Ainsi, c'est l'effet inverse qui est produit par les mesures protectrices, édictées par le département de Rezig.
Un tel fait, s'il venait à être corroboré par la commission d'enquête, à travers des aveux, des témoignages ou des rapports des services de sécurité seraient un élément à charge à l'encontre du département de Rezig.
Autrement dit, qui serait coupable de mauvaise analyse de la situation et des raisons réelles, ayant conduit à cette crise chronique de l'huile. Cela suppose aussi que le ministre du Commerce n'a pas tenté d'assumer les retombées d'une inflation nationale et mondiale, qui est en réalité, à l'origine d'une flambée des prix de l'huile.
D'où ces pratiques ébruitées par ce député qui, sommes toutes, restent condamnables, même si elles constituent un moyen détourné de pallier les pertes subies à l'importation. À ce propos, l'intervenant expliquera que cette situation a créé «une psychose au sein des commerçants, qui ont peur de charger ce produit dans leurs magasins, de crainte qu'ils soient accusés de fraude ou de spéculation».
L'ex-président de la Chambre nationale du commerce a motivé cette situation par les fluctuations des marchés mondiaux et les hausses vertigineuses des prix et des cours de change. «Le dollar qui faisait 110 DA est aujourd'hui à 140 DA... Les hausses des prix des transports est de l'ordre de 30 à 40%, et c'est en, termes de centaines de millions de dinars que cela se traduit pour un seul voyage de marchandises pour les importateurs... cela ne manque pas de se répercuter sur les prix et sur le pouvoir d'achat des citoyens... C'est cela la vérité monsieur le ministre... la hausse du dollar et la chute libre du dinar aussi». Lors de cette intervention, Gori ne s'est pas privé de charger l'actuel ministre du Commerce et de la Promotion des exportations,. Pour lui, «la crise de l'huile a pris plus que ses proportions en volume... le Parlement est entrain de sillonner le pays pour voir les raisons de cette crise.
A l'APN, on n'en finit pas avec les réunions à ce sujet... La crise a pris de l'ampleur, alors que le secteur du commerce dispose de directions transversales, qui comptent dans chaque wilaya 200 fonctionnaires, une Chambre du commerce et d'industrie dans chaque wilaya, sans compter les corps constitués, police et gendarmerie, qui sont mobilisés avec le ministre...», dira-t-il en s'interrogeant sur la «durabilité» de cette crise de l'huile. Il estimera que le ministre a été mandaté par le président de la République, pour mettre fin à cette crise ambiante. «Mais il est revenu bredouille, pour nous dire qu'il y a un problème au niveau de la chaîne de distribution de l'huile...», s'insurgera-t-il et d'ironiser: «Que doit-on faire alors? On doit voir avec le ministre des Ressources en eau ou celui de la Pêche? Il faut nous dire si vous êtes aptes à gérer ce secteur ou pas?», s'indignera-t-il.
Ce député a accusé le ministre du Commerce de faire dans les faux-fuyants, en apportant des éléments de réponse erronés. «Nous avons vécu la même crise de l'huile, l'année dernière... Je pense que le ministre a suffisamment d'expérience dans ce domaine, pour nous prémunir d'une réédition de ce scénario...», s'interrogera-t-il encore. Ce qui n'est pas le cas, force est de le constater.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.