Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le barrage Ighil Emda, fait le plein
KHERRATA
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2006

Le barrage Ighil Emda de Kherrata est d'une importance capitale pour l'économie de la région et pour le reste du pays d'une manière générale.
Mis en service en 1953, sa capacité de rétention initiale est de l'ordre de 154 millions de m3.
Pour l'année en cours, il est observé une rétention de 102 millions de m3 sur un bassin versant de 652 km2.
L'envasement du barrage qui a fait couler beaucoup d'encre ne présente, en réalité, pas un grand problème pour la simple raison que l'infrastructure est dotée d'appareils spéciaux pour pallier à cela, appelés batteries de vannes et vannettes, installés juste au pied du barrage.
La digue de cette importante retenue possède une hauteur de 75 mètres sur 710 m de long. L'ouvrage est conçu par les ingénieurs de l'époque pour parer aux divers séismes vu que la région de Kherrata est connue pour son exposition aux divers mouvements sismiques.
Selon M.Zerguini, cadre des barrages: «Cette réalisation est, non seulement prévue pour la production d'électricité de l'usine hydroélectrique que de Darguina, mais aussi, elle permet de réguler les importants débits pendant les crues, ceci sans oublier le plus environnemental créé par ce barrage».
Aussi, la précision de taille qu'il faut signaler est que jusqu'aux années 1970, «l'Ighil Amda» a assuré 40% de la production d'électricité du pays.
L'usine hydroélectrique de Darguina, a joué un rôle majeur, et grâce au barrage, lors du black-out de 2003.
Le projet d'affectation ou de déviation des eaux d'Ighil Emda, vers les Hauts-Plateaux sétifiens, pour l'irrigation, serait, selon les spécialistes une erreur, eu égard à la cherté du projet mais aussi à la viabilité de l'économie agricole.
L'Agence nationale des barrages a porté le choix sur cette réalisation pour organiser divers stages pour la simple raison, qu'elle jouit d'un entretien non négligeable.
Enfin, selon notre interlocuteur, le barrage peut faire fonctionner la centrale hydroélectrique pendant un autre siècle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.