Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le barrage Ighil Emda, fait le plein
KHERRATA
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2006

Le barrage Ighil Emda de Kherrata est d'une importance capitale pour l'économie de la région et pour le reste du pays d'une manière générale.
Mis en service en 1953, sa capacité de rétention initiale est de l'ordre de 154 millions de m3.
Pour l'année en cours, il est observé une rétention de 102 millions de m3 sur un bassin versant de 652 km2.
L'envasement du barrage qui a fait couler beaucoup d'encre ne présente, en réalité, pas un grand problème pour la simple raison que l'infrastructure est dotée d'appareils spéciaux pour pallier à cela, appelés batteries de vannes et vannettes, installés juste au pied du barrage.
La digue de cette importante retenue possède une hauteur de 75 mètres sur 710 m de long. L'ouvrage est conçu par les ingénieurs de l'époque pour parer aux divers séismes vu que la région de Kherrata est connue pour son exposition aux divers mouvements sismiques.
Selon M.Zerguini, cadre des barrages: «Cette réalisation est, non seulement prévue pour la production d'électricité de l'usine hydroélectrique que de Darguina, mais aussi, elle permet de réguler les importants débits pendant les crues, ceci sans oublier le plus environnemental créé par ce barrage».
Aussi, la précision de taille qu'il faut signaler est que jusqu'aux années 1970, «l'Ighil Amda» a assuré 40% de la production d'électricité du pays.
L'usine hydroélectrique de Darguina, a joué un rôle majeur, et grâce au barrage, lors du black-out de 2003.
Le projet d'affectation ou de déviation des eaux d'Ighil Emda, vers les Hauts-Plateaux sétifiens, pour l'irrigation, serait, selon les spécialistes une erreur, eu égard à la cherté du projet mais aussi à la viabilité de l'économie agricole.
L'Agence nationale des barrages a porté le choix sur cette réalisation pour organiser divers stages pour la simple raison, qu'elle jouit d'un entretien non négligeable.
Enfin, selon notre interlocuteur, le barrage peut faire fonctionner la centrale hydroélectrique pendant un autre siècle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.