L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    "Il faut le protéger ainsi que tous les innocents"    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le barrage Ighil Emda, fait le plein
KHERRATA
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2006

Le barrage Ighil Emda de Kherrata est d'une importance capitale pour l'économie de la région et pour le reste du pays d'une manière générale.
Mis en service en 1953, sa capacité de rétention initiale est de l'ordre de 154 millions de m3.
Pour l'année en cours, il est observé une rétention de 102 millions de m3 sur un bassin versant de 652 km2.
L'envasement du barrage qui a fait couler beaucoup d'encre ne présente, en réalité, pas un grand problème pour la simple raison que l'infrastructure est dotée d'appareils spéciaux pour pallier à cela, appelés batteries de vannes et vannettes, installés juste au pied du barrage.
La digue de cette importante retenue possède une hauteur de 75 mètres sur 710 m de long. L'ouvrage est conçu par les ingénieurs de l'époque pour parer aux divers séismes vu que la région de Kherrata est connue pour son exposition aux divers mouvements sismiques.
Selon M.Zerguini, cadre des barrages: «Cette réalisation est, non seulement prévue pour la production d'électricité de l'usine hydroélectrique que de Darguina, mais aussi, elle permet de réguler les importants débits pendant les crues, ceci sans oublier le plus environnemental créé par ce barrage».
Aussi, la précision de taille qu'il faut signaler est que jusqu'aux années 1970, «l'Ighil Amda» a assuré 40% de la production d'électricité du pays.
L'usine hydroélectrique de Darguina, a joué un rôle majeur, et grâce au barrage, lors du black-out de 2003.
Le projet d'affectation ou de déviation des eaux d'Ighil Emda, vers les Hauts-Plateaux sétifiens, pour l'irrigation, serait, selon les spécialistes une erreur, eu égard à la cherté du projet mais aussi à la viabilité de l'économie agricole.
L'Agence nationale des barrages a porté le choix sur cette réalisation pour organiser divers stages pour la simple raison, qu'elle jouit d'un entretien non négligeable.
Enfin, selon notre interlocuteur, le barrage peut faire fonctionner la centrale hydroélectrique pendant un autre siècle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.