Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une opportunité et des défis à relever
L'économie algérienne à la lumière des recettes additionnelles de Sonatrach
Publié dans L'Expression le 09 - 04 - 2022

L'année 2019 avant la pandémie du coronavirus est une référence significative pour analyser l'évolution de la structure de la balance commerciale qui n' a pas significativement évolué entre 2020/2021 dans sa structure, comme en témoigne le bilan 2020, et donc afin de pouvoir anticiper la hausse des prix au niveau international qui se répercute au niveau de la balance des paiements. La répartition par Groupes d'utilisation est ventilée comme suit, où en 2019, le volume global des importations a été de 41,93 milliards USD:biens alimentaires pour 2019: le groupe des «biens alimentaires» vient toujours en troisième position dans la structure des importations réalisées durant l'année 2019 avec une part de 19,25% de la valeur globale.
Les importations du Groupe d'Utilisation «demi-produits» représente une part de près d'un quart (1/4) des importations globales au cours de l'année 2019, étant constitué essentiellement, par les tubes, tuyaux et profilés creux, sans soudure, en fer ou en acier, les demi-produits en fer ou en aciers non alliés et les polymères de l'éthylène, sous formes primaires, avec les parts respectives de 11,22%, 4,78% et de 4,68%. Le groupe de «biens d'équipements agricoles» occupe le dernier rang dans la structure des importations avec une part de l'ordre de 1,09% et une valeur de 457,70 millions USD, affichant des évolutions haussières par rapport, touchant les machines, appareils et engins pour la récolte ou le battage des produits agricoles et les autres machines agricoles avec les taux respectifs de 101,32% et de 6,87 Les importations des «biens d'équipements industriels»s'élèvent à 13,20 milliards USD, occupant ainsi le premier rang dans la structure des importations globales avec une part de 31,48%.
Le groupe de «biens de consommation non alimentaires» qui renferme les Groupes d'utilisation (8 et 9), occupe le 4éme rang dans la structure des importations, représentant une part de 15,40% avec une valeur de 6,46 milliards USD au cours de l'année 2019.. Pour l'année 2020,année non significative où tout l'appareil de production a été paralysé, selon les statistiques douanières concernant les importations de biens pour une valeur de 34,39 milliards de dollars nous avons la structure suivante: les biens alimentaires ont représenté 8,09 milliards e dollars dont les céréales 34,76%, suivies du lait et produits de la laiteries avec 19,14%; les énergies, lubrifiants pour 915,35 millions de dollars soit 2,66%, les produits bruts 2,30 milliards de dollars soit 6,69%; les demi produits 23,17% soit plus de 8,05 milliards de dollars, les biens d'équipements agricoles 205,94 millions de dollars, soit 0,60%, les biens d'équipements industriels 9,16 milliards de dollars soit 26,36%.
Les prix en hausse à l'importation
Durant les six premiers mois de 2021 nous avons assisté à une nette évolution haussière de l'indice des prix à l'importation avec l'augmentation qu'ont connue tous les groupes de produits par rapport à la même période de l'année 2020. Ainsi, la hausse la plus remarquable a concerné les combustibles minéraux, lubrifiants et produits connexes avec +72,9%, les huiles, graisses et cires d'origine animale ou végétale avec +59,8%, les boissons et tabacs (+23,5%) et les produits chimiques et produits connexes (+23,5%). D'autres groupes de produits ont également connu des augmentations de prix à l'importation. Il s'agit des produits alimentaires et animaux vivants (+18,9%), des matières brutes non comestibles, sauf les carburants (+17,4%), des articles manufacturés (+15,6%) et enfin les machines et matériels de transport (+8,4%).
Les indicateurs du commerce extérieur sont importants pour dresser la balance devises Algérie dans un cadre dynamique, les résultats qui suivent ne tenant pas compte dans le montant des importations, du gel de 402 projets annoncé par le président de la République suspendus pour des raisons administratives, sinon le montant des importations serait plus important pour 2022. Il ne faut jamais raisonner en statique, mais toujours en dynamique. Si l'on avait mis en oeuvre les 402 projets bloqués, et en prenant en moyenne une sortie de devises pour des projets moyens concurrentiels au niveau du marché mondial seulement de 50 millions de dollars, les sorties en devise auraient été de plus de 20 milliards de dollars entre 2020/2021, mais à moyen terme, ces projets auraient permis de générer une économie en devises.
En termes de balances devises, il faudra prendre en compte la hausse des prix au niveau mondial,le taux d'intégration des entreprises publiques et privées, ne dépassant pas les 15%, biens d'équipements matières premières et biens alimentaires, dont le montant pour cette rubrique dépasse selon les statistiques douanières 8 milliards de dollars entre 2019/2020 (dans une déclaration du 12 avril 2021, le Premier ministre(source APS) a annoncé une facture d'importation des produits alimentaires qui dépasse 10 milliards de dollars pour 2021), et si le marché mondial reste à la tendance actuelle la valeur des importations uniquement pour cette rubrique risque de dépasser les 12/13 milliards de dollars, compte tenu de la sécheresse qui a frappé la céréaliculture, l'Algérie en Afrique étant le deuxième importateur de blé après l'Egypte afin de nourrir une population évaluée au 1er janvier 2022 à plus de 45 millions d'habitants.
Mauvais classement
Une récession économique menacerait la croissance mondiale et donc l'économie algérienne arrimée à l'économie mondiale via ses exportations d'hydrocarbures et important plus de 80% de ses besoins. Sans une solution rapide à la crise ukrainienne, l'économie mondiale risque de connaître une récession pire que celle de l'impact du coronavirus et la crise de 2008, avec une poussée inflationniste mondiale et du chômage au niveau mondial ce qu'on qualifie de stagflation, avec l'augmentation de la dette publique qui est passée d'environ 70% du PIB en 2007 à 124% du PIB en 2020 et au niveau mondial selon le FMI pour 2020 la dette globale ayant atteint un montant de 226 000 milliards de dollars pour atteindre 256% du PIB, les emprunts des gouvernements ayant représenté un peu plus de la moitié de cette hausse se hissant aussi à un record de 99% du PIB mondial.
Afin de relancer la machine économique, les importations en biens et services en devises, selon nos calculs, si la tendance mondiale de l'inflation (prévision 7% aux USA, plus de 5% en Europe en 2022) se poursuit entre 2022/2023, entre 70/80 milliards de dollars par an durant cette période, y compris l'investissement additionnel, afin de renouer avec la croissance et d'atténuer les tensions sociales nécessitant un flux important d'investissement étranger et national et pour la partie dinars l'intégration de la masse monétaire en circulation représentant selon le président de la République entre 6.0000 et 10.000 milliards de dinars pour la partie dinars afin d'éviter l' émission monétaire, source d'inflation.
Le spectre d'une forte récession
Il faut être réaliste, en attendant les investissements prévus, l'Algérie pourra éventuellement, sous réserve d'une économie de l'énergie et de la mise en place d'une véritable transition énergétique, (les énergies renouvelables représentant moins de 1% dans la consommation intérieure) accroître sa production de gaz entre 3/5 milliards de mètres cubes gazeux maximum. à court terme,à travers le Transmed via l'Italie,, fonctionnant en sous-capacité, mais beaucoup plus à moyen terme, notamment en redynamisant le projet Galsi (voir notre analyse à l'Agence européenne de Bruxelles 09/03/2022). Sous réserve d'une vision stratégique, l'Algérie qui a d'importantes potentialités a des marges de manoeuvres et dont l'avenir dépendra des réformes qu'elle mènera ou pas.
Les réserves de change dépassent les 40 milliards de dollars, mais la dette représente 50.7% du PIB en 2020 et selon les projections, du FMI à 59.2% du PIB en 2021 et 65.4% en 2022. Le stock de la dette extérieure est relativement faible, à fin 2020 environ 5,178 milliards de dollars contre 5,492 milliards de dollars en 2019, selon le rapport ´´International Debt Statistics 2022 et le ratio du stock de la dette extérieure rapporté au revenu national brut est estimé à 4% en 2020, à 3% en 2019
Mais l'Algérie a peu attiré tant l'investissement productif national, avec la dominance de la sphère informelle de nature commerciale qui contrôle, selon des données contradictoires entre 33 et 47% de la masse monétaire en circulation et l'investissement étranger du fait d'entraves bureaucratiques avec une baisse de 21,3% en 2020 estimée à 1,073 milliard de dollars, contre 1,364 milliard de dollars en 2019. Ainsi, s'impose un sursaut national autour d' un large front national pour une mobilisation générale, conditionné par une plus grande moralisation de ceux qui gèrent la Cité et donc une nouvelle gouvernance et la valorisation du savoir.
Il ne suffit pas de brandir le montant des dépenses pour la recherche où selon le Premier ministre en date du 26/03/2022, l'Etat a dépensé près de 57 milliards de DA, au cours actuel 400 millions de dollars. À la lecture du classement des 132 pays concernés par l'indice de l'innovation 2021, on retrouve l'Algérie à la 120e place, gagnant certes une place par rapport au classement 2020, où elle était 121e, mais reste tout de même en marge en matière d'innovation, avec une fuite des meilleures compétences pourtant formées à l'école algérienne, une Nation sans son élite n'ayant aucun avenir étant comme un corps sans âme, renvoyant à l'essence du système rentier.
En conclusion, l'objectif est de mettre fin au terrorisme bureaucratique et la mentalité rentière, freinant les énergies créatrices, qui ne peut que conduire le pays à l'impasse, voire à sa déstabilisation


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.