JM/Volley-ball (Gr. C - 3e J): résultats et classement    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Turquie menace de bloquer l'adhésion
Candidatures de la Suède et de la Finlande à l'Otan
Publié dans L'Expression le 14 - 05 - 2022

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a exprimé, hier, son hostilité à l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, au risque de bloquer l'ensemble du processus qui requiert l'unanimité des membres de l'Alliance atlantique. « Nous n'avons pas un avis positif», a déclaré M. Erdogan, expliquant qu'il ne «veut pas voir se répéter la même erreur que celle commise lors de l'adhésion de la Grèce». « Nous suivons actuellement les développements concernant la Suède et la Finlande, mais nous n'avons pas un avis positif, parce qu'ils ont fait une erreur à l'Otan concernant la Grèce auparavant, contre la Turquie», a déclaré le chef de l'Etat à la sortie de la prière du vendredi à Istanbul. « Nous ne voulons pas commettre une deuxième erreur», a-t-il insisté. Erdogan a en outre reproché à Stochkholm et Helsinki de servir «d'auberge aux terroristes du PKK», le Parti des Travailleurs du Kurdistan classé comme organisation terroriste par la Turquie, mais aussi l'Union européenne et les Etats-Unis. Cette déclaration jette un froid sur un processus appuyé jusqu'ici par la plupart des membres de l'Otan et par le secrétaire général de l'Alliance, Jens Stoltenberg prêt à les accueillir «à bras ouvert». Une fois la décision prise par un pays tiers d'adhérer, les membres de l'Otan doivent en effet accepter à l'unanimité de l'inviter à les rejoindre. Pourtant, la Finlande avait exprimé sa confiance dans le soutien turc: après s'être entretenu début avril sur le sujet avec M. Erdogan, son homologue finlandais, Sauli Niinistö, avait alors estimé sur Twitter que «la Turquie soutient les objectifs de la Finlande».
La candidature finlandaise, défendue par le président et la Première ministre, doit être officialisée par le tandem exécutif ce dimanche, après la réunion d'un conseil gouvernemental. Et hier, un rapport officiel suédois a ouvert la voie à l'adhésion du pays à l'Otan, multipliant les conclusions favorables avant la décision du pays nordique et de son voisin finlandais dans les prochains jours. Moscou avait par avance dénoncé une décision qui «assurément» constituerait une menace contre la Russie et aurait des «conséquences (...) pour l'architecture sécuritaire européenne dans son ensemble». Or, depuis le début de la crise puis de l'invasion russe en Ukraine, Ankara a tout fait pour maintenir de bonnes relations avec les deux pays belligérants, dont dépend étroitement son économie et bien qu'elle fournisse des drones de combats à Kiev. Elle a même accueilli par deux fois en mars, à Antalya (sud) puis Istanbul, des pourparlers entre les deux. Pour Soner Cagaptay, analyste au Washington Institute, cette attitude «risque de faire apparaître la Turquie au sein de l'Otan comme un pays pro-Russe, à l'image de la Hongrie en Europe». « Ses raisons sont peut-être légitimes, mais ça risque de détériorer l'image d'Ankara au sein de l'Otan» ajoute-t-il en jugeant que ces objections «auraient dû se négocier à huis clos». Après des décennies hors des alliances militaires, Helsinki et Stockholm, toutes deux non alignées, sont prêts à annoncer officiellement leur candidature à l'Otan, conséquence directe de l'invasion russe de l'Ukraine. Selon les derniers sondages, la moitié des quelques 10 millions de Suédois sont désormais favorables à une entrée dans l'alliance, une part qui grimpe aux deux tiers si la Finlande adhère également. Et en Finlande, qui partage 1.300 kilomètres de frontière avec la Russie, ce sont plus des trois quarts de la population de 5,5 millions d'habitants qui veulent rejoindre le parapluie de l'Otan. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu devait participer ce week-end (samedi et dimanche) à Berlin à une réunion informelle avec ses pairs des pays de l'Otan. Selon le ministère, la réunion a pour objectif d'évaluer «les affaires en cours» au sein de l'Alliance. La perspective d'un possible veto turc à son élargissement sera sans aucun doute sur la table.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.