L'Algérie, "un carrefour pour les investisseurs" à la faveur de la nouvelle loi sur l'investissement    Echange d'expériences entre l'Algérie et le Danemark en matière de développement de projets des énergies renouvelables    Sétif : les 3/4 des médicaments présents sur le marché algérien sont de fabrication nationale    Drame de Melilla : la ministre espagnole du Travail exige des "clarifications"    Le Président Tebboune reçoit le recteur de la Mosquée de Paris    JM/ Boxe : Khelif et Bouloudinats en demi-finale, Mordjane et Benlaribi passent en quarts    Pourquoi le modèle autoritaire algérien, au contraire du modèle autoritaire chinois, n'a pas conduit au développement ?    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Ecole militaire polytechnique de Bordj El-Bahri : Sortie de la 49e promotion d'officiers ingénieurs    Séisme d'Oran: une commission technique inspecte les habitations touchées    Ports de pêche: lancement d'une opération nationale pour le dégagement de 351 épaves de bateaux    JM/ Tennis: l'Algérienne Benaissa qualifiée au second tour    Conseil de Sécurité: consultations sur la situation en Libye    JM: les Algériens de la lutte gréco-romaine visent le métal suprême    JM: coup d'envoi du festival national de la chanson raï    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Amélie Oudéa-Castéra, ministre française des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques au «Le Quotidien d'Oran»: «Bâtir de véritables traits d'union avec l'Algérie»    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    Bureaucratie, administrateurs et administrés    Les derniers bénéficiaires de la formule «à points»: Relogement de 2.137 familles à Ain El Beida et El Barki le 05 juillet    Douanes: Des quantités considérables de drogues et de psychotropes saisies    Consommation des eaux des citernes mobiles: Les mises en grade des médecins et des bureaux d'hygiène    Un nouvel ordre mondial plus juste    Tlemcen: Des contractuels titularisés revendiquent leurs salaires et leurs rappels    Parée de couleurs méditerranéennes: Oran a placé la barre très haut    Le Président Tebboune reçoit le jeune Mathieu Hill, un ami de l'Algérie    Confirmée, Elisabeth Borne doit former un gouvernement    Nouvelles attaques contre l'occupant marocain à Farsia et Houza    Les exportations en hausse    Derouaz et Tizzano donnent le ''la''    Les lauréats connus    Faut-il croire Benbahmed?    Le 5 Juillet se prépare activement    Algérie, terre des grands défis    Les algériens entrent en lice    La «stabilité régionale» au coeur de l'entretien    La bataille d'Iamorène    Ghardaïa accueillera l'événement    De l'art dans les rues d'oran    ANP: sortie de trois promotions à l'Ecole supérieure navale de Tamanfoust    Melilla: 18 migrants meurent après l'usage de la force par la police marocaine    Des députés et des sénateurs exclus du parti    Rachad dans de sales draps!    Le plaidoyer de Soufiane Djilali    Notre mère l'Afrique !    Bons mots et cruelles vérités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pêche en eau trouble
Ressources halieutiques à Annaba
Publié dans L'Expression le 19 - 05 - 2022

En l'absence de politique de développement, le secteur des ressources halieutiques demeure otage de l'anarchie. Point de recensement des potentialités et de politique de zonage, encore moins de subvention des carburants et autres intrants nécessaires à l'exploitation de l'outil de travail. Des manques se répercutant directement sur le prix du poisson et...la bourse du consommateur. Les quelques casiers débarqués sur le quai de la «Grenouillère» se volatilisent rapidement. La demande est supérieure à l'offre. Les établissements hôteliers et les restaurants sont les premiers servis. Le consommateur est approvisionné en dernier avec des prix hors de portée. Même constat à Chetaïbi, deuxième port de pêche de la wilaya d'Annaba et l'un des plus importants de la région. Dans les deux cas, les professionnels de la pêche font grise mine, en raison du manque de poissons et du diktat imposé par certains armateurs. Le poisson est devenu inaccessible pour les petites bourses. Un mets ajouté à la longue liste des produits alimentaires bannis de la table de dégustation. Une virée au marché aux poissons ou dans les différentes poissonneries de la ville d'Annaba, renseigne sur les prix affichés. Après avoir frôlé les 1 000 DA le kg, la sardine est cédée, certes, depuis une semaine, à 500 et 700 DA le kg. Les autres variétés de poissons restent inabordables pour les petites bourses. Qu'on en juge. La limande-sole à 1000,00 DA/kg, le merlan (1900,00 DA), la crevette (1800,00 DA), la dorade (600,00DA), le mulet (750,00 DA), la matsagoune (3000,00 DA), et le mérou (1150,00DA). Des prix exorbitants justifiés par la rareté du poisson sur la côte méditerranéenne et les mauvaises conditions climatiques. Force est de constater qu'à travers la wilaya, seuls quelques armateurs aux moyens matériels et financiers conséquents continuent à pratiquer la pêche au large. Toutefois, de bonnes perspectives sont à entrevoir. Depuis la mise en place de la commission d'écoute des investisseurs, plusieurs projets d'investissement devraient voir le jour, après la levée des obstacles bureaucratiques.
Trois importants projets d'aquaculture sont retenus pour être implantés dans les communes de Chetaïbi, d'El Bouni et d'Annaba. Ils serviront à l'élevage de poissons et de mollusques en cages flottantes, en mer. La wilaya d'Annaba compte 8 sites en mer ouverte, où peuvent être installées des cages flottantes pour l'engraissement du poisson. De plus, la conchyliculture, la culture des moules et des huîtres, ainsi que l'élevage des crustacés peuvent aussi y être développés à Annaba. S'agissant de la pêche en haute mer, elle dispose d'une importante flottille de bateaux équipés pour le chalut pélagique dans les zones peuplées par certaines espèces et pouvant rester jusqu'à cinq jours en haute mer. Pourtant, le poisson est loin d'être à la portée de la bourse des ménages, notamment après l'érosion de leur pouvoir d'achat.
Des prix qui font que le consommateur annabi a oublié le goût du poisson, sans pour autant oublier les 80 km de côte, les deux ports de pêche et la flottille de 42 chalutiers, ainsi que les 124 sardiniers. Et dire que le secteur enregistre chaque année des productions moyennes de plus de 8 500 tonnes toutes espèces confondues, entre poisson blanc (2 585 tonnes), poisson bleu (5 998), crustacés (175) et mollusques (52).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.