Touggourt/campagne labours-semailles: plus de 200 ha consacrés à la céréaliculture    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Une sérieuse alerte    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Madrid mandate Bruxelles
Alors que José Manuel Albares subit les critiques
Publié dans L'Expression le 11 - 06 - 2022

Ses jours sont-ils comptés? Le Premier ministre espagnol José Manuel Albares passe un mauvais quart d'heure. Les critiques pleuvent. Sa décision est remise en cause. Pour minimiser les conséquences commerciales, incommensurables, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, s'est présenté, hier, devant la Commission européenne pour se plaindre de la décision d'Alger de suspendre le «traité d'amitié, de bon voisinage et de coopération» conclu en 2002 avec l'Espagne, après le revirement de Madrid sur le dossier du Sahara occidental pour s'aligner sur la position du Maroc. N'ayant pu décrocher le soutien effectif de la Commission, José Manuel Albares tente d'apaiser la situation. «Le souhait de l'Espagne est que cela soit résolu le plus rapidement possible par le dialogue et les voies diplomatiques normales», a-t-il déclaré dans des déclarations à la presse après avoir rencontré à Bruxelles le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis. Pour se donner «bonne figure», le ministre espagnol a imputé la «brouille» aux «autorités algériennes» et a assuré que son gouvernement espagnol «n'a pris aucune décision qui affecte l'Algérie», ni n'a prononcé «aucun mot» pour provoquer un conflit diplomatique. Se cachant derrière le bouclier de l'Union européenne, José Albares a avancé le fait que l'Espagne a «le soutien des institutions européennes» et que l'Exécutif de la Commission «voit la crise diplomatique avec l'Algérie d'un même oeil». «Nous sommes unis dans la défense ferme de nos entreprises, qui sont des entreprises européennes» s'est-il voulu menaçant. Aussi, a-t-il mandaté la Commission européenne pour régler le «contentieux» sous prétexte que les relations commerciales avec les pays tiers relèvent de la Commission européenne. Pour donner du poids à sa requête, la signature de Joseph Borell, haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères, a été ajoutée, dans le document sanctionnant la réunion, à celle de José Manuel Albares et de Valdis Dombrovskis. Dans sa déclaration de presse, José Manuel Albares a souligné que « notre souhait est que les relations avec l'Algérie redeviennent à la normale car l'Espagne veut avoir des relations amicales avec tous ses voisins». Dans sa tentative d'amadouer, il a réaffirmé que « l'Algérie est un partenaire fiable» concernant l'approvisionnement en gaz. Ce qui est loin de contenir la colère suscitée par la décision de son gouvernement de soutenir la plan d'autonomie du Sahara occidental préconisé par Rabat.
En effet, José Manuel Albares a essuyé une pluie de critiques de la part aussi bien de la classe politique que de la société civile et des personnalités espagnoles. Dans un entretien, l'ancien ministre espagnol des Affaires étrangères et député européen, José Manuel García Margallo, a estimé qu' «il y a eu tellement d'erreurs dans la gestion de la politique étrangère espagnole vis-à-vis du Maghreb qu'il est difficile d'en identifier une». Un égarement qu'il attribue directement au Premier ministre Pedro Sanchez qu'il qualifie de «plus grand désastre diplomatique espagnol depuis 1975».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.