Le rôle de la Banque nationale des semences dans le renforcement de la sécurité alimentaire mis en exergue    Basket / Championnat d'Afrique féminin U18 (5e-8e places) : victoire de l'Algérie devant la Tanzanie (71-31)    Accidents de la circulation: 13 morts et 464 blessés en une semaine    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique)-2e journée: l'Algérie menée au score par la Namibie (0-1)    Lancement prochain d'une campagne de reboisement visant la plantation de 60 mns d'arbustes    Mouloudji reçoit l'ambassadrice de la République Fédérale d'Allemagne à Alger    Mali/attaque à Tessit: 42 soldats tués    Drame de Melilla: de nouveaux crimes commis par le Makhzen à l'encontre des migrants africains    Le communiqué de Bourita sur l'agression contre Ghaza, une mascarade    Le 11e Festival national de la chanson chaâbi s'ouvre à Alger    L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    Origine à déterminer    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Loin d'être un discours de consommation    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    «Seul le droit international doit primer»    La négociation privilégiée par les deux pays    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    L'heure de la convergence patriotique    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Il faut revenir à la formation»
Mourad Senouci, directeur du Théâtre régional Abdelkader Alloula
Publié dans L'Expression le 25 - 06 - 2022

L'Expression: Quelle sera la contribution du Théâtre régional dans les Jeux méditerranéens?
Mourad Senouci: Nous sommes amplement présents avec trois événements à nous et un autre que nous avons créé. Il s'agit des premières journées du Théâtre de la rue. Ce genre a déjà existé, il réunissait les associations. Mais là, cette rencontre est identique à un festival mais qui n'est pas officialisé. Ces journées se tiendront du 25 au 29 juin. 30 Représentations théâtrales seront présentées en quatre jours. Ces spectacles comprennent le théâtre, les marionnettes, Hakawati et animations clown. Ces spectacles seront présentés dans les rues et les jardins, en plus du théâtre d'improvisation que nous proposerons dans deux cafés. Le premier sera domicilié au café le Petit Royal tandis que le second au café la Fourmi. On tente une nouvelle expérience de Hakawati que nous allons essayer dans le terrain liant Oran à Sidi Bel Abbès. Le théâtre de la rue sera animé par des associations d'Oran, des artistes de Sidi Bel Abbès, des artistes d'El Bayadh et de Mostaganem. Ces animations seront présentées dans le cadre des Jeux méditerranéens. À partir du 29 juin, on enchaîne avec les premières journées du Théâtre méditerranéen, et dans lesquelles l'Algérie est représentée par deux théâtres, le Théâtre régional d'Oran devant le coup d'envoi en proposant la pièce Maâroudh Lahoua de Bakhti. On devrait clôturer avec la pièce GPS du TNA. Ce dernier ne sera ne pas présent étant donné qu'un comédien a eu un décès dans sa famille. Nous avons estimé juste de remplacer le Théâtre national en faisant appel au théâtre de Tizi Ouzou. En plus de l'amour que je porte à Tizi Ouzou, celle- ci propose une belle pièce. Le dialogue de la pièce de Tizi Ouzou comprend deux versions. La première est jouée en langue amazighe, tandis que la seconde est en arabe dialectal. Je leur avais recommandé de fusionner et transformer le dialogue de cette pièce en dialecte arabe algérien en lui injectant la langue amazighe. En agissant de telle sorte, on pourra, nous en tant qu'Algériens, suivre le spectacle tandis que les étrangers sauront qu'il y a deux langues en Algérie, le tamazight et l'arabe. Pour ce qui est du protocole, ces journées méditerranéennes seront ouvertes par les comédiens d'Oran et clôturées par leurs homologues de Tizi Ouzou. La France sera présente avec la pièce La peste tirée du roman d'Albert Camus, la Tunisie prendra part avec une belle pièce du théâtre de Jendouba. L'Egypte participera elle aussi avec son théâtre public national, en plus de l'Italie.
À travers les Jeux méditerranéens, peut-on prédire le retour en force du théâtre?
Nous sommes revenus bien avant cette compétition. Il y a eu des gens qui ont travaillé avant nous. Et à nous de continuer. D'ailleurs, nous sommes arrivés à reconquérir le public. Les JM constituent, certes, une opportunité pour la ville et pour lesquels nous devons être présents. Cependant, notre mission s'est inscrite dans la durée. La preuve, les Journées méditerranéennes ont, depuis toujours, été le voeu de tous les amateurs de théâtre. Nous avons acquis ces rencontres grâce aux Jeux méditerranéens. Maintenant, il nous reste qu'à obtenir leur officialisation pour qu'elles (Journées méditerranéennes, ndlr) soient retenues pour les années à venir. Sinon, il n' y aucun intérêt à ce que ces journées se tiennent uniquement et seulement pendant ces Jeux méditerranéens. À travers ces programmes, nous pouvons dire que nous sommes mobilisés et déployés sur deux fronts. Le premier, le théâtre de rue, s'inscrit dans la proximité tandis que le second, ou encore les Journées méditerranéennes, porte les dimensions internationales. Dans ce théâtre méditerranéen, six représentations seront données. Dans notre troisième activité, nous accueillerons le festival de la chanson et de la musique oranaise. Il sera animé par son commissariat et ses moyens. Nous sommes en plus d'être prestataires de services, partenaire de ce festival. Le coup d'envoi sera donné dimanche (demain) par la ministre de la Culture, Soraya Mouloudji.
Dans tout ça, quel est l'avenir du théâtre sachant que la demande est accrue?
Le théâtre en tant que pratique, nous y relevons une forte demande chez les jeunes. Les moyens sont tout de même manquants. Il y a également le vrai problème lié à la formation en théâtre. On remarque que l'Algérie n'a pas formé durant ces dernières 20 années. Nous sommes arrivés à cette situation en raison de la crise de la société. On a perdu Alloula, les médecins ont également perdu des leurs. Et le problème de la formation est resté posé. Ceux qui continuent à s'accrocher sont constitués de ceux qui ont été formés depuis plus de 20 ans. Et les derniers qui sont parvenus à réussir leur formation ont fait preuve de leur succès grâce à leurs propres efforts. Nous n'avons pas d'école, hormis l'Ismas d'Alger qui, avec tous les efforts des enseignants et leur abnégation, n'est plus ce qu'il était auparavant, en plus de l'instabilité que nous vivions pendant 30 ans. Dans tous les domaines, nous avons besoin de revoir la formation de nos cadres, qu'ils soient artistes, médecins, journalistes. Pour résumer, le théâtre est à l'image de la société. Et pourtant, la demande est importante. On reçoit des enfants, de jeunes garçons, des jeunes filles pour être formés, quitte à ce qu'ils payent de leurs propres poches. Malheureusement, nous ne pouvons pas répondre à cette demande. Car, nous sommes un théâtre. De plus, les gens aiment le théâtre, et pas n'importe quel théâtre. Il s'agit du théâtre bien fait. Il faut aussi dire que le public oranais est connaisseur du théâtre. Il vient quand il est convaincu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.