L'Algérie pays à fortes potentialités    Les attentes prononcées des professionnels    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les incendies de retour    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Inondations au Soudan: l'Algérie présente ses condoléances    Ligue 1/CS Constantine: Madoui restera l'entraîneur de l'équipe    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie s'incline face à l'Arabie saoudite (2-1)    Journée nationale de la poésie: riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Onze foyers d'incendies enregistrés ce dimanche à travers six wilayas    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): "Excellente organisation ", estiment les participants    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    AS Rome : Mourinho se félicite du mercato    Régénération verte    Plusieurs wilayas concernées: Températures caniculaires et mises en garde    Pr Mahyaoui - Covid-19: l'épidémie n'est pas encore terminée    L'inversion des rôles et l'Etat    Après deux ans de suspension: Le Salon international du tourisme de retour    Hors jeu semi-automatique: Un nouveau test avant le Mondial 2022    Port d'Oran: 4.250 portables saisis    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À qui profitera l'Aïd?
Le fameux bélier est à 80000 DA
Publié dans L'Expression le 30 - 06 - 2022

À quelques jours du rituel du sacrifice de l'Aïd-el-Adha, des vendeurs continuent davantage de proposer leurs moutons à la vente. Les espaces de vente poussent en effet comme des champignons dans la capitale. C'est ce que nous avons pu constater, hier, sur place, lors d'une virée effectuée dans plusieurs espaces de vente du «fameux mouton» dans différentes communes de l'Algérois. L'espace réservé à cet effet par l'Algérienne des viandes rouges (Alviar) ne désemplit presque pas. Nombreux sont les chefs de familles qui affluent au point de vente du groupe sis à Baba Ali, en quête de la bonne affaire. L'activité commerciale tournait, hier à plein régime, au 4ème jour du lancement de l'opération des ventes directes de moutons dans cet espace très prisé par les ménages.
Les prix pratiqués conviennent, aux yeux de l'acheteur, au pouvoir d'achat des bourses moyennes. Ce point de vente direct est l'un des cinq espaces proposés par l'Alviar à travers territoire national, où il faudrait débourser entre 38000 et 48000 DA pour s'approprier un agneau et entre 63000 et 70000 DA pour acquérir un beau bélier. «Les moutons proposés à la vente affichent des prix inaccessibles pour les Algériens de faible revenu», se lamente Mohamed, un père de famille qui revient bredouille chez lui. Selon le commun des mortels rencontrés sur place, qui ont livré leurs impressions, les prix en cours sur ce marché enregistrent une hausse de 10000 DA par rapport aux prix pratiqués l'année précédente. Le point de vente en question offre les meilleures conditions de vente, notamment pour les employés des entreprises publiques ayant signé des convention d'achat groupé avec l'Alviar. «Les travailleurs d'une trentaine d'entreprises, qui sont concernés par le payement par facilité, n'ont qu'à payer 50% du prix de la bête. L'entreprise paye le reste par le biais des oeuvres sociales, afin de réduire les frais en leur faveur», comme expliqué par la guichetière. Les prix qui y sont pratiqués au niveau des autres espaces de vente informelle, jouxtant le grand étal de l'Alviar sont plus chers. La différence dépasse les 5000 DA. Pour justifier les coûts, qui restent toutefois élevés, les vendeurs évoquent l'éternel argument de «la cherté des aliments du bétail et des frais liés au transport des bêtes». Certains, qui ont vendu de nombreux moutons, disent toutefois «n'avoir pas réussi encore à couvrir les frais de leur activité». D'autres commerçants approchés à la bergerie de Kourifa, «la Bourse du mouton de la capitale» affirment que la qualité de la viande du mouton a son mot à dire dans la fixation du prix. Dans cet espace qui ne désemplit jamais, tout est contrôlé par des vétérinaires, et les vendeurs disposent d'autorisation. Les bêtes proposées à la vente sont de race. «Khabar 3adjel (alerte info!). Approchez approchez, nos moutons sont d'Ouled Djellal. La chair est tendre. Elle fond dans la bouche. 80000 DA le bélier. Qui dit mieux?», lance un vendeur en direction des pères de familles accompagnés de leurs enfants. Pour «faire les yeux doux» à ces derniers, les vendeurs ont recours à un stratagème qui marche à tous les coups. Ils se saisissent des chérubins et leur offrent les moutons en monture, créant ainsi un lien immédiat entre l'enfant et l'animal, ce qui contraint les parents à céder inévitablement à «ce chantage». «D'habitude je fais le tour des wilayas de l'intérieur pour chercher la bonne occasion, mais cette année, j'ai décidé d'acheter mon mouton ici, à Alger, car les maquignons y pratiquent des prix beaucoup plus élevés que dans les autres régions du pays», témoigne, un chef de famille. «Exactement, mon frère. L'achat d'un beau mouton à un bon prix ressemble à un coup de poker! Des fois, tu gagnes et des fois tu perds», dira un autre afin de soutenir les propos précités. Pendant ce temps, les spéculateurs se frottent les mains sur le dos des citoyens et aussi, de l'Etat, au vu des sommes colossales circulant dans les circuits de l'informel, aux yeux de tout le monde et en violation des lois de la République en vigueur.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.