L'Algérie pays à fortes potentialités    Les attentes prononcées des professionnels    Ces entreprises qui ne connaissent pas la crise    La nouvelle stratégie    41 morts dans l'incendie d'une église du Caire    Le Hamas en appelle aux organisations internationales    Nouveau coach, mêmes ambitions    Manchester United s'effondre    Rentrée ratée pour le Barça et Lewandowski    danger permanent    Des chiffres toujours en hausse    Les incendies de retour    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Inondations au Soudan: l'Algérie présente ses condoléances    Ligue 1/CS Constantine: Madoui restera l'entraîneur de l'équipe    Soudan: au moins 52 morts dans des inondations    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    L'Algérie présente ses condoléances    Décès du journaliste italien Piero Angela: Goudjil présente ses condoléances    Une association sahraouie condamne les violations de l'occupant marocain contre la famille du militant Ghali Bouhela    Le CN prend part à une séance sur la participation des jeunes à la vie politique    Jeux de la Solidarité Islamique: l'Algérie s'incline face à l'Arabie saoudite (2-1)    Journée nationale de la poésie: riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Maroc: plus de 60% des jeunes diplômés universitaires sont au chômage    Egypte: 41 morts dans l'incendie d'une église au Caire    Secousse tellurique de magnitude 2,5 degrés dans la wilaya de Tipaza    Onze foyers d'incendies enregistrés ce dimanche à travers six wilayas    Festival de musique et chant Chaouis de Khenchela: la 10è édition en août    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): "Excellente organisation ", estiment les participants    Le jeune prodige palestinien Mohamed Wael El Bessiouni enchante le public algérois    Lancement d'une campagne nationale de sensibilisation à la bonne utilisation du GPLc    AS Rome : Mourinho se félicite du mercato    Régénération verte    Plusieurs wilayas concernées: Températures caniculaires et mises en garde    Pr Mahyaoui - Covid-19: l'épidémie n'est pas encore terminée    L'inversion des rôles et l'Etat    Après deux ans de suspension: Le Salon international du tourisme de retour    Hors jeu semi-automatique: Un nouveau test avant le Mondial 2022    Port d'Oran: 4.250 portables saisis    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Grand engouement à Ath Mahmoud et à Ath Boumahdi    Contours du nouveau socle de la société civile    40 départs de feu en trois jours    Une question toujours d'actualité    Ghannouchi sur le départ ?    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



En dents de scie
Relations algéro-françaises depuis l'indépendance
Publié dans L'Expression le 04 - 07 - 2022

Le 5 Juillet 1962, l'Algérie retrouve son indépendance au prix fort d'un million et demi de martyrs. Une nouvelle page est appelée à s'ouvrir avec l'ex-empire colonial. La France est alors dirigée par Charles de Gaulle. Celui-là même qui signait le décret du 3 juillet 1962 portant reconnaissance de l'indépendance de l'Algérie. «Les rapports entre la France et l'Algérie étant désormais fondés sur les conditions définies par les déclarations gouvernementales du 19 mars 1962, le président de la République française déclare que la France reconnaît solennellement l'indépendance de l'Algérie», est-il écrit dans ce décret. Malgré cette déclaration, les relations entre les deux pays, sous l'ère de Charles de Gaulle demeurent compliquées. Les plaies des 132 ans de colonisation demeurent trop profondes. Le général de Gaulle démissionne en 1969. Entre -temps, c'est feu Houari Boumediene qui prenait le pouvoir en Algérie, un certain 19 mars 1965. Il s'est attelé à effacer toutes les traces du colonialisme. La retraite de Charles de Gaulle devait ouvrir cette nouvelle page entre les deux pays. Surtout que c'est un personnage connu et qui connaît parfaitement le dossier des relations entre les deux pays qui lui succède, en l'occurrence Georges Pompidou. Le président Boumediene a parachevé l'indépendance de l'Algérie en nationalisant les hydrocarbures en 1971. Il propose alors à Pompidou d'apaiser les mémoires en redonnant un caractère privilégié aux relations entre les deux pays. Pompidou est même invité à venir effectuer une visite en Algérie libre et indépendante. Il refuse en banalisant ces relations, pourtant si complexes.
«Yahia Valéry! Yahia Houari!»
En 1974, Pompidou décède alors qu'il n'a pas achevé son mandat. Lui succède Valéry Giscard d'Estaing. Ce dernier décide de ne pas suivre le chemin de son prédécesseur sur la question algérienne. Le 10 avril 1975 à 11h30 du matin, il atterrit à Alger pour devenir le premier président français à fouler le sol de l'Algérie indépendante. «Yahia Valéry! Yahia Houari!», est-il acclamé dans les rues d'Alger. «Une page est irréversiblement tournée», déclare le président Boumediene. On pensait alors que les choses allaient vers une vraie réconciliation. Mais après ce voyage, les relations se «crispent de nouveau. Giscard joue avec le feu, notamment sur la question du Maroc. Une «guerre froide» est alors déclarée entre Houari et Valéry! Elle se poursuivra jusqu'à la mort du premier et le remplacement du second par le socialiste François Mitterrand, en 1981. Mitterrand propose à Alger des rapports qui soient «un symbole des relations nouvelles entre le Nord et le Sud». La période Mitterrand-Chadli Bendjedid est marquée par une relation plutôt calme et sereine. En 1995, la droite reprend le pouvoir. Jacques Chirac est élu président. L'Algérie est en pleine décennie noire, marquée par le terrorisme islamiste. L'arrivée de Chirac crispera de nouveau les relations. La période Chirac résume parfaitement les relations entre les deux pays en étant marquées par des ruptures et des rapprochements. Les premières années sont dures. Ça ne passe pas entre lui et Liamine Zeroual. La France est accusée de soutenir les terroristes. Il faudra attendre l'arrivée au pouvoir d' Abdelaziz Bouteflika pour voir un réchauffement entre les deux pays.
Le «yoyo»...
Chirac visite Alger en 2001, il est le premier chef d'Etat français à se rendre en Algérie depuis treize ans. Lui qui connaît parfaitement le pays où il a travaillé avant l'indépendance. En mars 2003, il revient une nouvelle fois au pays. Il est accueilli en héros, surtout qu'il venait de se positionner contre la guerre en Irak. Le peuple l'acclame, le ciel entre Alger et Paris s'éclaircit. Mais pas pour longtemps. En 2005, le Parlement français adopte une loi «portant reconnaissance de la nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés». Ce qui glorifie le colonialisme. Chirac rectifie le tir en l'abrogeant. En vain, la relation avec Bouteflika semble s'être coupée. En 2007, arrive alors Nicolas Sarkozy. D'emblée, il propose un renouveau des relations avec l'Algérie, qu'il visite en 2007. C'est de nouveau le réchauffement avec une nouvelle tempête à la fin de son mandat. C'est même une nouvelle guerre froide. De nouveau les socialistes reprennent le pouvoir en France. François Hollande, qui a effectué un stage en Algérie en 1978, est élu président. Il oeuvre à ouvrir une nouvelle page pour, dit-il, construire une relation «forte et équilibrée». François Hollande a reconnu «avec lucidité» la répression «sanglante» de la manifestation d'Algériens à Paris le 17 octobre 1961. François Hollande aura effectué deux visites durant son mandat. Il est accueilli à bras ouverts et réussit à renforcer fortement les relations entre les deux pays. On pensait alors que les choses allaient vers une «amitié». Surtout que son successeur, Emmanuel Macron, est issu de la génération post-indépendance. Mieux, il se rend en Algérie pendant la campagne électorale. Arrivé au pouvoir, il multiplie les gestes d'apaisement. En 2017, il effectue une visite éclair en Algérie. Néanmoins, les relations jouent au «yoyo». Il y a des hauts et des bas mais les choses avancent quand même. Cela jusqu'au mois de novembre dernier. Il «dérape» provoquant une polémique et une nouvelle guerre froide entre les deux pays, comme au temps de Giscard. Réélu en avril dernier, il se rapproche de nouveau du président Tebboune afin d'ouvrir une nouvelle page. Les deux chefs d'Etat travaillent pour ouvrir définitivement une nouvelle page entre les deux pays...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.