Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Sit-in annoncé jeudi prochain devant la wilaya: Les souscripteurs du programme AADL 2 renouent avec la contestation    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Algérie-France : c'est du concret!    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Les enseignements d'une révolte    Déluge de questions à l'APN    Souvenirs, souvenirs...    Benzerti relance les Vert et Rouge    Bougherra en réunion à la LFP    Boufenara, nouvel entraîneur    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Fraudeurs sur ordonnance    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Une vingtaine de greffes rénales au programme    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Le Président Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Financement de la campagne présidentielle: 8 ans de prison ferme pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Un cas psychiatrique!    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le temps des spéculations
Remaniement ministériel et mouvement dans le corps diplomatique
Publié dans L'Expression le 14 - 07 - 2022

La session parlementaire ordinaire 2021-2022 sera clôturée aujourd'hui. Les députés partiront en congé. Un congé qui devrait être mis à profit pour la mise en place du futur gouvernement. Celui de Aïmene Benabderrahmane risque de ne pas faire long feu.
Le remaniement annoncé par le président de la République lors de sa dernière rencontre avec des représentants de la presse nationale, serait, même, imminent, annoncent certains. Un nouveau gouvernement sera-t-il nommé avant la rentrée sociale? Théoriquement oui, mais tout va dépendre de la «disponibilité» de personnalités à même de mettre en oeuvre le programme présidentiel de manière plus efficace et efficiente. Qui conduira le futur Exécutif? Qui en fera partie? Une équation à plusieurs inconnues. Car le parachèvement du programme initié par le président Tebboune, notamment dans son volet économique, dépendra de la composante du nouveau gouvernement. En se basant sur les déclarations suscitées du chef de l'Etat, il est aisé de déduire qu´il sera procédé à une véritable purge. D'autant, a-t-il souligné, que tout remaniement ministériel doit répondre au critère de l'efficacité afin de parvenir à une mise en oeuvre rapide des décisions prises en Conseil des ministres, notant que le remaniement ministériel, s'il devait avoir lieu, s'effectuera «en fonction des résultats de chaque secteur», la norme étant «le taux d'application des décisions prises lors des Conseils des ministres». Certes, aucun accroc n´a été signalé entre Tebboune et Benabderrahmane mais force est de reconnaître que les divergences de fond l´emportent. Aussi, la vox populi et certaines sources, se disant proches des cercles de décision, laissent croire à son remplacement. Comme est plausible sa reconduction. Même si plusieurs ministres sont sur la sellette. Mais rien n'est sûr. Ce n'est pas la première fois en effet qu'on prête une telle intention au président de la République, qui, à chaque fois, s'est contenté d'un léger lifting. Une certitude, le «lifting» ministériel aura bel et bien lieu. L'annonce est du président Tebboune lui-même. «Certains péroraient sur les plateaux de télévision, nous avons fait appel à eux et ils ont déçu», avait regretté le président Tebboune lors de sa dernière intervention télévisée. En attendant, les spéculations vont bon train.
La Toile foisonne. Le casting est lancé. Chacun y va de son scoop. Et de son analyse. Dans ce sillage plusieurs noms sont avancés. Un tel par- ci, un tel par- là. De nouvelles têtes feraient même leur entrée au gouvernement. Ceux qui spéculent sur les changements à venir s'en tiennent à ce qu'il s'est passé lors des différentes visites de Abdelamdjid Tebboune à l'étranger où des accords importants touchant plusieurs secteurs ont été signés sans la présence des ministres concernés. Le raccourci, voulant que ceux qui ont été suppléés devraient partir, a fait le lit de l'intox. Une intox qui ne se limite pas seulement aux postes ministériels. Elle touche même le corps diplomatique. Selon les « révélations» de la Toile, plusieurs grandes capitales sont concernées. Des spéculations allant dans le sillage du rappel de l'ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud et son remplacement par Saïd Moussi, sans poste depuis son rappel le 19 mars 2021, au lendemain de la crise diplomatique entre Alger et Madrid. Washington (USA), Bruxelles (Belgique) siège de l'Union européenne, Budapest (Hongrie), Niamey (Niger), Canberra (Australie), Mexico (Mexique), Sofia (Bulgarie), Kinshasa (R. D. du Congo), Abidjan (Nigeria), et même Tachkent, capitale de l'Ouzbékistan devraient, selon ces mêmes sources, être concernées par ce mouvement diplomatique. Un mouvement devant, également, toucher les consuls généraux. Un remaniement ministériel et diplomatique intervenant dans un contexte géopolitique particulier, avancent les «analystes». Cependant, il n'en demeure pas moins que tout changement ministériel ou dans le corps diplomatique reste dans les prérogatives du président de la République.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.