Tebboune présente ses condoléances    Le patron du groupe Ennahar Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison ferme    Déclaration de politique générale du Gouvernement: renforcer les capacités du système national de défense    Engagement à appliquer les directives du Président afin de mettre les collectivités locales au service du citoyen    Arkab participe à Vienne à la 66éme Conférence générale de l'AIEA    Sahara occidental : le Front Polisario salue la position "de principe et historique" du Mozambique    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine pour devenir le 194ème Etat membre de l'ONU    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Real : Valverde a dit non au PSG    Pour Dani Alves, Ronaldo ne peut pas atteindre Messi    Lancement du 6e Recensement général de la population et de l'habitat    L'Algérie apporte son soutien    Lamamra s'entretient avec son homologue chinois    Pluies orageuses et chutes de grêle sur plusieurs wilayas à partir de ce dimanche    Rencontre gouvernement-walis: la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement au centre des travaux du 2e atelier    Algérie-Mauritanie: Signature d'un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    Gouvernement-walis: Les nouvelles instructions de Tebboune    Equipe nationale: Des Verts à deux visages    Lettre dans un ballon !    Ligue 2 amateur: C'est reparti pour un long exercice    Un mois et demi après la visite de Macron: La Première ministre française attendue les 8 et 9 octobre à Alger    Les mirages du sucre et du lait    Affiner les indicateurs sociaux et économiques: Le recensement général débute aujourd'hui    Naufrage au large de la Syrie : le bilan grimpe à 90 morts    Contradictions ?    À l'épreuve du terrain    La tuile pour Maignan    Inculquer aux jeunes les valeurs de l'olympisme    Boudina termine 7e    Cuba élu à la présidence du Groupe des 77 et de la Chine en 2023    L'Algérie à pas sûrs...    Cette Dame force l'admiration    Ce que dira Benabderrahmane à l'APN    Quatre dealers arrêtés    21 cadres municipaux sous enquête    Le juteux marché des enseignants    219 Commissions rogatoires émises    La moudjahida Zineb El Mili n'est plus    Les massacres du 17 octobre 1961 en débat    Tentation et faux-semblant    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quelle place de l'anglais dans nos écoles?
Entre idéologie, pédagogie et universalité
Publié dans L'Expression le 03 - 08 - 2022

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a insisté sur le choix de l'anglais comme langue d'enseignement. Les arguments développés par le président Tebboune se réfèrent à l'approche pédagogique en rapport avec les mutations qui ont caractérisé le développement technologique, au niveau planétaire. C'est une sorte de pragmatisme en relation avec l'évolution, qui imprime le monde du savoir et de la connaissance comme moteur de développement, au plan économique. Donc l'exigence de l'enseignement de l'anglais obéit à une nécessité historique imposée par l'économie mondiale et ses défis au plan technologique et ses interconnexions. Le débat sur la primauté d'une langue d'enseignement sur une autre doit prendre en considération la portée technologique et scientifique de la langue et dont la dimension et l'envergure internationale ne sont plus à démontrer. Le président Tebboune a ordonné d'«adopter la langue anglaise à partir du cycle primaire, après une étude approfondie menée par des experts et des spécialistes». Cette démarche émane d'une décision qui est le fruit d'une réflexion menée par les spécialistes et les experts de ce domaine complexe et sensible, c'est-à-dire qu'il est tributaire d'une recherche approfondie pour pouvoir asseoir ce choix pédagogique en fonction des besoins propres du pays quant à l'exploitation technologique de cette langue, dans la perspective d'inciter l'esprit d'innovation et de la modernisation du savoir via un outil qui facilité énormément l'accès au monde de la recherche scientifique et technologique, en termes de références et d'archives. Cela exige des moyens colossaux afin de pouvoir introduire cette langue d'enseignement au sein des établissements primaires. Il faut renforcer le créneau de la formation des formateurs et les encadreurs qui seront à leur tour l'épine dorsale dans le suivi du programme de la généralisation de la langue d'enseignement en question. C'est dire que le choix ne se fera pas d'une manière aléatoire ni à la suite d'une décision bureaucratique qui sera décrétée «d'en haut» pour satisfaire les «fantasmes» de certaines franges de la population dont l'idéologie et la diversion constituent la trame de fond de leur motivation concernant la substitution du français par l'anglais. Le président Tebboune a souligné, à ce propos, « la nécessité de réviser les programmes éducatifs en se référant à l'esprit pédagogique qui a permis la formation, depuis l'indépendance, d'une élite dans diverses spécialités, et d'interdire la révision des programmes éducatifs durant l'année scolaire». Cette conception coupe court aux lectures superficielles et édulcorées de connotation politicienne d'une catégorie de personnes qui voit dans la langue en général et en dehors de son approche, une manière de porter atteinte à l'identité nationale et aux valeurs civilisationnelles du pays.
Le besoin de s'arrimer au nouveau cours que traverse le monde dans le domaine des sciences et des technologies, impose au pays de sortir des carcans idéologiques qui ont participé grandement au retard enregistré dans le domaine de la dispense et de la pédagogie. L'acquisition d'une langue d'enseignement doit répondre à une seule exigence, à savoir la nécessité de s'inscrire dans la modernité scientifique comme facteur d'évolution et d'insertion dans le mouvement perpétuel de l'histoire universelle. La langue du savoir et de la technologie doit être l'apanage de toute économie censée devenir compétitive et qui permettra au pays de marquer sa présence dans le concert des nations modernes. Ce n'est pas la langue en tant que telle qui est concernée par ce choix stratégique, c'est surtout la tendance générale qui impacte le monde et ses outils supranationaux qui font d'elle un élément incontournable en termes de développement et d'insertion de la division internationale du travail.
Ce ne sont pas les querelles idéologiques et les fumisteries politiciennes qui feront de la langue d'enseignement un outil efficace de développement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.