L'Algérie plébiscitée pour représenter l'Afrique au Bureau de l'Assemblée générale de la Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    «Les engagements du Président concrétisés à 80%»    Le président palestinien Mahmoud Abbas souligne l'importance du prochain Sommet arabe d'Alger    Foot/ équipe nationale : "Belmadi va prolonger son contrat jusqu'au Mondial 2026"    Man United : Ten Hag voit du positif dans la prestation de Ronaldo    Batna : réalisation d'une station mobile de transformation d'électricité "avant mars prochain"    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans les secteurs d'Aousserd et Mahbes    Belaabed appelle les enseignants à s'acquitter de leurs rôles et contribuer à la promotion du système éducatif    Opéra d'Alger: le spectacle "Djazair zinet el bouldane" présenté au public    14e FIBDA : Rencontre à Alger avec Frédéric Ciriez, auteur du roman graphique, "Frantz Fanon"    Benabderrahmane: Le Gouvernement oeuvre à trouver des solutions aux problèmes soulevés par les députés dans le cadre d'une approche participative    Le processus de réforme auquel s'est engagé le Président Tebboune en vue du renouveau est désormais une réalité palpable    Des groupes organisés à l'origine de la spéculation illicite et la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation    Visite de courtoisie chez Goudjil    Le Gouvernement œuvre à des solutions radicales    L'Etat frappera d'une main de fer    Algérie-Ouganda: signature de deux conventions bilatérales pour le renforcement de la coopération diplomatique    Chadli Bendjedid a consacré sa vie au service de son pays et de sa relance    Le SG de l'ONU rend hommage à l'Algérie    Accidents de la circulation en zones urbaines: 12 morts et 401 blessés en une semaine    Tebboune adresse une invitation au président du Conseil de direction présidentiel au Yémen    L'Algérie gagne quatre places    Saisie de 7.143 unités de produits pyrotechniques    Championnats arabes de Cyclisme sur piste: l'Algérien Mohamed-Nadjib Assal en or    In memoriam Octobre 88    Tiaret: L'hippodrome «Kaïd Ahmed» plongé dans le noir    Ligue1 - CSC-MCA : Un choc qui promet    Embrouille    Algérie-Etats-Unis: Des relations «fortes et grandissantes»    Algérie-Pays-Bas: Informer le citoyen sur le bon usage des fonds publics    Oran: 29 harraga interceptés au large d'Arzew    À propos de l'homme qui promenait son âne    En perspective de l'attribution des logements sociaux en cours de réalisation: Mise en service d'un nouveau logiciel pour l'étude des dossiers    162 médicaments en voie d'épuisement: «Le stock couvre moins d'un mois de besoins»    El-Bayadh: La nouvelle secrétaire générale de la wilaya installée    Face aux déclarations incensées des néocolonialistes: Notre méfiance se doit d'être de mise    Comment oublier que nous avons été colonisés ?    QUESTIONS DE LANGUE(S) ET D'IDENTITE(S) !    Une semaine chargée pour l'ANP    L'UGTA se rebiffe    Le président Tebboune félicite les enseignants    Le MSP menace d'une «motion de censure»    Alerte à l'instabilité!    Fin imminente des travaux    Goudjil instruit la délégation parlementaire    La culture amazighe en deuil    Promotion ou restriction des mobilités?    Chercheurs en langue amazighe: une denrée rare    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'école privée cherche sa voie
Système éducatif
Publié dans L'Expression le 14 - 08 - 2022

Le grand débat lancé sur l'enseignement de l'anglais a occulté la problématique de la réforme du système éducatif national.
La question des établissements scolaires privés/publics suscite autant d'interrogations et de remarques soulevées par les spécialistes de la pédagogie scolaire. La prochaine rentrée scolaire 2022-2023 aura à traiter de l' «héritage» de l'année dernière, sur fond de problèmes qui ont émaillé les établissements scolaires privés et les mesures prises par le ministère de l'Education nationale sur plusieurs dossiers pédagogiques et d'enseignement qui concernent lesdits établissements.
L'école algérienne est en train de se transformer en un espace «dichotomique» qui fait que l'enseignement dans les écoles primaires se dirige vers une polarisation catégorielle, voire de classe même. Mais l'enjeu se pose au niveau du programme national d'enseignement dont certaines règles semblent ne pas être respectées par certaines écoles privées.
La question est inhérente à la langue d'enseignement de certaines matières, mais cette situation anti-réglementaire trouve son «dénouement» à travers le recours d'un nombre important d'établissements scolaires privés à la mise en place d'un double programme pour échapper à «la sentence» des inspecteurs de la tutelle. La conformité des programmes devient une priorité majeure pour le ministère de l'Education nationale, afin d'asseoir une homogénéité quant à l'enseignement unifié et conforme aux textes de loi. Le débat est en train de prendre une sérieuse option en matière de la révision du statut des établissements scolaires privés agréés par la tutelle.
Le double programme n'est pas interdit par la tutelle; ce qui est rejeté, c'est bien le recours à des heures supplémentaires. Ces écoles seront menacées de sanctions allant jusqu'au retrait de l'agrément.
Les spécialistes et les experts pédagogiques soulignent que «les textes réglementaires en vigueur imposent aux écoles privées d'unifier le programme scolaire d'enseignement en langue arabe, sans les priver toutefois d'enseigner des matières optionnelles, en dehors des plages horaires officielles, après obtention d'une autorisation du ministère. L'unification du programme scolaire et de l'enseignement en langue arabe, dans ces établissements faciliteront aux élèves le passage de l'école privée à l'établissement public sans refaire l'année et sans évaluation». Donc la problématique est d'ordre pédagogique plus qu'une démarche «scélérate» visant à mettre une chape de plomb aux responsables des établissements scolaires privés agréés par l'Etat.
Tout compte fait, la gestion des établissements scolaires privés est un «balbutiement» qui montre que l'expérience est toujours en gestation. Officiellement, il existe 139 établissements scolaires privés. Ce chiffre n'est pas aussi prépondérant pour pouvoir déterminer l'enjeu de l'enseignement d'une manière urgente. Les établissements scolaires publics sont largement dominants en la matière.
Cette donne permet à la tutelle de prendre en considération le programme scolaire dont l'école publique a besoin et les établissements scolaires privés sont contraints de se mettre osmose avec le programme national mis en oeuvre par le ministère de l'Education nationale.
L'Association nationale des écoles privées agréées (Anepa) s'est constituée interface dans le but de coordonner avec la tutelle pour trouver les solutions idoines à même d'en finir avec le recours au double programme et des pratiques qui ne s'arriment pas au règlement qui régit les établissements scolaires privés.
Des questions sont posées sur le rôle des établissements scolaires privés. C'est quoi leur mission? Sont-ils des auxiliaires des établissements scolaires publics? L'enseignement privé est-il complémentaire ou partenaire de l'enseignement public?
Toutes ces questions doivent trouver des réponses concrètes pour pouvoir aller vers un véritable débat en mesure d'opérer la réforme, tant attendue, du système éducatif national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.