Atelier sur la mission des collectivités locales pour redynamiser l'investissement    Ligue 1 (5e j): le CSC prend les commandes, l'ESS sombre    Man United : Fin d'aventure en fin de saison pour De Gea ?    Espagne: saisie de plus de 14 t de haschisch en provenance du Maroc, 49 personnes impliquées    RND: la consolidation de la place de la femme requiert un environnement sociopolitique concurrentiel    Ain Defla: la pièce théâtrale "Hna ou Lhih" au festival de Mostaganem    CNAL: le projet de loi sur le statut de l'artiste "prêt en 2023"    La manifestation scientifique "Semaine de la traduction" à Oran    Tizi-Ouzou/Elections communales: l'amélioration du cadre de vie, une priorité pour "Tasqamut N'Ussirem"    Tebboune préside l'ouverture    CHAN 2022: le compte à rebours du tirage au sort a commencé    Fédérations sportives: les médaillés olympiques et mondiaux intègrent la composante de l'AG    Relations bilatérales: le MAE sahraoui se félicite des déclarations du président kenyan    Saisie de quantités importantes de cigarettes dans les wilayas d'El Oued et d'Illizi    L'AARASD veut garantir à Sultana Khaya un retour au Sahara occidental sans crainte de représailles    Lamamra reçu par le président de la Guinée-Bissau    Le SG de l'ONU appelé à mettre fin à l'occupation sioniste    Algérie/Mauritanie: un protocole dans le domaine de la pêche et de l'économie maritime    6e RGPH: fournir une base de données pour couvrir les besoins de la population    Football - Ligue 1: Une journée favorable au CSC    Sahara Occidental: L'Algérie remet les pendules à l'heure !    ONU: L'Algérie se replace    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    Commune d'Oran: 5.000 trousseaux scolaires pour les enfants démunis    Djanet: Un minibus se renverse, 9 morts et 4 blessés    En l'espace de huit mois: Refus d'admission aux frontières de 495 cargaisons    Discordances    Prix à plafonner    Réunion du Gouvernement: Vers le plafonnement des tarifs des hôtels    «Gros» mots : les contre-chocs    Kamel Aoun n'est plus    Sanchez lâche Mohammed VI    Goudjil salue «l'homme d'Etat»    Ça recommence ou ça continue?    Le Cnese confirme    Alger et Moscou se concertent    L'université a besoin de sérénité    L'Etat de droit en point de mire    La nouvelle bombe de Mathias    Brèves Omnisports    L'heure de la retraite?    Un destroyer US accoste à Djen Djen    La justice, au singulier    Tamazight dans l'administration    Une délégation de l'Alecso à Alger    Des taurillons exportés de France, refusés de débarquer en Algérie, devront être euthanasiés .    Elections communales partielles: le FLN et le FFS animent des meetings à Bejaia    Gestion des collectivités locales : va-t-on vers de nouveaux réflexes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord
Syrie
Publié dans L'Expression le 18 - 08 - 2022

Des frappes aériennes turques dans le nord de la Syrie sur une position tenue par l'armée syrienne ont fait 17 morts, après des affrontements nocturnes entre les forces d'Ankara et les combattants kurdes, a annoncé mardi une ONG. «Dix-sept combattants ont été tués dans une frappe aérienne turque qui visait une position du gouvernement syrien près de la frontière turque» dans le village de Jarqali, à l'ouest de la ville de Kobané», a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). «On ne sait pas s'ils sont issus des forces du régime ou si ce sont des combattants kurdes qui contrôlent la zone», a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. L'agence de presse officielle syrienne SANA, citant une source militaire, a confirmé la mort d'au moins trois soldats syriens et de six blessés. «Toute attaque contre une position tenue par nos forces armées se heurtera à une réponse directe et immédiate sur tous les fronts», a ajouté SANA. De violents combats avaient éclaté dans la nuit de lundi à mardi entre les Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les forces kurdes, et l'armée turque, qui a intensifié ses bombardements après qu'une de ses positions côté turc de la frontière a été attaquée, selon l'OSDH.
Ankara a affirmé que l'attaque kurde en territoire turc avait coûté la vie à un soldat. En représailles, «13 terroristes ont été neutralisés», selon le ministère turc de la Défense, ajoutant que l'opération dans la région se poursuivait. Les FDS ont indiqué dans un communiqué que «des avions militaires turcs» avaient mené «12 frappes aériennes contre des positions de l'armée syrienne déployées sur la bande frontalière à l'ouest de Kobané». Les raids ont fait «des victimes», a déclaré le porte-parole des FDS, Farhad Shami, sans fournir plus de détails. Selon les FDS, au moins 13 de leurs combattants ont été tués par des attaques turques depuis juillet. Les forces kurdes contrôlent la majeure partie du nord-est de la Syrie, pays morcelé depuis la guerre déclenchée en 2011 et qui s'est complexifiée au fil des ans avec l'intervention de multiples groupes et puissances étrangères, comme la Turquie. Le conflit a fait environ un demi-million de morts et plusieurs millions de déplacés et de réfugiés.
Les forces du gourvernement syrien se sont déployées ces dernières années dans des zones contrôlées par les forces kurdes près de la frontière avec la Turquie, dans le cadre d'accords destinés à endiguer les offensives turques transfrontalières contre les combattants kurdes, considérés comme des «terroristes» par Ankara. La Turquie, qui a lancé une série d'opérations en Syrie visant les forces kurdes et le groupe terroriste Etat islamique depuis 2016, menace depuis mai de conduire une offensive d'envergure contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie. Depuis le début de la guerre, la Turquie, soutenant les rebelles, s'est farouchement opposée au président syrien Bachar al-Assad. Mais la semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, a appelé à la réconciliation entre le gouvernement syrien et l'opposition, ce qui a irrité les rebelles et conduit à des manifestations antiturques. Mardi encore, M. Cavusoglu a déclaré que les insurgés syriens et les dirigeants de la Syrie ne devaient «se réconcilier».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.