Constitution de Tebboune : à qui reviendra le dernier mot ?    Le président et le vice-président de transition du Mali ont prêté serment    Zimbabwe appelle l'ONU à redoubler d'efforts pour mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    Foot/ Algérie : le second représentant an Coupe de la Confédération connu le 4 octobre    Fédération algérienne de handball : adoption à l'unanimité des bilans moral et financier    La France a ordonné l'assassinat de Français "pro-FLN" durant la Guerre de libération    Céréaliculture: Hamdani appelle la levée des contraintes financières    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel par les plaidoiries de la défense    Agriculture: un système spécial face à la la spéculation sur le prix du son    Wilaya d'Alger: les rassemblements publics sont soumis à un protocole sanitaire spécial    Attar: l'augmentation de la production énergétique, une orientation stratégique pour le secteur    Massacres du 17 octobre 1961: Une association française demande la reconnaissance du crime    Le document d'amendement de la Constitution insiste sur la protection de la famille    DIRECTION DES SERVICES AGRICOLES DE TIARET : Installation de la cellule d'écoute et d'orientation    Real Madrid: Bale n'a aucun regret    Manchester United: une offre de 98 M€ pour Sancho?    PSG: Di Maria prêt à prolonger, mais...    MASCARA : Les travailleurs de l'entreprise ‘'Dahra'' sans salaire depuis 8 mois    DISTRIBUTION DE 800 LOGEMENTS AADL A TISSEMSILT : Les souscripteurs de la cité Sanawbar enfin soulagés    ACCUSE DE DETERIORATION DE BIENS PUBLICS A MASCARA : Le professeur Yahiaoui Ahmed acquitté    SIDI BEL ABBES : Le corps sans vie d'un adolescent repêché d'une retenue d'eau    BECHAR : Arrestation d'un charlatan en possession d'une arme à feu    VALIDATION DE LA QUALITE DE 3 NOUVEAUX MEMBRES DE L'APN : Le rapport de la commission spécialisée validé    MANIPULATION DE L'IMAGE PAR M6 : L'ARAV exprime sa "totale réprobation"    OUARGLA : Un terroriste se rend aux autorités militaires    MOSTAGANEM : Le conseiller du président Tebboune réunit les zaouias    Zeghmati: promulgation prochaine d'un texte de loi contre l'enlèvement    Participation de l'ANP au maintien de la paix : une évolution dictée par le contexte géopolitique    Situation de l'environnement marin :Benharrats tire la sonnette d'alarme    Les problèmes de développement en suspens de nombreuses zones d'ombre réglés    Belhimer: le débat sur la Constitution dénote la conscience du peuple qui suit de près le sujet    La wilaya d'Alger réagit    L'ennemi extérieur est uniquement dans la tête des dirigeants.    Trafic de drogue: ce n'est pas en pointant une Kalashnikov devant ces jeunes……..    Une rentrée scolaire à domicile    Le Bayern remonte sur scène, retour risqué des fans    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Ce soir-là...    Actucult    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Alger prend acte    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Commerce: L'Algérie évalue ses accords avec les partenaires étrangers    Poker gagnant pour l'Histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





71% des Français condamnent
LA FRANCE N'AURAIT PAS DU FAIRE LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 20 - 03 - 2002

L'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962.
Quarante ans après le cessez-le-feu qui a mis fin à la Guerre d'Algérie, un sondage d'opinion mené par CSA et publié hier par L'Humanité révèle que sept Français sur dix estiment que le gouvernement de leur pays a eu tort de mener la guerre durant sept ans en Algérie.
Ainsi 71% des Français âgés de plus de 15 ans ont trouvé que l'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962 qui a engendré des centaines de milliers de morts, des blessés à vie et des dégâts énormes dans les deux camps. En revanche, 19% de Français croient toujours que leur gouvernement a eu raison «parce qu'il aurait fallu que l'Algérie reste dans la République française».
Toujours pour célébrer le 19 Mars, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a dévoilé la première plaque du Mémorial que la capitale va dédier aux soldats parisiens morts ou disparus en Afrique du Nord de 1952 à 1962, dans le cimetière du Père Lachaise. La cérémonie s'est déroulée devant plusieurs centaines d'anciens combattants portant leurs oriflammes, appartenant principalement à la Fnaca, la plus importante association d'anciens combattants avec 370.000 adhérents.
Le Mémorial, qui devrait être achevé dans six mois, se présentera sous la forme d'une stèle symbolisant un livre du souvenir de 2,80 m de haut et portant l'inscription: «La ville de Paris à ses militaires morts et disparus pendant la Guerre d'Algérie et les combats de Tunisie et du Maroc, 1952-1962, n'oublions pas.» Le même jour, plusieurs centaines de Français rapatriés d'Algérie, d'anciens combattants et de harkis, supplétifs algériens de l'armée française, ont manifesté à Marseille contre le choix du 19 mars, comme date de la commémoration de la fin de la Guerre d'Algérie.
Présent au rassemblement, le président de la Fédération des harkis des Bouches-du-Rhône, Makhlouf Habbaz a déclaré que le 19 Mars 1962 est la date officielle du cessez-le-feu de la Guerre d'Algérie, avec la signature des Accords d'Evian. Mais, dira-t-il, «le 19 mars est une date douloureuse, qui n'a jamais marqué le cessez-le-feu», faisant allusion aux harkis qui avaient été tués en Algérie juste après 1962. Sur ce point, l'ancien ministre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) a déclaré cette semaine que «l'opinion française sera étonnée de savoir qu'un nombre considérable de harkis sont restés en Algérie où ils ont mené une vie normale», il a même révélé que «certains harkis se sont glissés dans les arcanes du pouvoir et occupent aujourd'hui des postes importants».
Par ailleurs, à Nice, sur la Côte d'Azur, une trentaine de personnes, dont plusieurs membres du Front national, mouvement d'extrême droite, a perturbé une cérémonie de commémoration. Les manifestants ont notamment crié «traîtres» au moment où le directeur de cabinet du préfet des Alpes Maritimes déposait une gerbe de fleurs au Monument aux morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.