DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





71% des Français condamnent
LA FRANCE N'AURAIT PAS DU FAIRE LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 20 - 03 - 2002

L'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962.
Quarante ans après le cessez-le-feu qui a mis fin à la Guerre d'Algérie, un sondage d'opinion mené par CSA et publié hier par L'Humanité révèle que sept Français sur dix estiment que le gouvernement de leur pays a eu tort de mener la guerre durant sept ans en Algérie.
Ainsi 71% des Français âgés de plus de 15 ans ont trouvé que l'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962 qui a engendré des centaines de milliers de morts, des blessés à vie et des dégâts énormes dans les deux camps. En revanche, 19% de Français croient toujours que leur gouvernement a eu raison «parce qu'il aurait fallu que l'Algérie reste dans la République française».
Toujours pour célébrer le 19 Mars, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a dévoilé la première plaque du Mémorial que la capitale va dédier aux soldats parisiens morts ou disparus en Afrique du Nord de 1952 à 1962, dans le cimetière du Père Lachaise. La cérémonie s'est déroulée devant plusieurs centaines d'anciens combattants portant leurs oriflammes, appartenant principalement à la Fnaca, la plus importante association d'anciens combattants avec 370.000 adhérents.
Le Mémorial, qui devrait être achevé dans six mois, se présentera sous la forme d'une stèle symbolisant un livre du souvenir de 2,80 m de haut et portant l'inscription: «La ville de Paris à ses militaires morts et disparus pendant la Guerre d'Algérie et les combats de Tunisie et du Maroc, 1952-1962, n'oublions pas.» Le même jour, plusieurs centaines de Français rapatriés d'Algérie, d'anciens combattants et de harkis, supplétifs algériens de l'armée française, ont manifesté à Marseille contre le choix du 19 mars, comme date de la commémoration de la fin de la Guerre d'Algérie.
Présent au rassemblement, le président de la Fédération des harkis des Bouches-du-Rhône, Makhlouf Habbaz a déclaré que le 19 Mars 1962 est la date officielle du cessez-le-feu de la Guerre d'Algérie, avec la signature des Accords d'Evian. Mais, dira-t-il, «le 19 mars est une date douloureuse, qui n'a jamais marqué le cessez-le-feu», faisant allusion aux harkis qui avaient été tués en Algérie juste après 1962. Sur ce point, l'ancien ministre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) a déclaré cette semaine que «l'opinion française sera étonnée de savoir qu'un nombre considérable de harkis sont restés en Algérie où ils ont mené une vie normale», il a même révélé que «certains harkis se sont glissés dans les arcanes du pouvoir et occupent aujourd'hui des postes importants».
Par ailleurs, à Nice, sur la Côte d'Azur, une trentaine de personnes, dont plusieurs membres du Front national, mouvement d'extrême droite, a perturbé une cérémonie de commémoration. Les manifestants ont notamment crié «traîtres» au moment où le directeur de cabinet du préfet des Alpes Maritimes déposait une gerbe de fleurs au Monument aux morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.