CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    Qualifs CAN 2021 : Deuxième succès de suite pour le Nigeria    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    La France va revoir sa politique des visas    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La planche du naufrage !    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Fair-play financier : Manchester City menacé d'exclusion de la Ligue des champions    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





71% des Français condamnent
LA FRANCE N'AURAIT PAS DU FAIRE LA GUERRE D'ALGERIE
Publié dans L'Expression le 20 - 03 - 2002

L'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962.
Quarante ans après le cessez-le-feu qui a mis fin à la Guerre d'Algérie, un sondage d'opinion mené par CSA et publié hier par L'Humanité révèle que sept Français sur dix estiment que le gouvernement de leur pays a eu tort de mener la guerre durant sept ans en Algérie.
Ainsi 71% des Français âgés de plus de 15 ans ont trouvé que l'armée française n'aurait pas dû s'impliquer dans la guerre de 1954 à 1962 qui a engendré des centaines de milliers de morts, des blessés à vie et des dégâts énormes dans les deux camps. En revanche, 19% de Français croient toujours que leur gouvernement a eu raison «parce qu'il aurait fallu que l'Algérie reste dans la République française».
Toujours pour célébrer le 19 Mars, le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, a dévoilé la première plaque du Mémorial que la capitale va dédier aux soldats parisiens morts ou disparus en Afrique du Nord de 1952 à 1962, dans le cimetière du Père Lachaise. La cérémonie s'est déroulée devant plusieurs centaines d'anciens combattants portant leurs oriflammes, appartenant principalement à la Fnaca, la plus importante association d'anciens combattants avec 370.000 adhérents.
Le Mémorial, qui devrait être achevé dans six mois, se présentera sous la forme d'une stèle symbolisant un livre du souvenir de 2,80 m de haut et portant l'inscription: «La ville de Paris à ses militaires morts et disparus pendant la Guerre d'Algérie et les combats de Tunisie et du Maroc, 1952-1962, n'oublions pas.» Le même jour, plusieurs centaines de Français rapatriés d'Algérie, d'anciens combattants et de harkis, supplétifs algériens de l'armée française, ont manifesté à Marseille contre le choix du 19 mars, comme date de la commémoration de la fin de la Guerre d'Algérie.
Présent au rassemblement, le président de la Fédération des harkis des Bouches-du-Rhône, Makhlouf Habbaz a déclaré que le 19 Mars 1962 est la date officielle du cessez-le-feu de la Guerre d'Algérie, avec la signature des Accords d'Evian. Mais, dira-t-il, «le 19 mars est une date douloureuse, qui n'a jamais marqué le cessez-le-feu», faisant allusion aux harkis qui avaient été tués en Algérie juste après 1962. Sur ce point, l'ancien ministre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) a déclaré cette semaine que «l'opinion française sera étonnée de savoir qu'un nombre considérable de harkis sont restés en Algérie où ils ont mené une vie normale», il a même révélé que «certains harkis se sont glissés dans les arcanes du pouvoir et occupent aujourd'hui des postes importants».
Par ailleurs, à Nice, sur la Côte d'Azur, une trentaine de personnes, dont plusieurs membres du Front national, mouvement d'extrême droite, a perturbé une cérémonie de commémoration. Les manifestants ont notamment crié «traîtres» au moment où le directeur de cabinet du préfet des Alpes Maritimes déposait une gerbe de fleurs au Monument aux morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.