Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    confinement partiel à Sétif: strict respect et arrêt total des déplacements au 1er jour    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La semoule coûtera 3600DA le quintal
L'ETAT SUBVENTIONNERA, À PARTIR DE JANVIER, LE BLE DUR
Publié dans L'Expression le 22 - 12 - 2007

Le prix de la semoule supérieure est fixé à 4000 dinars le quintal.
Le prix de la semoule sera moins cher dès le mois de janvier 2008. Le gouvernement a enfin décidé de subventionner ce produit à large consommation. Le ministre de la Communication, M.Abderrachid Boukerzaza, a annoncé mardi l'inscription du blé dur (semoule normale et supérieure), sur la liste des produits subventionnés par l'Etat. Cette décision a été prise lors du conseil de gouvernement. Le décret exécutif relatif à la structuration des prix de la semoule, adopté par le gouvernement, a fixé le prix de la semoule normale à 3600 dinars le quintal et celui de la semoule supérieure à 4000 dinars le quintal. L'Etat prendra en charge le remboursement de la différence entre le prix réel et le prix officiel.
Durant des mois, le prix de la semoule n'a cessé d'augmenter à cause de l'augmentation des cours du blé dur sur le marché international atteignant des pics de 600 à 700 dollars le quintal. Le sac de semoule de 25 kilogrammes est actuellement cédé chez nous à plus de 1250DA au point de devenir inabordable pour certains pères et mères de famille. Pourtant, le quintal de blé dur se vend à 2285DA, avait révélé dernièrement le ministre de l'Agriculture et du Développement rural lors d'une conférence de presse animée en marge de la 20e session de la Commission des statistiques agricoles pour l'Afrique (Casa). L'Algérie, considérée comme premier importateur de blé dur dans le monde, consomme quelque 24 millions de quintaux de semoule par an dont 70% nous viennent de l'étranger.
L'Etat avait consacré une enveloppe de 50 milliards de DA pour la subvention de ce produit, outre les 39 milliards de DA de subvention décidée dans le cadre de la loi de finances 2008. La facture globale prise en charge par le Trésor s'élève donc à 90 milliards de DA. Le ministre a tenu à préciser que la nouvelle réglementation de ce produit stratégique n'est pas en contradiction avec le décret de 2003 relatif à la concurrence. Il a expliqué que «l'Etat peut intervenir à travers des mesures exceptionnelles pour la réglementation des prix des produits à large consommation». La liste des produits de consommation subventionnés actuellement par l'Etat sont le blé tendre destiné à la fabrication du pain, la poudre de lait destinée à la production du lait pasteurisé en sachet, les tarifs de l'électricité, du gaz et de l'eau et les loyers des logements sociaux. Par ailleurs, il a été décidé, à l'issue du conseil de gouvernement, la poursuite du débat sur le plan d'orientation de développement agricole, présenté par le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, M.Saïd Barkat, au prochain conseil de gouvernement.
La réalisation des actions et des mesures contenues dans le plan sectoriel, élaboré dans le cadre du plan national de l'aménagement du territoire à l'horizon 2025, nécessite une enveloppe de 1914,6 milliards de dinars, pour la période 2008-2025, soit environ 106,3 milliards de dinars par an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.