Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «oui» de Tahar Hadjar
PRIVATISATION DE L'UNIVERSITE
Publié dans L'Expression le 07 - 01 - 2008

Si cette idée se concrétise, l'université publique sera soumise à un cahier des charges identique à celui de l'université privée.
Longtemps confondue avec l'ouverture au secteur privé, la privatisation de l'université algérienne occupe toujours le devant de l'actualité. C'est autour de ce sujet-phare que s'est exprimé, hier, Tahar Hadjar, recteur de l'université d'Alger, lors de son passage sur les ondes de la chaîne El Bahdja de la Radio nationale.
Défendant bec et ongles le bon déroulement des études à l'université publique, le recteur de l'université d'Alger a, néanmoins, soutenu l'idée de la privatisation de l'université.
«Je ne suis pas contre la privatisation de l'université», a affirmé le premier responsable de l'université algéroise.
Pour M.Hadjar, la privatisation des oeuvres sociales, à titre d'exemple, ne pourra être que bénéfique. «Une fois privatisées, ces oeuvres seront plus fluides», a-t-il expliqué. Dur comme fer, il croit à cette privatisation pourtant décriée et rejetée en bloc par les députés ayant affiché leurs «craintes quant à l'avenir de l'université.»
Attentif, M.Hadjar a précisé, cependant, que cette privatisation sera peu suivie par la communauté universitaire.
Etayant ses dires, il n'a pas manqué de prévenir qu'un contrôle strict et minutieux se fera tous les quatre ans.
Et si cette privatisation venait à se concrétiser, l'université sera soumise à un cahier des charges identique à celui de l'université publique.
En termes de chiffres, l'invité de la Radio a tenu à préciser que l'université d'Alger, à elle seule, compte 115.452 étudiants encadrés par 5600 enseignants.
«Le taux d'encadrement, un enseignant pour 23 étudiants, est acceptable dans l'absolu», explique M.Hadjar. L'université forme annuellement 7000 étudiants en Master et quelque 4000 autres en DES. Certaines filières ont connu un engouement de la part des étudiants. Les salles sont archicombles. Reconnaissant cette «défaillance», l'invité du forum a laissé entendre qu'«actuellement, nous subissons les conséquences de ce rush sur l'université d'Alge.». Autre bémol concernant la situation des bibliothèques.
Face à cette surcharge et au vol de certains livres précieux, constaté récemment, M.Hadjar a estimé que le livre électronique «est l'unique solution», pour mettre fin à cette situation préoccupante. Interrogé sur le système LMD à l'origine des protestations et des grèves observées au niveau national, il précise ne pas être de cet avis.
«On ne peut parler d'un éventuel échec de ce système d'enseignement qu'après plusieurs années d'application», a-t-il soutenu. Ce système, poursuit-il, est axé sur une philosophie éducative solide. Nos universités sont-elles dotées des meilleurs moyens assurant la réussite du LMD?
A cette question, M.Hadjar a précisé que l'Etat a attribué des enveloppes financières considérables à toutes les universités ayant appliqué ce système anglo-saxon.
Les collectivités locales, l'enseignement supérieur ainsi que les secteurs public et privé sont appelés à conjuguer leurs efforts dans ce sens.
A cet effet, l'université de Béjaïa a été citée comme un exemple à suivre. Qu'en est-il de ces nouveaux diplômes (version LMD) non reconnus dans les universités d'outre-mer?
M.Hadjar a opposé un niet catégorique. Concis, il n'a pas été par trent-six chemins pour dire: «Ces diplômes sont mondialement reconnus.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.