Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le wali veut un train
BORDJ BOU ARRERIDJ
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2008

Le chef de l'exécutif est convaincu de la faisabilité de la chose et surtout des arguments qu'il présentera au gouvernement pour défendre son projet.
Les habitants de la région des Biban rêvent de prendre un jour le train qui sillonnera la vallée de la Soummam en passant par les hautes montagnes de la daïra d'El Djaâfra, limitrophe de la wilaya de Béjaïa.
Cet espoir de voir, un jour, le train siffler dans le nord de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, a été exprimé par le chef de l'exécutif, Abderahmane Kaddid, lors du dernier conseil exécutif où il s'est clairement positionné pour ce projet ambitieux. «Il y a 10 ans, on rêvait d'une autoroute. Aujourd'hui le rêve se réalise avec l'autoroute Est-Ouest. Un autre rêve, l'autoroute des Hauts-Plateaux, est en voie de lancement. Alors, pourquoi pas une voie ferrée entre Bordj Bou Arréridj et Béjaïa. Nous allons proposer le projet. Ce sera un autre défi. Je suis sûr, qu'un jour, les citoyens verront un train passer par les vallées et les montagnes d'El-Djaâfra, il ne faut pas perdre espoir» a soutenu le wali de Bordj Bou Arréridj. Bien plus, le chef de l'exécutif est convaincu de la faisabilité de la chose et surtout des arguments qu'il présentera au gouvernement. La wilaya de Bordj Bou Arréridj a pris son envol économique et industriel.Elle est en passe de devenir le pôle national de l'industrie. Elle est dotée de plusieurs zones industrielles en activité.
Une nouvelle zone vient de voir le jour. Elle abritera, au moins, 300 entreprises. En 2012, plus de 700 entreprises seront opérationnelles, au vu des demandes des investisseurs. La wilaya est un carrefour obligé pour plusieurs autres wilayas. Bémol. Il manque à tout ce potentiel économique d'ordre industriel et agro-industriel un accès direct au port de Béjaïa. Et le rail sera le sésame à même de faire accéder la wilaya aux portes du développement. En outre, le rail offrira d'énormes perspectives à toute la région nord des Biban. Il faut noter que Bordj Bou Arréridj a des liaisons ferroviaires directes avec toutes les wilayas excepté celle de Béjaïa, la porte vers la mer donc des exportations. La dernière voie ferrée réalisée est celle entre Bordj et M'sila qui sera bientôt fonctionnelle, bien qu'elle accuse un retard de plus d'un an pour un problème de signalisation, dit-on. Mais les autorités des Biban veulent proposer ce projet et «nous allons argumenter notre demande par les efforts réalisés ces quatre dernières années dans tous les domaines. C'est une idée, un projet de développement et nous comptons le défendre tout en comptant bien sur l'aide des hauts responsables de l'Etat et bien sûr le Président de la République. De toute façon, nous savons que cela demande d'énormes moyens financiers mais qui n'espère rien, n'a rien».Pour ce projet ambitieux, le wali de Bordj Bou Arréridj a chargé tous les responsables de l'exécutif de préparer un dossier complet concernant «ce rêve».Un train entre Bordj Bou Arréridj et Béjaïa? Pourquoi pas? En attendant que le sifflement du train fuse sur les hauteurs des vallées, les vaches continuent de paître tranquillement en rêvant à l'autre face cachée de la lune, comme dirait Boris Vian.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.