Accompagnement des élections présidentielles    Tliba bientôt privé de son immunité    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Efforts internationaux contre une nouvelle crise humanitaire    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les campus toujours au rendez-vous    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le wali veut un train
BORDJ BOU ARRERIDJ
Publié dans L'Expression le 28 - 07 - 2008

Le chef de l'exécutif est convaincu de la faisabilité de la chose et surtout des arguments qu'il présentera au gouvernement pour défendre son projet.
Les habitants de la région des Biban rêvent de prendre un jour le train qui sillonnera la vallée de la Soummam en passant par les hautes montagnes de la daïra d'El Djaâfra, limitrophe de la wilaya de Béjaïa.
Cet espoir de voir, un jour, le train siffler dans le nord de la wilaya de Bordj Bou Arréridj, a été exprimé par le chef de l'exécutif, Abderahmane Kaddid, lors du dernier conseil exécutif où il s'est clairement positionné pour ce projet ambitieux. «Il y a 10 ans, on rêvait d'une autoroute. Aujourd'hui le rêve se réalise avec l'autoroute Est-Ouest. Un autre rêve, l'autoroute des Hauts-Plateaux, est en voie de lancement. Alors, pourquoi pas une voie ferrée entre Bordj Bou Arréridj et Béjaïa. Nous allons proposer le projet. Ce sera un autre défi. Je suis sûr, qu'un jour, les citoyens verront un train passer par les vallées et les montagnes d'El-Djaâfra, il ne faut pas perdre espoir» a soutenu le wali de Bordj Bou Arréridj. Bien plus, le chef de l'exécutif est convaincu de la faisabilité de la chose et surtout des arguments qu'il présentera au gouvernement. La wilaya de Bordj Bou Arréridj a pris son envol économique et industriel.Elle est en passe de devenir le pôle national de l'industrie. Elle est dotée de plusieurs zones industrielles en activité.
Une nouvelle zone vient de voir le jour. Elle abritera, au moins, 300 entreprises. En 2012, plus de 700 entreprises seront opérationnelles, au vu des demandes des investisseurs. La wilaya est un carrefour obligé pour plusieurs autres wilayas. Bémol. Il manque à tout ce potentiel économique d'ordre industriel et agro-industriel un accès direct au port de Béjaïa. Et le rail sera le sésame à même de faire accéder la wilaya aux portes du développement. En outre, le rail offrira d'énormes perspectives à toute la région nord des Biban. Il faut noter que Bordj Bou Arréridj a des liaisons ferroviaires directes avec toutes les wilayas excepté celle de Béjaïa, la porte vers la mer donc des exportations. La dernière voie ferrée réalisée est celle entre Bordj et M'sila qui sera bientôt fonctionnelle, bien qu'elle accuse un retard de plus d'un an pour un problème de signalisation, dit-on. Mais les autorités des Biban veulent proposer ce projet et «nous allons argumenter notre demande par les efforts réalisés ces quatre dernières années dans tous les domaines. C'est une idée, un projet de développement et nous comptons le défendre tout en comptant bien sur l'aide des hauts responsables de l'Etat et bien sûr le Président de la République. De toute façon, nous savons que cela demande d'énormes moyens financiers mais qui n'espère rien, n'a rien».Pour ce projet ambitieux, le wali de Bordj Bou Arréridj a chargé tous les responsables de l'exécutif de préparer un dossier complet concernant «ce rêve».Un train entre Bordj Bou Arréridj et Béjaïa? Pourquoi pas? En attendant que le sifflement du train fuse sur les hauteurs des vallées, les vaches continuent de paître tranquillement en rêvant à l'autre face cachée de la lune, comme dirait Boris Vian.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.