Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'enfant terrible de Tmerwanth nous a quittés
IL ETAIT LE CREATEUR DU CALENDRIER AMAZIGH
Publié dans L'Expression le 11 - 12 - 2008

Ammar Achaoui représente et représentera toujours les meilleures valeurs et aspirations d'un amazigh jaloux de sa culture et de son identité.
Mas Ammar Negadi, plus connu sous le nom de Ammar Achaoui nous a quittés à jamais le 2 du mois en cours. Ses obsèques auront lieu aujourd'hui, 11 décembre à Tmerwanth (Merouana) ou par son nom Massyle Lamasba comme il aurait aimé lui même la désigner. Le défunt a vécu avec courage, jusqu'au bout. Il a fait face à la maladie avec une énergie et une dignité qui resteront pour tous un exemple hors du commun. Sa disparition a provoqué en nous une profonde émotion.
Ce militant, originaire de Bélezma (Merouana), était militant de la première heure de la cause amazighe, il fut l'un des rares membres chaouis de l'Académie berbère créée en France en 1965. Il est peut-être le premier militant de la cause amazighe originaire des Aurès. Il a été très actif au sein d'Agraw Imazighène (Académie berbère) durant les années 70 avant de fonder l'Union du peuple amazigh. On lui doit, notamment la création du calendrier amazigh. Homme de conviction, Ammar était connu pour sa droiture et son intransigeance, avec son intelligence, son articulation, son éloquence et sa décence.
Ammar, représente et représentera toujours les meilleures valeurs et aspirations d'un amazigh jaloux de sa culture et de son identité. Sa grande disponibilité et sa faculté d'écoute était reconnues de tous, c'est la noblesse d'un militant convaincu qui s'exprimait au service d'un engagement collectif avec un profond sens de l'intérêt général. Ecouter, servir, aider, accompagner: ses qualités humaines nous manqueront désormais. Elles manqueront à ses concitoyens, elles manqueront plus particulièrement à tous ceux qui sont les plus fragiles dans notre société. Car la disparition n'efface jamais le parcours d'un homme, qui croyait à ses valeurs, à ses convictions.
Très attaché à ses origines, il a été de tous les combats pour la reconnaissance d'une authenticité perdue. En sa qualité de mordu de cette cause, il n'a cessé de dénoncer les dérives sans céder ni aux pressions ni même aux menaces dont il a souvent fait l'objet et à l'occasion desquelles nous lui avons témoigné notre solidarité. Ils seront sûrement tous là, amis et proches, mais aussi ses anciens amis de lutte, lesquels seront présents aujourd'hui, pour lui rendre un ultime au revoir avant son retour vers l'Eternel. Ils s'inclineront devant la mémoire d'un militant courageux et intègre, lequel a entrepris de nombreuses actions pour la revendication de sa culture et de son identité.
Les Amazighs en général et les Aurès, en particulier, doivent donc beaucoup à ce pionnier, qui a beaucoup oeuvré dans la prise de conscience berbère durant des années.
A présent, les souvenirs se bousculent. Ils resteront longtemps présents en ses concitoyens qui l'ont connu. Mas Ammar Negadi, aimait parler et aimait dire. Il n'aimait pas cacher ses sentiments. Cela le rendait peut-être un peu moins médiateur aux yeux de certains. Mais en réalité, sa sincérité et sa simplicité le rendaient, au contraire, très enthousiaste. Mas Ammar s'est battu jusqu'au bout, tout le monde lui reconnaîtra ses paroles d'amitié, ses paroles de confiance, des paroles exprimées dans la douleur et avec l'énergie de la fin du parcours. Du parcours d'un battant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.