L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un marché très volatile
LEGER REBOND POUR LE PRIX DU PETROLE
Publié dans L'Expression le 15 - 01 - 2009

Renversement de tendance, le prix de l'or noir a repris hier un peu de hauteur.
Décidément, le cours du pétrole ne cesse de jouer du yo-yo. Alors que lundi, les cours du pétrole tablaient sur une baisse, ils enregistraient hier une légère hausse. Le baril de Light sweet crude est estimé à 39,05 dollars, une hausse de 1,27 dollar. Pour le baril de Brent de la mer du Nord, il est évalué à 45,09 dollars, une augmentation de 2,64.
Ce renversement de tendance est attribué à la réduction par l'Arabie Saoudite de sa part de quota. Selon les propos du ministre saoudien du Pétrole Ali Al-Naïmi, son pays avait retiré 1,7 million de barils par jour du marché. Le baril du pétrole reprend ainsi de la hauteur.
Il n'en demeure pas moins qu'il est difficile de s'y retrouver, dans un marché considéré comme volatile. Selon les analystes, investisseurs et courtiers, les prévisions économiques, durant l'exercice 2009, s'annoncent sous de mauvais auspices.
La faiblesse de l'activité économique mondiale et le niveau élevé des stocks dans le principal terminal américain, contribuent à tirer vers le bas les prix du pétrole. «La dégradation de l'économie mondiale a affaibli la demande en pétrole. Le deuxième accord sur une baisse substantielle de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a échoué, jusqu'à présent, à soutenir les prix», selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), dans son rapport mensuel.
Dans cette conjoncture mondiale, dont les stigmates sont apparents accentuant l'incertitude sur un lendemain meilleur, et les dirigeants multipliant leurs efforts pour stabiliser la situation. Des sommes colossales sont ainsi dégagées, pour renflouer les caisses, dans un objectif de booster l'activité économique.
Cependant, la réalité est tout autre, plusieurs entreprises, sont contraintes ces dernières semaines de déposer le bilan. Avec pour conséquence, une baisse de la chaîne de production et la suppression de milliers d'emplois.
Effectivement, les craintes sur la demande pétrolière, avaient déjà été attisées, vendredi, par l'annonce de la suppression nette de 524.000 emplois aux Etats-Unis. Avec un taux de 7,2%, de chômage, son plus haut niveau depuis janvier 1993, les Etats-Unis donnent l'impression de s'enfoncer dans la récession. Un état de fait qui engendre, inéluctablement, une forte baisse de la demande de pétrole.
En outre, la chute de la consommation par rapport à une offre qui reste élevée, provoque un dérèglement permanent sur le marché. Face à un marche peu stable, l'Organisation des pays producteurs du pétrole n'exclut pas de procéder à une nouvelle réduction de la production.
Le ministre algérien de l'Energie et des Mines, Chakib Khelil, avait annoncé lors de la réunion d'Oran que, «s'il le faut nous sommes prêts à opérer à l'avenir d'autre réductions drastiques».
Des mesures supplémentaires pourront, ainsi, être prises afin de soutenir les cours du pétrole. Néanmoins, selon le secrétaire général de l'Opep, Abdallah el-Badri, il est «trop tôt» pour évaluer l'impact de la dernière baisse de production décidée en décembre par l'Opep.
Il faudrait donc encore attendre, et surveiller le marché. Si ce dernier continue à subir des baisses, il est probable, selon Abdallah el Badri, que l'organisation de l'Opep prenne à cet effet des mesures supplémentaires afin d'enrayer la chute du prix du baril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.