Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui mobilisera les islamistes après Ghaza?
ILS SONT TOUJOURS À L'AFFÛT
Publié dans L'Expression le 20 - 01 - 2009

L'Algérie de 2009 est-elle à l'abri du retour d'un islamisme extrémiste l'ayant déjà mise à feu et à sang durant la tragédie nationale?
Cette question mérite d'être posée avec acuité. La dernière manifestation qui a réuni plusieurs centaines de marcheurs à Alger, a réveillé en sursaut certaines consciences de citoyens qui croyaient que la mouvance islamiste était «vermoulue» et enterrée.
Ce que les politologues appellent en termes explicites, «la récupération islamiste» a été constaté durant cette marche où différentes générations se sont «côtoyées» afin de se solidariser avec la population ghazaouie, cruellement agressée par l'armée israélienne. Devant les mosquées, les fidèles se massent. Les premiers cris d'hostilité sont lancés: «Allah Akbar» ou «Aliha nahya oua aliha namout», c'est avec les nostalgiques slogans du FIS dissous que cette marche s'est ébranlée. Une marche pendant laquelle Alger a fortement vibré...pour Ghaza. Les nouvelles générations, hypermobilisées, se disent prêtes à tout, afin que soit libérée cette bande martyrisée. Certes, ils portent dans leur coeur la Palestine.
Ils veulent se sacrifier pour éviter une autre boucherie du genre Sabra et Chatila que l'histoire retiendra pour l'éternité. Mais, la manière dont s'exprime ce soutien indéfectible peut s'avérer fatale. Des jeunes adolescents endoctrinés, soutenus par des ex-leaders islamistes réclament les armes. «Manach m'llah, djibouna es'lah» (nous ne sommes pas heureux, donnez-nous des armes), crient-ils à tue-tête. Et de réclamer un «Visa li Falastine» (un visa pour la Palestine). Eux qui ont annihilé les tentatives de la police de phagocyter la marche, appellent le gouvernement à leur trouver une solution...pour mourir «en martyrs», en Palestine. Ainsi, le regain de l'islamisme fait craindre le pire.
Ce que ces jeunes soutiennent aujourd'hui, dépasse les déclarations des sanguinaires qui ont semé, il n'y a pas très longtemps, la terreur au sein de la population algérienne. Les leaders de l'islamisme extrémiste des années 90, n'ont jamais osé avouer leur «disponibilité» à sacrifier leur vie ailleurs. Aussi, les manifestants issus, dans leur majorité, des quartiers populaires et populeux, ont brisé l'omerta imposée depuis 2001. Depuis la marche pacifique du 14 juin, réprimée dans le sang. Les marcheurs ont réussi là où les appels folkloriques du pouvoir et de ses soutiens politiques ont échoué à mobiliser les foules derrière ce même mot d'ordre: la «spontanéité.» En matière de mobilisation, et contrairement aux tentatives ratées des partis de l'Alliance présidentielle (FLN-RND-MSP) ainsi que celles du PT et de l'Ugta de faire mouvoir la «rue», cette marche a drainé les grandes foules d'antan.
En sus de ces facteurs qui font craindre un retour «fracassant» de la mouvance islamiste, le vide politique pèse lourdement. Le vide politique que traverse le pays depuis deux décennies dans lequel deux générations d'Algériens se sont socialisées et l'absence d'un personnel politique, syndical à fort ancrage social, expliquent le recours des marcheurs aux slogans de l'ex-FIS dissous. Cette précision de taille a été apportée par Nacer Djabi, éminent sociologue et chercheur au Centre de recherche en économie appliquée au développement (Cread) dans une déclaration faite à un confrère. Du côté du gouvernement, le représentant personnel du chef de l'Etat, Abdelaziz Belkhadem, a récemment invité l'ex-leader du parti d'El Islah, Abdallah Djaballah à une réunion. L'enjeu de cette rencontre, pour les observateurs avertis, consiste à présenter un candidat de taille à l'élection présidentielle d'avril prochain afin de crédibiliser cette échéance. Le choix de cheikh Djaballah est loin d'être fortuit. Au contraire, il s'agit d'une décision réfléchie dans ce sens «mobilisateur.» En effet, tribun confirmé, il a toujours su renverser les donnes en sa faveur et tout rafler sur son chemin, par la suite. La «logique» de l'islamisme extrémiste heurte de front celle d'un pouvoir anachronique. Soit, c'est la cohabitation, soit c'est l'explosion. Et plus sûrement, les deux à la fois. On est là, dans un «entre-deux» destructeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.