Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Béjaia : Les chrétiens d'Algérie dénoncent la fermeture des lieux de culte    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    L'Anie habilite un large éventail de fonctionnaires    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    Sonelgaz adresse 50 403 mises en demeure à ses clients    Les préalables de Belkhadem    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Hasnaoui: une voix et une vie mythiques
UN COLLOQUE LUI SERA CONSACRE EN MAI
Publié dans L'Expression le 15 - 02 - 2009

On peut le qualifier de précurseur de la poésie d'amour chantée.
L'organisation d'un colloque sur la vie et l'oeuvre de cheikh El Hasnaoui ne sera qu'un hommage au maître, point une occasion pour faire redécouvrir son oeuvre. El Hasnaoui, en dépit de son retrait total de la scène artistique depuis la fin des années soixante, reste l'un des chanteurs les plus écoutés. Quel est le secret d'un succès dont seul l'enfant prodige du village de Taâzibt, près d'Ihesnawen (Tizi Ouzou) détient les clés? Tout simplement son oeuvre artistique. Pourtant, El Hasnaoui n'a guère investi dans la quantité. Comparativement à d'autres artistes de sa trempe, il a peu produit. Peu mais bien. En effet, le mélomane éprouve le même plaisir chaque fois qu'il écoute ses quarante- quatre chansons composées en kabyle et en arabe algérien. Deux points caractérisent El Hasnaoui. Le premier a trait à ses poèmes chantés. Le second est inhérent à sa vie. Concernant ses textes, El Hasnaoui peut être qualifié de précurseur de la poésie d'amour chantée. Il a, en effet, cassé des tabous à une époque où il n'était pas du tout évident de le faire. El Hasnaoui a non seulement osé «s'en prendre» à l'amour mais d'une manière crue.
Il a eu le courage de dire les choses telles qu'elles sont sans les farder afin de rester fidèle à une pudeur de façade à laquelle tenait la société de l'époque. Une pudeur factice qui avait pour but de sauvegarder une certaine apparence chaste. Cet artiste hors pair, a par exemple, cité même le prénom de l'aimée «Fadhma». Chose que même certains artistes d'aujourd'hui ne font pas. Toujours dans le volet sentimental, El Hasnaoui est allé jusqu'à vilipender des relations de mariage hors normes comme dans «Ruh a butabani» où un vieillard a l'outrecuidance de convoiter une jeune fille: «Ruh a vutabani/vaadas i tahdayt tugik/ruh a butabani/ vu frizi a gma yifik». El Hasnaoui a aussi abordé des thèmes inhérents au refus des pères de donner la main de leur fille lorsque le prétendant était de condition sociale modeste, notamment «Ma tevghid, nek bghigh». Dans la chanson en arabe, «Zahia», El Hasnaoui s'adonne à une description physique de l'élue de son coeur.
Certains passages des textes de cheikh El Hasnaoui ont même été qualifiés d'immoraux et les animateurs de la radio étaient obligés de les censurer. Mais le fait que l'amour soit un thème éternel, il se trouve aujourd'hui que nous entendons les chansons d'El Hasnaoui plus que celles d'autres artistes d'égale valeur qui ont accordé une place infime à ce thème. El Hasnaoui, c'est aussi et surtout le chanteur de l'exil. Il part en France en 1937 et ne revient plus. Ses chansons abordent le thème de l'éloignement de la terre natale avec une sincérité qu'on ne retrouve que rarement chez les autres artistes, à l'exception des maîtres bien entendu, comme Slimane Azem. La plus célèbre est incontestablement «Maison Blanche», car dans cette chanson, le poète décrit les circonstances du départ, un exode massif, qui fait que tous les hommes sont partis.
Et qu'il ne reste dans les villages que les femmes. En arabe, c'est «Ya noudjoum elil» qui est la plus connue. Cette chanson est une vraie merveille. El Hasnaoui chante la douleur de la solitude nocturne dans un pays où même le mot amitié est vidé de sa substance.
Beaucoup de mystère entoure la vie privée d'El Hasnaoui. Pourquoi son refus catégorique de revenir dans son village natal? Pourquoi cette rupture définitive avec tous les siens?
Il refusait de recevoir quiconque le sollicitait pour une simple visite de courtoisie. Un jour, raconte-t-on, un homme frappa à sa porte. Sa femme ouvrit.
Le visiteur demanda après El Hasnaoui. Sa femme, restée devant l'hôte, annonça de loin le nom du visiteur. El Hasnaoui répondit à haute voix, de telle sorte que l'homme entendit: «Dis-lui qu'il n'est pas là.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.