Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouira chante Bahia Farah
SA VILLE NATALE LUI REND HOMMAGE DU 10 AU 12 MARS 2009
Publié dans L'Expression le 03 - 03 - 2009

«Il s'agit en fait, d'un hommage qui se veut sincère, rendu à cette grande dame et à ses compétences, à son rôle surtout dans la société», a souligné M.Farid Daf.
En hommage à la phénoménale artiste Bahia Farah, un des piliers de la chanson et de la culture algériennes, le comité des activités culturelles et artistiques de la wilaya de Bouira, en collaboration avec MAS Production, organise sous le haut patronage de Mme la ministre de la Culture et sous l'égide du wali de Bouira, un colloque sur la vie et l'oeuvre de Bahia Farah à la Maison de la culture de Bouira et ce, du 10 au 12 mars 2009. Cette édition, coïncidant cette année avec la célébration de la Journée mondiale de la femme, sera ponctuée par un hommage exceptionnel qui sera rendu à cette grande dame qui aura marqué son nom en lettres d'or. De son vrai nom Bounouar Fatima, Bahia est née en 1917 à Bouira. Orpheline dès son jeune âge, et pour subvenir aux besoins de toute la famille, elle décide d'émigrer en Tunisie. La petite Farah fait son entrée dans le monde de l'art en tant que danseuse amateur. A force de travail et de persévérance, elle accède au rang de danseuse professionnelle, dans le style oriental. Ses représentations attirent un public nombreux. A ce titre, un grand chanteur tunisien, en l'occurrence Mohamed El Djamoussi, lui propose d'intégrer une troupe maghrébine. Puis, au fil du temps, elle fera connaissance avec d'autres artistes de talent, comme Mohamed El Kamel, Djamel Badri, Saïd Khondio et Arab Bouyezgaren. Elle accompagnera ces derniers avec les choeurs et leur donnera même parfois la réplique. Elle fait aussi la connaissance d'un autre artiste maghrébin vivant en Algérie, Houcine Slaoui, connu à cette époque pour sa célèbre chanson intitulée Djana El Marikane (Come on bye bye), une chanson datant de 1942, lors du débarquement américain. D'ailleurs, une grande sympathie s'est tissée entre les deux artistes, à tel point que, dans chacune des chansons, Slaoui ne manque pas de l'évoquer en la félicitant (Taichi ya Lalla Bahia). Ce dernier lui a composé au moins une vingtaine d'airs. Malheureusement, cet artiste mourra empoisonné, ce qui met fin à une collaboration qui s'annonçait fructueuse. Avec le déclenchement de la guerre de Libération, la troupe s'est disloquée. Bahia continuait à animer des soirées dans les bistros pour la communauté maghrébine. Au bout d'un certain temps, elle a rejoint la troupe de Mahmoud Aziz aux côtés de Seloua ou Khedoudja. Il se trouve que Bahia étant la doyenne de cette troupe, le FLN lui a alors confié un poste de responsabilité. Un peu plu tard, elle effectue avec le grand chanteur de l'époque Slimane Azem, un enregistrement en duo, la chanson s'intitulait Attas ay sevragh. A l'Indépendance, et contrairement à de nombreux artistes algériens, Bahia ne rentre pas au pays et décide de rester en France. Elle continue à chanter et d'enregistrer jusqu'en 1965, année de son retour au bercail. Dès son installation, elle rejoint la Chaîne II de la Radio nationale grâce à Cheikh Noureddine qu'elle quitte, ensuite, pour rejoindre la chorale féminine avec les doyennes de l'époque, à savoir Lla Yamina, lla Zina, Farida El Djazairia et les autres. Bahia Farah animait, par ailleurs, souvent les après-midis, des fêtes familiales, de même qu'elle a enregistré dix disques avec Chérif Kheddam. Bahia Farah ne reste pas célibataire puisqu'elle se marie avec le célèbre miniaturiste et violoniste, Mohamed Temam dit Sid Ali. Bahia Farah a laissé deux enregistrements à la Télévision et quelque 23 chansons à la discothèque de la Chaîne II dont Assa tsamaghra, Thaouiyi el mouja, Our tsrou, A Saâdiou anidha throu hed, Dhi al ghova afnigh ainsi que d'autres titres en arabe dialectal. Bahia Farah nous a quittés le 1er avril 1984 à l'age de 67 ans. Elle a été enterrée au cimetière d'El Kettar laqdim. L'ambiance sera toujours aussi festive et promet, comme à l'accoutumée, bien d'agréables surprises et d'émotions que les présents partageront au cours de cette manifestation, ponctuée par un programme de qualité. Ce programme aura pour but de débattre et nourrir la réflexion autour de la problématique de l'interaction générée par la vie et l'oeuvre de Bahia Farah. «Il s'agit en fait d'une large célébration, d'un hommage qui se veut sincère, rendu à cette grande femme et à ses compétences, à son rôle surtout dans la société», a souligné M.Farid Daf. Et d'enchaîner qu' «elle a du coeur et de l'esprit, elle est de tous les combats et sur tous les fronts. Sur le terrain, elle oeuvrait continuellement pour instaurer, chaque jour un peu plus, une Algérie nouvelle et à la hauteur des ambitions». Tout le monde s'accorde à dire que Bahia Farah sera le centre d'intérêt des participants et des curieux qui prendront part à cet événement. «Par reconnaissance que nous exprimons à notre noble tâche, nous avons le sentiment de contribuer à notre niveau, au processus de son attachement à la pérennité de ce patrimoine culturel, en valorisant à notre manière, leur engagement riche et authentique», a t-il conclu.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.