Goudjil se réunit avec la délégation parlementaire devant participer aux travaux de la 145e Assemblée de l'UIP    Engrais: la priorité accordée aux échanges inter-arabes    Le Sommet arabe d'Alger sera "exceptionnel" et unificateur des rangs arabes    Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Rebiga prend part, mercredi à Tripoli, à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille d'Issine    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Un cas psychiatrique!    Défis africains de la COP 27    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Est-ce le déclic?    Deux Palestiniens tués par les sionistes près de Ramallah    Les challenges de 2023    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    Belatoui espère un véritable départ    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Trabendisme mental !    Grazie Meloni !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un précieux outil de travail
L'ART EN ALGERIE, REPERTOIRE BIBLIOGRAPHIQUE (1844-2008)
Publié dans L'Expression le 23 - 05 - 2009

Un ouvrage utile vient d'être récemment édité aux Editions Casbah destiné aux artistes et aux chercheurs notamment.
L'Art en Algérie, répertoire bibliographique 1844-2008 nouveau livre sorti aux Edition Casbah a fait l'objet jeudi dernier d'une séance de vente-dédicace à la librairie du Tiers-Monde par ses deux auteurs Mansour Abrous et Saâdia Sebbah. Premier outil bibliographique fouillé, dédié aux arts en Algérie, ce document recense 184 auteurs, 839 artistes, 4777 références d'articles de presse et 127 catalogues d'expositions. L'information est classée par ordre alphabétique (auteurs/artistes), thématique (liste des documents écrits sur un sujet) et choroïdienne. Un travail ardu mais nécessaire dans un pays qui souffre cruellement de l'absence de repères et d'archivages dans tous les domaines, a fortiori historique ou artistique, ce dernier étant souvent relayé au dernier plan. Deux personnes ont décidé ainsi de prendre le taureau par les cornes. Mansour Abrous, chargé de mission culture et communication à la mairie de Paris ayant déjà à son actif Les artistes algériens. Dictionnaire biographique (1917-1999) (Casbah Editions, Alger, 2002) et l'Annuaire des arts en Algérie (1962-2002), Alger 2004, a récidive en se remettant à la collecte de documents. Spécialise en science documentaires, Saâdia Sebbah ex-conservateur, chef de service au Palais de la culture et récemment conservateur en chef de la bibliothèque nouvellement créée de la wilaya de Tipaza, s'est chargée elle aussi de remettre de l'ordre dans tous ces documents. «Mon rôle consistait à veiller à tout ce qui est pratique, pour faciliter l'accès à cette information, à toute cette matière, que Monsieur Abrous a collecté, je lui ai facilité la tâche, en proposant d'agencer ce travail par des indexs, l'aspect technique, comment présenter ce répertoire...De par mon métier, mon souci, est de mettre cette matière intellectuelle et scientifique au profit du lecteur, il s'agit pour moi de faciliter l'accès à cette recherche ou faciliter aux chercheurs l'accès à cette information», nous a-t-elle confié. Pour plus d'informations sur ce précieux ouvrage, nous avons rencontré pour vous Monsieur Mansour Abrous...
L'Expression: Vous venez de sortir un nouveau livre portant sur l'art en Algérie, un répertoire bibliographique de 1844 à 2008, un travail ardu sans doute, comment cela s'est-il concrétisé?
Mansour Abrous: Oui, c'est un ouvrage bibliographique sur l'art en Algérie de 1844 à décembre 2008. 1844 car tout simplement c'est la date du premier document qui a été recensé, bien évidemment de l'époque coloniale où l'on écrivait sur ce qu'on appelait «Une industrie barbaresque». Cet ouvrage, je l'ai fait en collaboration avec une collègue, Saâdia Sebbah, qui est conservateur au Palais de la culture. C'est un document qui vient en prolongement du premier ouvrage qui était Le dictionnaire des artistes plasticiens qui, lui, se présente comme une base de données biographiques. C'est donc une base de données qui peut permettre aux opérateurs culturels, aux artistes et aux universitaires d'aller puiser de la documentation au plus près de leur intérêt.
Tous les artistes algériens sont répertoriés. Toute la presse algérienne est dépouillée depuis 1962 et bien évidemment il y a une collecte qui est faite à partir des ouvrages, des recherches universitaires, et des catalogues. Je profite de l'occasion pour remercier Casbah Editions qui m'a permis à la fois d'éditer le dictionnaire et d'éditer cet ouvrage, L'Art en Algérie.
Cela a dû être un travail de longue haleine et très difficile, non?
Il y a un triptyque dans ma vie qui est conviction, engagement et volontarisme. A chaque fois que j'entreprends une tâche, ma première lutte se dirige contre le découragement, j'arrive toujours aux objectifs et j'ai toujours en arrière-plan, le principe que ces documents sont d'utilité publique et qui sont très importants pour le concitoyen et cela arrive à vaincre bien des défaillances et les difficultés.
Effectivement, ce fut un immense travail, au-delà de l'immensité de la tâche, c'est le fait que les bibliographies en Algérie, malheureusement, ne sont pas regroupées. Il n'y a pas de tradition de collecte de l'information, alors, autant sur la presse indépendante post-1992 à aujourd'hui. grâce aux sites Internet, on peut aller piocher très facilement - je suis quotidiennement l'information ne serait-ce que sur votre quotidien L'Expression - mais si on remonte aux sources bibliographiques antérieures à 1992, et même à l'Indépendance, c'est un travail très harassant. Bien sûr il y a quelques instituions où l'on peut trouver de la documentation mais malheureusement elle n'est pas classée, rangée, c'est donc un travail de longue haleine. Comme tous les travaux de recherche.
Il s'agit en fait de se référer aux notes. Si on prenait l'exemple de vos articles, qui sont très nombreux et très intéressants, que vous avez consacrés aux artistes algériens, les gens peuvent sur L'Expression savoir qu'un papier sur untel a été écrit à telle époque, mais bien évidemment il faut qu'il aille sur le site du journal L'Expression pour qu'il puisse piocher, car ces articles-là appartiennent à la fois au journal, au journaliste qu'il a écrit bien évidemment, moi je fais simplement une sorte de liaison entre ce qui a été écrit et l'artiste dont on parle. Le reste du travail c'est simplement la référence qui est donnée. Je tiens à signaler l'apport de Madame Saâdia Sebbah qui a été technique et très organisé car la bibliophilie est une science. Moi j'ai apporté surtout ma connaissance du champ des arts plastiques et des artistes. Donc c'est un travail à double main qui a été fait. Saâdia Sebbah a été, sur le plan de l'organisation et de la rationalité, d'un apport précieux.
Une suite?
Pour être honnête, le prochain est une suite, mais une suite logique. J'ai envie d'écrire sur la première institution d'art de l'Afrique, en l'occurrence l'Ecole des beaux-arts qui est la plus vieille institution artistique et universitaire algérienne puisqu'elle date de 1881. J'ai envie de mener un travail d'écriture sur l'histoire de cette institution et son impact à la fois du point de vue du passé, du présent et peut-être des perspectives d'avenir de cette institution qui est centrale et qui est en tout cas primordiale dans le devenir artistique et culturel de l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.