«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui se souvient de Slimane Azem?
IL NOUS A QUITTES IL Y A 26 ANS
Publié dans L'Expression le 28 - 01 - 2009

Son succès, il l'avait bâti loin des feux de la rampe et des cercles officiels. Il avait choisi l'exil pour s'exprimer.
Il est définitivement parti le 28 janvier 1983. Avant cela, le départ pouvait avoir une fin car c'était celui de l'exil. Sa disparition a laissé un vide sur la scène artistique que nul ne pouvait combler parce que l'oeuvre de Slimane Azem avait un cachet très distingué. C'était un artiste totalement indépendant qui a pu conquérir le coeur de ses fans, sans bénéficier d'une quelconque médiatisation. Avant 1988, sa voix, tout comme celle de Matoub Lounès, était interdite d'antenne à la Radio nationale. Son nom a été ajouté au stylo à la liste des artistes «indésirables» à la Chaîne II par un autre chanteur kabyle de sa génération, qui avait du mal à accepter la vénération que vouait le public à Slimane Azem malgré la censure et les campagnes de dénigrement.
Le succès de Slimane Azem, qui s'est bâti loin des feux de la rampe et en dehors des cercles officiels qui préfabriquaient les artistes de service, est phénoménal. Jamais un chanteur de langue kabyle n'avait atteint une telle dimension avant lui. Il était un mythe vivant. Pourtant, à l'époque ce n'était pas une sinécure de pouvoir s'arracher une place au soleil sans l'appui des médias, particulièrement les radios. Slimane Azem a réussi cet exploit. Il ne vivait même pas en Algérie mais ses chansons étaient de véritables bouffées d'oxygène dans un pays où l'unanimisme et le conformisme étaient des constantes. Ce n'est donc pas un hasard si Slimane Azem est présenté aujourd'hui comme étant le maître de la chanson kabyle, auquel des hommages dignes de ce nom ont été rendus par plusieurs artistes de la génération lui ayant succédé. Dans son livre, Slimane Azem, le poète, le Dr Youcef Nacib écrit que Slimane Azem est l'un des plus grands poètes algériens du XXe siècle: «Le plus grand poète d'expression amazighe, du moins le plus connu et le plus ancien après Si M'hand.»
La chose qui a le plus marqué l'oeuvre et la vie de Slimane Azem est incontestablement l'exil. Le poète a beaucoup souffert d'être privé de sa patrie, de sa terre natale et des siens. Sa poésie est d'ailleurs bâtie autour de ce thème. Selon Youcef Nacib, l'exil est non seulement le cadre initial de sa chanson, mais le thème majeur de sa poésie. S'ajoute dans son cas singulier, à l'exil partagé avec des milliers d'ouvriers, la douleur de son propre destin. L'une des chansons les plus connues traitant de ce thème est incontestablement A Muh, a Muh. A ceux qui l'accusaient de ne pas aimer son pays, Slimane Azem a chanté «Mon pays bien aimé, que j'ai quitté contre mon gré, ce n'est pas moi qui ai opté, mais ma chance et mon destin, je suis en terre étrangère, et ton image me harcèle».
Tout comme les grands poètes de Kabylie, Si M'hand Ou M'hand, Lounès Matoub ou Youcef ou Kaci, Slimane Azem a également souffert du mal de la déshérence. Il est décédé sans laisser d'héritier. C'est une vie injuste qu'il a menée car il s'est retrouvé, à cause d'un contexte qu'il n'avait pas choisi, dans une situation inconfortable. Mais ce sont peut-être toutes ces malchances qui ont permis à sa poésie d'éclore.
La poésie de Slimane Azem est empreinte de nostalgie. Il a regretté avec chagrin, dans ses textes, le temps qui ne reviendra pas: «Oh! Si M'hand, si tu pouvais revenir, tu verrais ce piteux siècle, et tu aurais pitié des gens qui pleurent, tu nous chanterais le monde passé, la vie telle qu'elle est, et toute chose à venir, le legs que nos parents nous ont transmis, avec tant de soin et d'honneur, la nouvelle génération l'oublie.» Un texte prémonitoire. Car la nouvelle génération semble avoir oublié Slimane Azem et son oeuvre pourtant immense. Rien que dans son livre, Youcef Nacib a traduit plus de 150 poèmes. Aujourd'hui, n'écoutent encore ses chansons que l'ancienne génération. Peut-être que la Kabylie, et l'Algérie, lesquelles a chanté Slimane Azem, n'existent plus. Leurs valeurs ont également disparu. Et les poètes comme Slimane Azem sont justement faits pour rappeler à ceux qui veulent savoir ce qu'était le temps à l'époque de leurs parents.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.