La décision de rouvrir les mosquées relève du seul ressort du Gouvernement    Une feuille de route de sortie "progressive et flexible" du confinement élaborée par le gouvernement    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Processus d'autodétermination au Sahara occidental: les manœuvres de la France déjouées    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Hydroxychloroquine : The Lancet prend ses distances avec son étude controversée    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un regard d'ailleurs
SHOUF SHOUF, NOUVEL ALBUM DE MUSTAPHA
Publié dans L'Expression le 10 - 10 - 2009

«La patrie exige une prise de conscience de la part de ses enfants qui doivent assumer des choix, parfois sans issue, pour grandir face à la réalité», a souligné l'artiste.
Méconnu par le public, Mustapha est un artiste qui travaille dans l'ombre. Dans son milieu, il est connu pour sa culture musicale, chantant toujours avec la même conviction pour la mère patrie, laissant les fans bercés par ses inflexions. Mustapha, de son vrai nom Boussadia Mustapha, est originaire de Beni Ourtilene. Sa carrière artistique à proprement parler, a commencé à l'âge de six ans, accordéon à la main, à Alger, puisque sa famille s'y est installé depuis. Autodidacte, et en se frottant aux grands noms du milieu artistique, il a réussi à peaufiner ses différents talents grâce à ses capacités d'assimilation et à ses dons multiples en la matière.
En 1982, Mustapha s'installe à Paris, une opportunité pour progresser et s'épanouir en contact avec d'autres cultures, ce qui lui a valu la participation à de multiples concerts à l'échelle nationale et internationale, aux cotés des artistes de renom à l'instar d'Idir, Djamel Allam, Madjid Soula et tant d'autres. Et pour sortir de l'anonymat, Mustapha nous réserve des surprises en perspective et une occasion, encore une fois, de renouer avec un patrimoine musical à la richesse et à la saveur irrésistibles. Il nous revient cette fois-ci avec un bouquet de titres, de beaux textes de notre intarissable patrimoine culturel.
Aussi, avec un mode musical lié à une sorte de nostalgie et de tristesse, associé à un ensemble d'expressions plus complexes qui varient considérablement selon la couleur, l'ambiance ou l'état d'esprit, mais qui termine bien sûr, avec une certaine énergie, de la joie et de l'allégresse. Dans ce nouveau-né intitulé Shouf Shouf, il donne à lire une critique dense et ramassée de cette notion et de son usage. Le texte est complété par des illustrations propres à séduire un public plus large, abordant déjà partiellement le sujet, mais dans une présentation plus réconciliatrice et réunificatrice. Sa réflexion, principalement centrée sur une Algérie en tant que patrie, s'est progressivement étendue, par une capillarité des comparaisons à d'autres périodes, en d'autres lieux. L'artiste a eu bien du mal à nous les justifier.
Après coup, il nous explique que l'idée de départ était de réaliser ce single et que celui-ci avait quelque peu gonflé en cours d'élaboration. Il n'en demeure pas moins que le produit est de qualité. Dans chacune de ses chansons, il y a beaucoup de travail et d'implications. Selon lui, il a énormément donné pour la réalisation de son nouveau- né, puisqu'au début de sa carrière il vérifiait chaque détail un par un. A présent, du fait de son âge et de l'expérience qui commence à le gagner, Mustapha délègue une partie de son temps, afin de se concentrer sur la création. L'album de Mustapha se veut détaché de toute tentative de définition, pour ne pas être limité à quelques lignes réductrices. Pourtant, son oeuvre est guidée par quelques idéaux personnels, souvent éprouvés par l'auteur. On retrouve des titres, aux mêmes buts et souvent soumis aux mêmes contraintes. Pareillement, la nature a eu une place de choix dans les oeuvres de l'artiste, en quête d'identité ou confrontées très tôt à la vie dans toute sa complexité. Il fait passer ses messages d'une manière plus naïve, et en même temps subtile. Cela permet aux auditeurs et à ses fans de réfléchir inconsciemment aux idées présentes dans chacun des thèmes proposés. En effet, la chanson a toujours su faire passer la critique ou la satire, et Mustapha ne fait que reprendre le vieil argument de la narration décalée pour toucher, déstabiliser et amener des questions dans les esprits curieux, les jeunes comme les moins jeunes. De plus, l'obéissance de l'esprit d'un citoyen amène un développement beaucoup plus conséquent, et une évolution dans ses attitudes et de la société en général. «La patrie exige une prise de conscience de la part de ses enfants qui doivent assumer des choix, parfois sans issue, pour grandir face à la réalité», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.