CNDH: accompagner les efforts de l'Etat pour éradiquer la discrimination contre la femme    Sonelgaz: un indicateur de veille pour recenser les cas de discrimination hommes/femmes au travail    Boukadoum prend part à la 2e réunion du groupe de soutien au Mali    Crue de l'Oued Meknassa: le corps sans vie d'une huitième victime, retrouvé    Lutte contre la Covid-19 : Une plateforme pour assurer la «vaccinovigilance» à l'EHU d'Oran    Cyberciminalité: l'Algérie candidate à la présidence du Comité internationale    Sahara Occidental: Berlin exhorté à ne pas céder aux pressions de Rabat    Les think tanks et l'universitaire dans la sphère de l'économie de la connaissance    Un texte d'un «autre temps»    Les modifications et les instructions de Tebboune    Vote de confiance sur fond d'optimisme modéré    Sultana Khaya victime d'une tentative d'élimination physique    L'historien Maati Monjib, en grève de la faim    "Nous reprenons confiance"    La FIFA officialise l'accord de Rabat    La commission interministérielle tranchera le cas de la FAF    La sélection algérienne à la 2e place    Les Algériennes Ouallal et Asselah précocement éliminées    Froger poussé vers la sortie ?    "L'économie ne peut se suffire d'ordres administratifs"    Tendances instables    7 personnes brûlées dans un incendie de véhicule    Au cinquième jour de fermeture de la RN 24, l'arbitrage de l'administration persiste    Des citoyens en attente d'un logement depuis 40 ans !    Petits beignets    "Pour endiguer le féminicide, il faut en finir avec le patriarcat"    Les attributaires du périmètre «Maâder» se plaignent du manque d'électricité    La statue de Mohand Oulhadj inaugurée    Le Festival national du théâtre professionnel revient    La nation du quart de page    Les passionnés au rendez-vous de la première séance à New York depuis un an    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Environnement hostile    Les partis politiques s'y préparent    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Le président Tebboune présente ses condoléances    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Benlamri buteur et Slimani passeur    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    L'Iran appelle les Européens à éviter «toute menace ou pression» sur le nucléaire    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    Le double combat de la femme algérienne    Ces audacieuses qui façonnent la République    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ça tiraille au fln
LA GUERRE DE COULISSES FAIT RAGE À QUELQUES JOURS DU 9E CONGRÈS
Publié dans L'Expression le 02 - 03 - 2010

Belkhadem qui, bien évidemment, tente de se faire réélire à la tête du parti, multiplie ses actions médiatiques et tente de s'imposer comme un acteur politique incontournable.
Le congrès du FLN aura-t-il bien lieu le 19 mars? Au niveau des militants et de la base, la question persiste à quelques jours de la tenue de cet événement décisif pour le parti. Si au sommet, les responsables jouent l'assurance en affirmant qu'il n'existe aucune raison pour revoir cette date, de plus en plus de voix s'élèvent pour souhaiter l'ajournement du congrès à une date ultérieure afin «d'examiner tous les dossiers litigieux». Nous sommes loin bien évidemment de l'ambiance qui a prévalu à la veille du congrès «réunificateur», mais le malaise est là. Il témoigne surtout que le Front de libération nationale demeure un parti unique. Unique puisque les retombées de ses conflits internes dépassent souvent le territoire du parti. L'étiquette de pro-Benflis leur colle à la peau, même si l'ex-secrétaire général du parti n'est plus sous les feux de la rampe depuis son éviction à la tête du parti, les adversaires politiques de Belkhadem ne baissent pas les bras. En janvier, ils ont même menacé de tenir un congrès parallèle. Ces derniers qui se sont constitués en instance appelée «commission centrale de suivi», contestent la procédure d'élection des congressistes. Les accusations pleuvent. Falsification de procès-verbaux des assemblées générales de préparation du 9e congrès, marginalisation des militants au profit de la mafia de l'argent. Tout y passe et la liste des griefs est encore longue. La cellule composée de dissidents, remet au-devant de l'actualité les problèmes qui rongent le parti. Cette cellule qui est fortement présente dans plusieurs wilayas, comme Blida, Alger, Médéa, Chlef, Tipasa, Djelfa, Bouira, Tizi Ouzou et Aïn Defla, estime que «rien ne va plus au FLN». Des appels sont lancés à Abdelaziz Belkhadem en vue de corriger le processus.
L'aile anti-Belkhadem compte peser de tout son poids afin d'amener la direction en place à revoir sa stratégie.
Les résultats des dernières sénatoriales, qui ont vu un recul du FLN, sont parmi les arguments invoqués par la commission. «Nous avons multiplié les échecs depuis le fameux congrès réunificateur, parce que les dirigeants ont placé leurs intérêts avant ceux du parti», souligne le document signé par Arbouche Ahmed.
Contacté par L'Expression, Abbas Mekhalif souligne qu «un bilan sera fait ce week-end sur l'opération d'élection des congressistes». Une démarche qui va déterminer les actions de «l'aile anti-Belkhadem». «Nous voulons que le congrès soit un terrain de conciliation. Une occasion pour faire le bilan et redresser la situation», précise notre interlocuteur. Pour cela, il faut que les congressistes émanent des urnes. Or, poursuit notre interlocuteur, «cela n'est pas toujours le cas».
Au niveau des différentes mouhafadhas, la situation est plus que compliquée. Bouira se trouve sans mouhafadh. Celui de Annaba qui est sénateur, Mohamed-Salah Zitouni, a fait l'objet, jeudi, d'un retrait de confiance. Cette décision a été prise par l'écrasante majorité, à savoir par 113 sur les 155 membres des 19 kasmas que compte le parti du FLN dans cette wilaya, réunis en assemblée générale.
Par ailleurs, les dissidents ou l'aile anti-Belkhadem, seront présents le jour du congrès. Certains de par leur présence dans les institutions élues, Assemblées locales, APN et Sénat, d'autres, à l'image de Abbas Mekhalif, ont réussi le pari de se faire élire par les assemblées générales.
Ce n'est pas les quelques mesures prises par Belkhadem ces derniers mois, qui vont changer la situation. Il faut savoir que le FLN tente de faire peau neuve. Il compte renforcer ses rangs de jeunes compétences pour, dit-on, assurer la relève.
Les jeunes et les femmes seront présents en force lors du 9e congrès. Un quota de 450 places pour les femmes et les jeunes. Belkhadem a procédé aussi à l'exclusion d'une trentaine de militants «indisciplinés» après les sénatoriales.
Sur le plan politique, Belkhadem qui, bien évidemment, tente de se faire réélire à la tête du parti, multiplie ses actions médiatiques et tente de s'imposer comme un acteur politique incontournable. Sa dernière sortie remonte à la semaine passée.
Belkhadem s'est désengagé du principe de la solidarité gouvernementale pour accueillir les syndicats grévistes du secteur de la santé et les assurer de son soutien. Belkhadem, représentant officiel du Président, a rompu avec les réserves officielles, en annonçant son soutien à la proposition de loi criminalisant le colonialisme français, déposée sur le bureau de l'APN. Il atteste qu «'elle suivra son acheminement le plus normalement du monde».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.