Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'Etat doit se méfier des étrangers»
ALI DERDOURI À PROPOS DE LA CYBERSECURITE EN ALGERIE
Publié dans L'Expression le 05 - 05 - 2010

«Une arme cybernétique peut être plus efficace qu'un avion bombardier», a estimé le conférencier.
Comment sécuriser le réseau informatique en Algérie? Telle a été la problématique posée par les participants à la conférence sur la sécurité des systèmes informatiques, organisée hier au siège de l'APS à Alger. «La cybersécurité, enjeux réels et situation en Algérie», est le thème de l'exposé présenté par Ali Derdouri, directeur général de la Société de sécurité des réseaux informatiques (Ssri).
D'emblée, le conférencier a insisté sur la nécessité de l'implication dans ce cadre, de toutes les institutions de l'Etat, car «il s'agit de la sécurité de la nation», explique-t-il, avant de préconiser que «l'Algérie doit développer ses propres systèmes de sécurité, susceptibles de faire face aux différentes attaques cybernétiques».
Le conférencier s'est longuement attardé sur l'impact de la cybercriminalité, notamment les principaux secteurs visés via des attaques cybernétiques, tels que les finances, l'économie et les réseaux gouvernementaux, ce qui mettra l'Etat et ses sociétés ou institutions, objet de ces attaques, dans une situation conflictuelle avec ses différents clients, ou encore de désordre que pourra générer une attaque des réseaux informatiques de ces secteurs.
«L'Algérie continue à lancer des appels d'offres aux sociétés étrangères, afin de sécuriser ses réseaux informatiques, cela est complètement anormal», a-t-il lancé, avant d'ajouter que «nous devons nous méfier des étrangers». L'Assemblée nationale populaire a adopté, rappelons-le en septembre 2009, une loi sur la cybercriminalité, visant à prévenir, notamment les infractions informatiques contre la sécurité de l'Etat, avec une plus grande surveillance des courriers électroniques. A ce sujet, Derdouri a déclaré que «la loi algérienne de 2009 est incomplète et elle a besoin d'améliorations».
Le nombre de pays utilisant la cybersécurité ne cesse d'augmenter ces dernières années, c'est dire l'importance que revêt ce système. A ce propos, le conférencier a fait une petite comparaison entre le coût d'un avion bombardier qui dépasse les 2 milliards de dollars et une arme cybernétique qui ne coûte que 1000 dollars.
«L'impact de l'arme cybernétique peut être plus désastreux qu'un bombardier», a-t-il estimé. Selon le même responsable, plus de 160 pays dans le monde utilisent actuellement la cybersécurité, alors qu'en 2006, il n'y en avait que 20. M.Derdouri a, en outre, annoncé qu'une dizaine d'ingénieurs seront formés en cybersécurité à partir de cet été, et ce, au niveau de la société qu'il dirige.
«Nous allons nous doter du matériel nécessaire afin de développer notre propre sécurité informatique. Nous espérons former une dizaine d'ingénieurs d'ici à la fin de l'anné 2010», a-t-il prévenu. Empruntant le langage des chiffres, M.Derdouri a fait savoir que les experts du domaine estiment le nombre d'attaques cybernétiques des USA de l'ordre de 20,600 millions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.