Réunion OPEP: il ne faut pas se contenter des résultats réalisés à ce jour    Covid-19: aucun cas enregistré dans les camps des réfugiés sahraouis et les territoires libérés    IN AMENAS : La 41ème brigade blindée de l'ANP exécute un exercice avec tirs réels    Le chef d'AQMI Droukdel tué par l'armée française    ONU : Mimouni à la tête du Comité des Conférences de l'AG    REPRISE DES ACTIVITES COMMERCIALES : L'ANCA salue la décision    MOSTAGANEM : Un rendement prévisionnel de 13 quintaux/ha de céréales    EVOLUTION DE LA SITUATION SANITAIRE : L'Algérie a atteint le pic le 29 avril dernier    Dzair TV met les clefs sous le paillasson    Le ministère sahraoui de la Culture dénonce le vandalisme du patrimoine matériel et immatériel dans les territoires occupés    115 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Transport urbain: adoption de mesures préventives en prévision de la reprise de l'activité    Affaire des enregistrements téléphoniques : La justice se met en branle    Retour à la compétition : Medouar préconise un dépistage massif des joueurs    Le monde vient de connaître son mois de mai le plus chaud jamais enregistré    Hamel condamné à 12 ans de prison ferme    BLIDA RESPIRE    Rassemblements citoyens à Tazmalt et Akbou    LE HIRAK, UN NOUVEL ETHOS ET DES VICTOIRES…    Les enfants d'El Hamri avaient annoncé la couleur : le rouge et blanc    Hussein Si Ahmed, un artiste céramiste : A la fortune du potier    Violente Amérique !    Présidents des clubs de l'Ouest: La réunion reportée à une date ultérieure    Sidi Bel Abbès: Assemblée de l'APW sous tension    Des températures «au-dessus de la normale» prévues cet été    OM Arzew: L'affaire des dettes devant la justice    Le crime de Minneapolis    Coronavirus Covid-19 : une maladie sans visage, un visage sans maladie !    Investissement: Du nouveau pour l'octroi de terres agricoles    LA NECESSAIRE LECTURE APPROFONDIE    Le ou la COVID ?    Le Consul général de France à Alger s'exprime    Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    Ghannouchi fragilisé    Les conseils de classe convoqués ce lundi    L'ONU crée une mission d'appui à la transition    1 300 civils tués et plus d'un demi-million de déplacés en 8 mois    La mineuse de la tomate fait des ravages    Les factures Sonelgaz salées à Jijel    Sit-in de souscripteurs devant le siège de l'AADL    "La fin du système Bouteflika" passée à la loupe    L'Algérie représentée par la poétesse Nina Lys Affane    Lancement de spectacles virtuels pour enfants    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un "dangereux" terroriste capturé à Aïn Témouchent    "Heureusement que nous avons gagné le procès de Malo"    L'épreuve    L'infrangible lien…    Affaire de détournement de foncier agricole :12 ans de prison ferme à l'encontre de Hamel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plan d'action contre le terrorisme
UNION AFRICAINE
Publié dans L'Expression le 15 - 09 - 2002

La réunion intergouvernementale des pays membres de l'Union africaine a pris fin, hier, à Alger.
Le propos optimiste et ravi de Abdelkader Messahel, ministre algérien des Affaires maghrébines et africaines, qui a affirmé que la réunion d'Alger a «atteint tous ses objectifs», résume, en fait, les visées algériennes de se propulser au premier rang, mieux : à la première loge de la lutte antiterroriste au niveau continental.
Le capital expérience cumulé par l'Algérie en deux décennies de lutte antiterroriste (1981-2002) a fait la différence et placé le pays non pas uniquement en pole position, mais aussi- et surtout - comme un axe central de cette lutte. Seule l'Egypte pourrait, avec sa longue tradition de bras de fer avec les tendances djihadistes locales et leurs ramifications, prétendre jouer un rôle de premier ordre au plan africain. Mais l'engagement ferme des autorités algériennes et le jeu politique mené depuis 1997 (concorde civile) ont fait la différence. Pour revenir à la réunion d'Alger, les «mesures concrètes» prises concernent, pour un premier temps, la police et le contrôle aux frontières ainsi que des volets judiciaires, financiers, sur les échanges d'informations et sur la coordination aux niveaux régional, continental et international. Ce plan, qui a déblayé le terrain à un sommet des chefs d'Etat africains, qui «sera organisé certainement avant la fin de l'année», préfigure la nouvelle tendance africaine, à savoir s'éloigner de l'étiquette (pour certains) d'Etats-voyous et d'Etats réfractaires aux normes et lois en vigueur au plan international. La coopération interafricaine sur le terrorisme s'appuie sur la Convention d'Alger sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, adoptée en juillet 1999, lors du 35e sommet de l'OUA, devenue UA (Union africaine) depuis juillet dernier.
Cette Convention va entrer en vigueur en octobre, après sa ratification par le Ghana, le Soudan, l'Afrique du Sud et les Comores, qui ont accepté le principe et annoncé leur adhésion à ladite Convention. Ce qui donne un total de 16 Etats qui ont souscrit à la convention sur les 53 qui l'avaient ratifiée, le quorum requis étant le quart, c'est-à-dire 15 Etats, pour que la convention entre en vigueur et soit immédiatement applicable. Des réserves avaient émané de certains Etats d'autres, opposés au protocole, ont soutenu que «seuls les Etats-parties» à la Convention d'Alger (17 à ce jour) «peuvent s'exprimer et examiner le projet de protocole». Sept pays (Tanzanie, Ouganda, Ethiopie, Burkina Faso, Niger, Mozambique et Burundi) ont indiqué que le processus de ratification avait ainsi atteint sa «phase ultime». Rappelons qu'à la clôture des travaux, le Chef du gouvernement, Ali Benflis, a demandé aux participants africains de «rechercher les causes et les facteurs qui alimentent ce phénomène abject, ainsi que le climat favorisant sa propagation», tranchant net, par cette «pointe épistémologique», avec le discours abrupt et par trop juridico-policier des interventions des participants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.