Tipasa : Le peuple insiste sur la fin total des symboles du système    CHLEF.. «Nous voulons un changement radical !»    Ramadhan.. Les abattoirs d'Alger mobilisés    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sport scolaire.. Cinq accords de coopération avec des fédérations sportives    World Cadet Challenge 2019 de Tennis de table.. Azzala et Belache dans l'équipe africaine    Bab El Oued(Alger).. Cinq marchés de proximité seront ouverts    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Village ath allaoua.. Hommage à trois martyrs    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Boumerdès.. De nouveaux projets pour relancer l'artisanat    Les Soudanais exigent un pouvoir civil    Gaïd Salah à partir de la 4e région militaire : «Les tentatives de déstabilisation ont échoué et vont échouer»    «La précédente Constituante n'a empêché ni les abus ni l'instabilité constitutionnelle»    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    L'arbitre assistant Doulache invité par la commission de discipline    La FAHB sanctionne le CRDM et donne la victoire au CHBB    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Bensalah opte pour la concertation avec la classe politique    Collision entre un camion et un véhicule à fait 5 morts    Campagne de volontariat pour la plantation de l'armoise blanche    SIDI BEL ABBES : 05 blessés dans une collision sur la RN 07    TIARET : 7 ans de prison ferme pour un dealer    MASCARA : 110 motocycles mis en fourrière en 90 jours !    CONSULTATIONS POLITIQUES : La Présidence organisera une rencontre consultative lundi    Papicha de Mounir Meddour en lice    Souidani Boudjemaâ, toujours un modèle pour les jeunes    Cœur de lumière    L'AUTRE FACE SI MERVEILLEUSE DU ‘'HIRAK'' : Mostaganem s'offre une superbe ‘'toilette''    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Le Coupe arabe des clubs change de nom    Ligue 1 : Fin du championnat le 26 mai prochain    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Khenchela : les artistes pour un vrai changement    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Visite historique du roi Abdallah et d'Al Assad à Beyrouth
EN VUE D'APAISER LES TENSIONS NEES AU LIBAN
Publié dans L'Expression le 31 - 07 - 2010

La perspective d'une mise en cause par un tribunal de l'ONU du puissant groupe armé Hezbollah dans cet assassinat, fait craindre de nouvelles violences confessionnelles.
Le président syrien Bachar Al Assad, effectuant sa première visite au Liban depuis l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri, et le roi Abdallah d'Arabie Saoudite ont entamé, hier à Beyrouth, une mission conjointe sans précédent destinée à calmer les tensions liées à ce crime. Après leur arrivée en début d'après-midi d'hier à bord de l'avion du roi Abdallah en provenance de Damas, les deux dirigeants ont eu des entretiens avec le chef d'Etat libanais Michel Sleimane au palais présidentiel de Baabda près de Beyrouth. Ils ont également rencontré le Premier ministre Saâd Hariri, fils de l'ex-Premier ministre libanais assassiné, le président du Parlement Nabih Berri. Leurs ministres des Affaires étrangères et le chef des renseignements saoudien, le prince Mokren ben Abdel Aziz étaient présents. Aucune déclaration n'a été faite. Un déjeuner élargi aux ministres et autres officiels, dont des représentants du puissant groupe armé chiite du Hezbollah, devait suivre. Pour la visite, les drapeaux saoudien et syrien, ainsi que d'immenses portraits du monarque ont été accrochés sur les bords des routes de la capitale libanaise.
Le stationnement sur la route du convoi a été interdit et des militaires et membres de services de sécurité ont été déployés en force. Pointé du doigt pour le meurtre de l'ex-Premier ministre libanais en 2005, le régime de M.Assad a été contraint de retirer ses troupes de chez son petit voisin après 30 ans de tutelle, marquant le début d'une longue période d'animosité entre les deux pays.
Damas dément toute implication dans ce crime. M.Al Assad a visité à deux reprises le Liban en tant que président, en 2002. Il s'agit également de la première visite d'un monarque saoudien au Liban depuis 1957. Cherchant à mettre tout leur poids pour éviter un nouveau conflit confessionnel dans ce petit pays méditerranéen, les dirigeants saoudien et syrien font ce déplacement hautement symbolique pour dire leur attachement à la stabilité du Liban, menacé d'une nouvelle crise liée au meurtre de Hariri. Le 22 juillet, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a annoncé qu'il s'attendait à ce que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé par l'ONU, accuse des membres de son parti d'implication dans le meurtre de Hariri.
La perspective d'une telle accusation par le TSL fait craindre de nouvelles violences confessionnelles sanglantes comme celles qui avaient opposé en 2008 des partisans du sunnite Saâd Hariri et ceux du Hezbollah. «Leur visite conjointe revêt un caractère historique, voire déterminant, de par son "timing" et ses conséquences sur la crise qui s'intensifie au Liban sur fond du TSL», écrit le quotidien libanais An Nahar. A Damas jeudi, M.Al Assad et le roi Abdallah avaient souligné l'importance de «soutenir tout ce qui contribue à la stabilité et à l'unité» du Liban. «Ils sont là pour exercer leur influence sur leurs alliés libanais (...) pour barrer la route à toute escalade», affirme Sahar al-Atrache, analyste pour le centre de prévention des conflits International Crisis Group (ICG). La Syrie, aux côtés de son allié chiite l'Iran, est le principal soutien au Hezbollah qui prône la lutte contre Israël, tandis que l'Arabie Saoudite est le plus important allié régional de Saad Hariri. Les relations entre ces deux puissances régionales, distendues après l'assassinat de l'ex-Premier ministre, se sont réchauffées fin 2009.
Ce rapprochement s'est répercuté positivement sur les liens entre Beyrouth et Damas, qui ont établi en 2008, des relations diplomatiques. Jusqu'avant la première visite à Damas fin 2009 de Saâd Hariri, son camp, majoritaire au Parlement, était virulent à l'égard du régime syrien, accusé aussi d'avoir planifié l'assassinat de plusieurs personnalités libanaises après celui de l'ex-Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.