Benflis à propos de la dernière lettre de Bouteflika.. «Un mépris insondable à l'égard du peuple»    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Chlef.. Un réseau de vol de voitures démantelé    Selon le ministère des affaires étrangères ..«Les informations attribuées à M. Lamamra sont sans fondement»    Constantine.. Opération d'attribution de 4.254 logements    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Anthar Yahia sort de sa réserve : «Je n'ai jamais été sollicité pour le MJS»    Rabah Bouarifi, ancien président de la fédération algérienne de basket-ball : «Ali Slimani n'a pas tenu ses promesses»    MINISTRE RUSSE LAVROV : La Russie rejette toute ingérence dans les affaires algériennes    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Ouyahia prépare ses valises    AEROPORT INTERNATIONAL D'ALGER : Arrestation d'une personne en possession de 9.200 euros    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mission : éteindre le feu de la « fitna »
Le roi Abdellah et le président al Assad au Liban
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2010

Le président syrien Bachar al Assad, effectuant sa première visite au Liban depuis l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri, et le roi saoudien Abdallah, ont entamé, hier, à Beyrouth une mission conjointe sans précédent destinée à calmer les tensions liées à ce crime.
Après leur arrivée, en début d'après-midi, à bord de l'avion du roi Abdallah en provenance de Damas, les deux dirigeants ont eu des entretiens avec le chef d'Etat libanais Michel Sleimane au palais présidentiel de Baâbda près de Beyrouth. Ils ont également rencontré le Premier ministre Saâd Hariri, fils de l'ex-Premier ministre libanais assassiné, le président du Parlement Nabih Berri. Leurs ministres des Affaires étrangères et le chef des renseignements saoudien, le prince Mokren ben Abdel Aziz étaient présents. Aucune déclaration n'a été faite. Un déjeuner élargi aux ministres et autres officiels, dont des représentants du puissant groupe armé chiite du Hezbollah, devait suivre. Pour la visite, les drapeaux saoudien et syrien, ainsi que d'immenses portraits du monarque ont été accrochés sur les bords des routes de la capitale libanaise. Le stationnement sur la route du convoi a été interdit et des militaires et membres de services de sécurité ont été déployés en force. Pointé du doigt pour le meurtre de l'ex-Premier ministre libanais en 2005, le régime de M. Assad a été contraint de retirer ses troupes de chez son petit voisin après 30 ans de tutelle, marquant le début d'une longue période d'animosité entre les deux pays. Damas dément toute implication dans ce crime.M. Assad a visité à deux reprises le Liban en tant que président, en 2002.
Un symbole
Il s'agit également de la première visite d'un monarque saoudien au Liban depuis 1957. Cherchant à mettre tout leur poids pour éviter un nouveau conflit confessionnel dans ce petit pays méditerranéen, les dirigeants saoudien et syrien font ce déplacement hautement symbolique pour dire leur attachement à la stabilité du Liban, menacé d'une nouvelle crise liée au meurtre de Hariri. Le 22 juillet, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a annoncé qu'il s'attendait à ce que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé par l'ONU, accuse des membres de son parti d'implication dans le meurtre de Hariri. La perspective d'une telle accusation par le TSL fait craindre de nouvelles violences confessionnelles sanglantes comme celles qui avaient opposé, en 2008, des partisans du sunnite Saâd Hariri et ceux du Hezbollah. « Leur visite conjointe revêt un caractère historique, voire déterminant de par son timing et ses conséquences sur la crise qui s'intensifie au Liban sur fond du TSL », écrit le quotidien libanais An Nahar.
A Damas, jeudi, M. Assad et le roi Abdallah avaient souligné l'importance de « soutenir tout ce qui contribue à la stabilité et à l'unité du Liban ». « Ils sont là pour exercer leur influence sur leurs alliés libanais (...) pour barrer la route à toute escalade », affirme Sahar Al-Atrache, analyste pour le centre de prévention des conflits international, Crisis Group(ICG). Les relations entre ces deux puissances régionales, distendues après l'assassinat de l'ex-Premier ministre, se sont réchauffées fin 2009. Ce rapprochement s'est répercuté positivement sur les liens entre Beyrouth et Damas qui ont établi, en 2008, des relations diplomatiques. Jusqu'avant la première visite à Damas, fin 2009, de Saâd Hariri, son camp, majoritaire au Parlement, était virulent à l'égard du régime syrien, accusé d'avoir aussi planifié l'assassinat de plusieurs personnalités libanaises après celui de l'ex-Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.