Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mission : éteindre le feu de la « fitna »
Le roi Abdellah et le président al Assad au Liban
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2010

Le président syrien Bachar al Assad, effectuant sa première visite au Liban depuis l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri, et le roi saoudien Abdallah, ont entamé, hier, à Beyrouth une mission conjointe sans précédent destinée à calmer les tensions liées à ce crime.
Après leur arrivée, en début d'après-midi, à bord de l'avion du roi Abdallah en provenance de Damas, les deux dirigeants ont eu des entretiens avec le chef d'Etat libanais Michel Sleimane au palais présidentiel de Baâbda près de Beyrouth. Ils ont également rencontré le Premier ministre Saâd Hariri, fils de l'ex-Premier ministre libanais assassiné, le président du Parlement Nabih Berri. Leurs ministres des Affaires étrangères et le chef des renseignements saoudien, le prince Mokren ben Abdel Aziz étaient présents. Aucune déclaration n'a été faite. Un déjeuner élargi aux ministres et autres officiels, dont des représentants du puissant groupe armé chiite du Hezbollah, devait suivre. Pour la visite, les drapeaux saoudien et syrien, ainsi que d'immenses portraits du monarque ont été accrochés sur les bords des routes de la capitale libanaise. Le stationnement sur la route du convoi a été interdit et des militaires et membres de services de sécurité ont été déployés en force. Pointé du doigt pour le meurtre de l'ex-Premier ministre libanais en 2005, le régime de M. Assad a été contraint de retirer ses troupes de chez son petit voisin après 30 ans de tutelle, marquant le début d'une longue période d'animosité entre les deux pays. Damas dément toute implication dans ce crime.M. Assad a visité à deux reprises le Liban en tant que président, en 2002.
Un symbole
Il s'agit également de la première visite d'un monarque saoudien au Liban depuis 1957. Cherchant à mettre tout leur poids pour éviter un nouveau conflit confessionnel dans ce petit pays méditerranéen, les dirigeants saoudien et syrien font ce déplacement hautement symbolique pour dire leur attachement à la stabilité du Liban, menacé d'une nouvelle crise liée au meurtre de Hariri. Le 22 juillet, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a annoncé qu'il s'attendait à ce que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé par l'ONU, accuse des membres de son parti d'implication dans le meurtre de Hariri. La perspective d'une telle accusation par le TSL fait craindre de nouvelles violences confessionnelles sanglantes comme celles qui avaient opposé, en 2008, des partisans du sunnite Saâd Hariri et ceux du Hezbollah. « Leur visite conjointe revêt un caractère historique, voire déterminant de par son timing et ses conséquences sur la crise qui s'intensifie au Liban sur fond du TSL », écrit le quotidien libanais An Nahar.
A Damas, jeudi, M. Assad et le roi Abdallah avaient souligné l'importance de « soutenir tout ce qui contribue à la stabilité et à l'unité du Liban ». « Ils sont là pour exercer leur influence sur leurs alliés libanais (...) pour barrer la route à toute escalade », affirme Sahar Al-Atrache, analyste pour le centre de prévention des conflits international, Crisis Group(ICG). Les relations entre ces deux puissances régionales, distendues après l'assassinat de l'ex-Premier ministre, se sont réchauffées fin 2009. Ce rapprochement s'est répercuté positivement sur les liens entre Beyrouth et Damas qui ont établi, en 2008, des relations diplomatiques. Jusqu'avant la première visite à Damas, fin 2009, de Saâd Hariri, son camp, majoritaire au Parlement, était virulent à l'égard du régime syrien, accusé d'avoir aussi planifié l'assassinat de plusieurs personnalités libanaises après celui de l'ex-Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.