L'Etat signe les décrets validant les avenants de ces contrats    La démocratisation est-elle soluble dans le pétrole ?    Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société    Pas d'entente actuellement sur l'interdiction des armes nucléaires    Mahrez absent du déplacement de Gaborone    MCA - CABBA délocalisé au stade Omar-Hamadi    13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Remise des prix et hommage à Moussa Haddad    Des clichés immortalisant la beauté de l'Algérie    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    JSK : Mohamed Al Tubal nouvelle recrue    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    Les manifestants durcissent leur mouvement    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Les assurances du ministère de la Santé    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Agressions et vols, deux arrestations    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mission : éteindre le feu de la « fitna »
Le roi Abdellah et le président al Assad au Liban
Publié dans El Watan le 31 - 07 - 2010

Le président syrien Bachar al Assad, effectuant sa première visite au Liban depuis l'assassinat du dirigeant Rafic Hariri, et le roi saoudien Abdallah, ont entamé, hier, à Beyrouth une mission conjointe sans précédent destinée à calmer les tensions liées à ce crime.
Après leur arrivée, en début d'après-midi, à bord de l'avion du roi Abdallah en provenance de Damas, les deux dirigeants ont eu des entretiens avec le chef d'Etat libanais Michel Sleimane au palais présidentiel de Baâbda près de Beyrouth. Ils ont également rencontré le Premier ministre Saâd Hariri, fils de l'ex-Premier ministre libanais assassiné, le président du Parlement Nabih Berri. Leurs ministres des Affaires étrangères et le chef des renseignements saoudien, le prince Mokren ben Abdel Aziz étaient présents. Aucune déclaration n'a été faite. Un déjeuner élargi aux ministres et autres officiels, dont des représentants du puissant groupe armé chiite du Hezbollah, devait suivre. Pour la visite, les drapeaux saoudien et syrien, ainsi que d'immenses portraits du monarque ont été accrochés sur les bords des routes de la capitale libanaise. Le stationnement sur la route du convoi a été interdit et des militaires et membres de services de sécurité ont été déployés en force. Pointé du doigt pour le meurtre de l'ex-Premier ministre libanais en 2005, le régime de M. Assad a été contraint de retirer ses troupes de chez son petit voisin après 30 ans de tutelle, marquant le début d'une longue période d'animosité entre les deux pays. Damas dément toute implication dans ce crime.M. Assad a visité à deux reprises le Liban en tant que président, en 2002.
Un symbole
Il s'agit également de la première visite d'un monarque saoudien au Liban depuis 1957. Cherchant à mettre tout leur poids pour éviter un nouveau conflit confessionnel dans ce petit pays méditerranéen, les dirigeants saoudien et syrien font ce déplacement hautement symbolique pour dire leur attachement à la stabilité du Liban, menacé d'une nouvelle crise liée au meurtre de Hariri. Le 22 juillet, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah a annoncé qu'il s'attendait à ce que le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), créé par l'ONU, accuse des membres de son parti d'implication dans le meurtre de Hariri. La perspective d'une telle accusation par le TSL fait craindre de nouvelles violences confessionnelles sanglantes comme celles qui avaient opposé, en 2008, des partisans du sunnite Saâd Hariri et ceux du Hezbollah. « Leur visite conjointe revêt un caractère historique, voire déterminant de par son timing et ses conséquences sur la crise qui s'intensifie au Liban sur fond du TSL », écrit le quotidien libanais An Nahar.
A Damas, jeudi, M. Assad et le roi Abdallah avaient souligné l'importance de « soutenir tout ce qui contribue à la stabilité et à l'unité du Liban ». « Ils sont là pour exercer leur influence sur leurs alliés libanais (...) pour barrer la route à toute escalade », affirme Sahar Al-Atrache, analyste pour le centre de prévention des conflits international, Crisis Group(ICG). Les relations entre ces deux puissances régionales, distendues après l'assassinat de l'ex-Premier ministre, se sont réchauffées fin 2009. Ce rapprochement s'est répercuté positivement sur les liens entre Beyrouth et Damas qui ont établi, en 2008, des relations diplomatiques. Jusqu'avant la première visite à Damas, fin 2009, de Saâd Hariri, son camp, majoritaire au Parlement, était virulent à l'égard du régime syrien, accusé d'avoir aussi planifié l'assassinat de plusieurs personnalités libanaises après celui de l'ex-Premier ministre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.