Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger souffre de la saleté
OÙ SONT LES SERVICES DE NETTOYAGE?
Publié dans L'Expression le 12 - 08 - 2010

A long terme, une catastrophe sanitaire peut être provoquée par toutes les dioxines cancérigènes que dégagent ces ordures.
Un décor d'enfer. Des masses d'ordures qui s'amoncellent dans la plupart des quartiers de la capitale. A long terme, une catastrophe sanitaire n'est pas à écarter au vu de toute les dioxines cancérigènes que dégagent ces déchets. De visu, on peut se rendre compte que l'état de déliquescence en matière d'hygiène a atteint des proportions alarmantes. D'Alger-Centre jusqu'à Kouba, nous avons constaté qu'en matière de propreté, il reste assurément beaucoup à faire.
Dans certains endroits, il faut carrément se pincer le nez tant les odeurs nauséabondes des produits périmés sont suffocantes. Dans chaque coin, près des immeubles, il y a un amoncellement d'ordures ménagères jetées à la va-vite comme si on avait peur d'être vu alors qu'à quelques mètres est installé le grand bac à ordures. Bouteilles, sachets, pots de yaourt, papiers, cartons, résidus ménagers s'entassent d'une manière anarchique. Les gens ne se gênent aucunement de jeter leurs déchets n'importe où, même au pied des immeubles. Aujourd'hui, les chats ne prennent plus la peine de chasser les souris tellement ils sont rassasiés des restes des repas jetés n'importe comment et qui font «leur bonheur». Incontestablement, c'est à proximité des marchés que l'aspect hideux de la capitale est le plus visible.
Au marché Rédha-Houhou (ex-Clauzel) par exemple, une niche d'ordures constitue le point de mire des riverains et d'autres personnes venant de bien loin qui y jettent toutes sortes d'ordures et de détritus, y compris les gravats et autres matériaux. Sur ce problème, les autorités locales se rejettent la balle. A ce titre, nous avons essayé de contacter les services de Netcom mais en vain. Chaque secteur se dit n'être qu'un maillon de la chaîne. Ils sont unanimes à accuser le citoyen d'incivisme d'autant plus que ce dernier est le principal responsable.
Certains n'hésitent pas à jeter leurs sachets d'ordures par les fenêtres pour atterrir sur le trottoir, voire sur la tête des passants. Des bacs sont pourtant implantés à proximité mais les marchands ne trouvent pas mieux que de jeter par terre leurs sachets sachant que plus de 30.000 bacs ont été placés dans la ville d'Alger. Plus de la moitié ont été volés pour être utilisés comme récipients d'eau sur les terrasses, nous dit-on. Pourtant, cela est contre-indiqué car ils sont fabriqués à base de plastique. Par ailleurs, un sérieux problème se pose concernant les agents d'entretien.
Ces derniers collectent des déchets industriels, des déchets issus d'activités médicales, des gravats, des appareils électroniques, etc mais sans qu'ils soient protégés. Ces agents sont au contact d'objets dangereux qui risquent de leur coûter la vie. Beaucoup d'entre eux ont été blessés par des seringues jetables, des produits chimiques qu'ils trouvent dans des sachets poubelles destinés aux déchets ménagers. Une autre affaire à suivre en plus de celle des montagnes d'ordures sous lesquelles croûle la capitale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.