Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tibhirine ou le secret des moines enlevés
MOHAMED BALHI ENQUÊTE À MEDEA
Publié dans L'Expression le 24 - 10 - 2002

Retour d'un journaliste sur les lieux d'une horrible tragédie.
L'enlèvement des sept moines de Tibhirine a constitué le «grand coup médiatique» du GIA en 1995. Toutes les capitales du monde ont suivi avec intérêt et émotion le martyre des moines trappistes enlevés, menés de val en mont, de Tibhirine, Guerouaou, Tamezguida, peut-être aussi Tabaïnet et Hammam Elouane, pour être finalement décapités après deux mois de négociations politico-théologiques, dans lesquelles les services spéciaux, les diplomates et les analystes se sont totalement fourvoyés.
Les circonstances de leur enlèvement, du premier contact établi par le GIA avec eux, par l'intermédiaire d' «El Khan», Sayah Attia, de leur «marchandage» et de leur mort restent autant de zones d'ombre où les interrogations se posent à longueur de lignes.
C'est pour répondre à ces questions que Mohamed Balhi, journaliste de métier, a écrit son Tibhirine, l'enlèvement des moines.
Livre d'érudition et d'enquête, il retrace l'histoire de Médéa, de ses habitants, l'Ordre de la Trappe, décrit avec minutie et précision le monastère de Tibhirine, ses premiers et ses derniers locataires. Il s'attarde sur le «amân» (sorte de pacte de non-agression) donné par Sayah Attia et son groupe aux moines et décrit le personnage ambigu d' «El Khan», le «Abou Younès» de la katibat de Médéa.
Balhi, l'historien, retrace les faits, remonte les événements, suit le parcours sinueux des «Enfants de Dieu». Balhi, le journaliste, plante le décor: un monastère en retrait des enjeux politiques et terroristes, mais qui en subit les retombées de plein fouet.
La trame du livre, «sourcé», documenté est bien menée. Mais il manque une petite touche, un petit quelque chose qui aurait fait beaucoup de bien à l'ensemble: Balhi, l'enquêteur. Car, il fallait bien mener une enquête auprès des chefs repentis du GIA de Médéa, et qui, aujourd'hui, peuvent apporter un éclairage sur le drame de Tibhirine. Ces ex-chefs de guerre sont encore en vie, et le livre aurait gagné en consistance et crédit en leur donnant la parole.
L'opuscule de Ali Benhadj, publié en clandestinité en 1996, et intitulé De l'affaire des moines enlevés, retrace les faits et met la lumière sur la dérive sanglante du duo Zitouni-Zouabri à partir de septembre 1994, et dont les sept religieux français ont fait les frais.
Les tâtonnements des ser-vices spéciaux français et algériens, les zones obscures et les cases blanches ont été autant de causes qui ont fait que l'affaire des moines trappistes reste à élucider, malgré l'abondante littérature qui a été écrite en France à ce sujet.
Le mérite de Mohamed Balhi est surtout d'avoir entrepris l'ambitieuse et périlleuse investigation, d'avoir jeté un regard nouveau, de chercheur algérien, avec le recul qu'il fallait. Son mérite réside aussi dans le fait d'être un des rares journalistes algériens qui sait allier le travail d'académicien à celui du terrain et d'emballer le tout dans une gentillesse et une modestie exemplaires.
Le livre de Balhi est de lecture facile et se lit d'un seul trait, car écrit d'une seule et même coulée de douleur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.